Cameroun : magouille autour des frais d’aéroport à Yaoundé-Nsimalen

aj_aeroport roissy terminal

Selon le quotidien Cameroon Tribune, des fonctionnaires de police affectés à l’aéroport de Yaoundé-Nsimalen (Cameroun) collectent les frais aéroportuaires sans les reverser à l’Etat.

La magouille aurait surtout cours lors des vols de nuit. Une dizaine de policiers chargés, du contrôle et de l’embarquement des vols à destination de l’étranger, interpellent les voyageurs lourdement chargés. Sous prétexte de les aider à régler toutes les formalités d’embarquement et transporter leurs bagages, ils récupèrent les frais d’aéroport en espèce. En échange des 10.000 francs CFA (environ 15 euros), ils remettent alors un coupon d’embarquement. Mais ce coupon est un faux.

La taxe d’aéroport est normalement réglée par le passager au bureau de la régie des recettes, contre l’apposition du timbre sur la carte d’embarquement. En cas de contrôle, le passager risque donc des problèmes. Les policiers font donc en sorte de conduire leur victime jusqu’à la salle d’embarquement et profitent du manque d’attention des responsables de l’aéroport, notamment la nuit.

Selon le quotidien camerounais, à chaque vol, entre dix et cinquante passagers voient ainsi leur taxe détournée, et certaines compagnies, Kenya Airways et Royal Air Maroc, sont particulièrement touchées. Air France a, elle, renforcé les contrôles au départ de Yaoundé pour éviter les fraudes.

http://www.air-journal.fr/2010-11-16-cameroun-magouille-autour-des-frais-d%e2%80%99aeroport-a-yaounde-nsimalen-515453.html

Commentaire(s)

  1. Depuis un certain temps les camerounais ont commencé à se responsabiliser . ce qui fait vraiment plaisir chaque fois que nous lisons de si loin du pays , des dénonciations et des arrestations initiées par des camerounais . ce n’est qu’un debut mais un debut très encourageant.Je ne sais pas si nos aéroports sont dotés d’écran de télé ou il serait possiblede faire défiler depareilles annonces mais aussi et si possible les photos des principaux concernés.
    Si aujourd’hui Nsimalen a été démasqué , il n’en demeure pas moins vrai que Douala est resté maitre en la matière et , démasquer ce système de fraude reste impératif pour l’honneur de notre pays qui a déjà une très mauvaise renommée à l’étranger.
    Alors que certains pensent que c’est une histoire intérieure, nous de l’extérieur, vivons et palpons le mal que ces actes font à notre pays , ne serait-ce qu’au niveau du tourisme . L’européen est très peureux et ne sopportent pas de tracasseries. Tout le monde est policier à l’aéroport de Douala et autorisé à retenir n’importe quel papier de voyage , aussi en règle que vous soyiez , et à quelques minutes du décollage , vous devez payer une taxe policière de libération . Vous avez donc le droit d’embarquer . Je vous signale que ces agents de l’aéroport sont capables de faire attendre et causer le retard du vol tant que vous n’aurez pas laissé sortir les dernieres cents d’euro se trouvant dans vos poches .
    La défunte Camair airlines avaient bien payé les frais. Espérant que ces dénonciations continueront , je ne peux qu’encourager votre initiative . A toute chose , il y a un debut .

  2. Publié le 7 mai 2013

    Pas départ pour la voyageuse bien chargée cette nuit , à Nsimalen .Une note de 80 000 cfa lui a été demandé , en plus de la taxe de 10 000
    Elle n’avait pas cette somme sur elle , elle a due repartir .
    Elle va ce jour même voir son voyagiste demander des comptes .
    Va t-elle pouvoir voyager demain , dernier jour possible pour ses affaires .

  3. D’autres magouilles et corruptions à dénoncer à Nsimalem…
    Le mercredi 26 Aoùt 2014, nous sommes arrivés à l’aéroport à 22 h 30, soit une heure trente avant le vol que nous devions prendre à minuit 5 minutes. Nous avions 6 valises et notre fils de 7 ans, livide et très fatigué, qui était malade depuis 5 jours, peinait à nous suivre.
    Tout a été fait pour nous retarder dans l’enregistrement des bagages…
    Arrivés devant les sangles limitant le circuit des personnes accédant à la salle où se déroulaient les formmalités, nous avons voulu passer dessous pour rejoindre la file d’attente. Nous avons été fermement invités à ne pas le faire et à repartir vers l’autre extrémité de la salle pour prendre l’entrée de ce labyrinthe.
    Il fallut, avec nos 6 valises et notre enfant malade, traverser une foule qui génait l’accès et à laquelle personne n’intimait l’ordre de ne pas empêcher l’accès des voyageurs. Elle était composées de personnes proposant du change CFA/Euros, la plastification des bagages, l’aide au transport des bagages et d’autres individus n’ayant rien à faire ici…
    Si bien qu’arrivés enfin à rejoindre la file d’attente, on nous a signifié que les formalités d’enregistrement étaient closes et qu’il fallait se rendre au bureau de la compagnie (Brussels Airline). Au bout d’au moins cinq minutes d’attente l’homme qui était derrière son ordinateur a daigné nous adresser la parole, sans lever les yeux de son clavier.
    Questionné sur ce qu’il y avait lieu de faire, il a répondu « rien » et nous a remis des cartons sur lesquels étaient inscrits les prochains vols.
    Un employé de l’aéroport, présent dans son bureau dans lequel nous avaient rejoints une dizaine de personnes, nous a signalé qu’il avait vu les agents chargés de l’enregistrement des bagages et que ceux-ci acceptaient de procéder aux formalités. Ils demandaient 100.000 CFA.
    Nous lui avons remis cette somme en billets de 10.000, ainsi que nos passeports et nos billets de vol. D’autres personnes en ont fait autant. Nous l’avons suivi , ainsi que d’autres personnes victimes du même problème.
    Pendant que je m’entretenais avec lui et un agent ( qui avait reçu de mon interlocuteur précité un ou plusieurs billets de 10.000 CFA) chargé de vérifier nos documents, ce dernier m’invectiva violemment car ma femme et mon fils n’étaient pas présents tandis qu’il contrôlait leurs passeports. En fait, un policier les avait bloqués derrière moi, à l’entrée de la salle dans laquelle les formalités s’accomplissaient (il n’avait pas , lui, reçu de billet de 10.000 CFA).
    Je suis donc allé chercher ma femme et mon fils. Il me fallut insister sur le fait qu’au contrôle des passeport, l’agent exigeait leur présence pour qu’il accepte de les « linérer ».
    Pendant que l’agent vérifiait billets et passeport, « l’intermédiaire » discutait avec les agents chargés d’enregistrer et peser les bagages et leur donnait des billets de 10.000 CFA.
    On m’avisa qu’on allait enregistrer nos bagages. Il fallut re-présenter nos documents et on me donna des étiquettes (non adresse, téléphone) pour attachet aux bagages sur lesquels il n’y en vait pas.
    Puis on nous dit que le chef de vol refusait l’enregistrement … mais qu’il fallait attendre.
    On nous dit ensuite qu’on allait enregistrer nbos bagages, car c’était arrangé.
    Commença alors le pesage des valises qui fut interrompu par une nouvelle annonce: « Le chef d’escale » refusait que nous embarquions car l’avion était complet.
    Avec les autres personnes qui vivaient la même infortune, nous avons marqué notre surprise: « comment l’avion pouvait-il être complet, alors que nous n’étions pas à nos places et que nous avions retenu ce vol de longue date? ».
    C’est comme ça, le vol est complet, toutes les places sont occupées!
    Préjudices:
    – 1500 Euros de frais pour rentrer enfin chez nous, mais pas avant le 1er Septembre;
    – 250.000 CFA de frais de location pour un appartement pendant 5 jours.
    Sans compter les nombreux appels pour chercher un appartement, prévenir du retard à la reprise du travail de ma femme, l’école de mon fils…
    Il est temps que certains camerounais pensent enfin à faire de leur pays un état dont ils peuvent être fiers plutôt que de chercher toutes les magoiuilles possibles pour s’enrichir au détriment des autres. Ils donnent une image négative du pays.
    C’est beau d’envier les autres… mais si leur réussite fait « baver », il faut se doter des moyens honnètes pour arriver au même résultat qu’eux.

  4. Je vous comprends bien « Verrier «  » tout le monde na pas com beau frère un commandant gendarmerie 3 étoiles .

  5. Mais payez vous , un simple gendarme , ce n’est pas cher et peut rapporter gros en cas d’ennuis .Je vous direz le prochain coup , mais mon dernier voyage sur Air France , je n’ai vu aucun emmerdeur .

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter