Fumée cabine et malaise pilote provoquent deux déroutements Air France

air-journal_air france 777 60e

Le 1er janvier, un B777-300 d’Air France s’est dérouté vers Montréal suite à l’apparition d’une fumée au sein de la cabine affaires. Deux jours avant, c’était à  un Embraer E-170 d’Air France à destination de Stavanger de retourner à son point de départ (Paris CDG) suite à un malaise du commandant de bord.

Deux incidents ont concerné la compagnie aérienne française Air France, et ce,  sans conséquence sur la sécurité des vols alors que le crash d’un A320-200 d’AirAsia vient attrister la fin d’année 2014. Le 30 décembre dernier, le commandant de bord du vol AF1747 en Embraer 170, parti de Charles de Gaulle à destination de Stavanger en Norvège,  a décidé de faire demi-tour suite à un malaise ressenti au thorax. Le commandant de bord « a préféré ne pas continuer le vol. L’avion est retourné vers Roissy et c’est le copilote qui a assuré l’atterrissage. Le commandant a été pris en charge par les équipes médicales de l’aéroport à l’arrivée », a précisé une source aéroportuaire. Il a atterri à Roissy Charles de Gaulle 37 minutes après son départ. Aucune information n’a été communiqué sur l’état de santé du commandant pris en charge par les équipes médicales à l’arrivée, le vol AF1747 repartant finalement pour Stavanger pour un atterrissage avec un peu plus d’une heure de retard selon flightradar24.

1er incident de l’année 2015 pour Air France, c’était au tour d’un B777-300 (le vol AF54), avec 269 passagers et 17 membres d’équipage selon The Aviation Herald, parti de Charles de Gaulle pour Washington DC de se dérouter le 1er janvier vers Montréal, suite à l’apparition de fumée depuis un siège de la classe Business ou de son système de divertissement. A l’arrivée, les services d’urgence n’ont plus constaté aucune trace de feu ou de fumée et l’avion a pu repartir, Air France évoquant sur Twitter un « problème technique mineur et déroutement pour vérification sur Montréal YUL où il a atterri en toute sécurité ».

http://www.air-journal.fr/2015-01-03-fumee-cabine-et-malaise-pilote-provoquent-deux-deroutements-air-france-5132446.html

Commentaire(s)

  1. Vincent
    Publié le 3 janvier 2015

    Le malaise de l’un des deux membres de l’équipage n’est pas rarissime : je ne vois pas très bien l’intérêt d’une telle information. Une seule chose est certaine : puisque travaillant à AF, le CDB n’a pu être victime de burnout ! ! !

    Plus sérieux en revanche est l’émanation de fumée dans un espace confiné évoluant lui-même dans un environnement hostile, comme peut l’être un avion au FL300, voire plus.

    • rantanplan
      Publié le 3 janvier 2015

      Cynique et caustique VINCENT…. Mais assez rigolo en ce début d’année pour cette analyse éclairée (ou non pour certains qui ne vont pas manquer de vous incendier) entre le Burnout et une certaine partie du personnel AF !

  2. Il n’y a pas de B777-300 dans la flotte d’AF…

  3. ACMTSA20
    Publié le 3 janvier 2015

    Pas rarissime !!!!! Et les visites d’aptitude CEMPN ??? Elles sont en option désormais ? Ou les aptitudes sont de complaisance…..Suite au prochain épisode, heureusement que l’on ne vole pas sur monoplace chez AF…..

    • Vincent
      Publié le 3 janvier 2015

      Une visite médicale atteste d’un état de santé un jour donné : les médecins ne sont pas des devins équipées de boules de cristal pour prédire ce qui se passera quelques jours, quelques semaines ou quelques mois plus tard.

      Vous exigez de la médecine ce qu’aucun médecin n’est capable de faire.

  4. Publié le 3 janvier 2015

    Petite coquille « Le 30 janvier dernier, le commandant de bord du vol AF1747 en Embraer 170… » vous avez pris un peu d’avance non??

    et techniquement l’embraer est un avion de Hop pour Air France…..

  5. Cher Vincent, le SVG est opéré pour AF par un équipage HOP. Hormis certaines rotations qui vont jusqu’à 5 vols par jour, les nuits courtes sont très fréquentes chez Hop (arrivée 21h30, décollage le lendemain matin avant 7h). Même si ce ne fut pas le cas cette fois-ci, un burn out aurait tout à fait été possible 😉

  6. Lockheed: « et Il n’y a pas de B777-300 dans la flotte d’AF »

    et F-GSQL c’est quoi? Un Anthonov 225? Un DC-10?

    C’est bien un 777-300, plus exactement un 777-328ER (extended Range)

  7. chiefpilot
    Publié le 3 janvier 2015

    C’est une « série noire a la Qantas  » , non relayée par les médias….

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum