Crash AirAsia QZ8501 : pas d’attentat a priori

air-journal_AirAsia QZ8501 crash boite noire

Un premier examen des boîtes noires du vol QZ8501 de la compagnie aérienne low cost Indonesia AirAsia, tombé en mer le 28 décembre entre Surabaya et Singapour avec 162 personnes à bord, a permis aux enquêteurs d’écarter « jusque là » la thèse d’un attentat.

L’écoute de l’enregistreur des conversations du cockpit (CVR) de l’Airbus A320 de la filiale indonésienne d’AirAsia n’a révélé aucune menace, a déclaré le 19 janvier 2015 le KNKT (comité national de sécurité des transports) à Jakarta : aucune autre voix que celle des pilotes n’est audible, écartant a priori la présence d’un terroriste dans le cockpit, et les enquêteurs n’ont entendu ni explosion, ni tirs d’armes à feu. Ce qui permet à leur chef d’affirmer que « sur cette base, nous pouvons écarter pour l’instant la possibilité d’un acte terroriste » : pour Andreas Hananto, l’enregistrement indique que dans cette « situation critique, le pilote était occupé à la manœuvre de l’avion ».

L’intégralité des conversations a été écoutée mais seulement la moitié retranscrite, précisait hier le KNKT, les deux heures d’enregistrement incluant la fin d’un vol précédent et les premières 42 minutes du vol QZ8501. Des alarmes et autres « bruits mécaniques » sont également audibles vers la fin de l’enregistrement et devront être filtrés, selon les enquêteurs qui sont assisté par du personnel envoyé par le BEA français, la Chine et Singapour. Mais citant la loi indonésienne, le KNKT s’est refusé à divulgué les derniers mots prononcés dans le cockpit avant que l’avion ne s’écrase en mer de Java. Aucune indication n’a été fournie sur l’analyse de l’enregistreur des données de vol (FDR). Un rapport préliminaire pourrait être rendu public en début de semaine prochaine, le rapport final n’étant pas attendu avant environ un an.

air-journal_AirAsia crash QZ8501 tailDe nouveaux débris dont des sièges ont été récupérés hier, mais le nombre de corps retrouvés est resté à 53 – 45 victimes ayant été identifiées à ce jour. L’avion d’Indonesia AirAsia transportait 155 Indonésiens dont six membres d’équipage, le copilote français, trois Sud-Coréens, un Britannique, un Malaisien et un Singapourien. Il avait demandé à modifier sa trajectoire à l’approche d’une zone orageuse, avant de disparaitre des écrans radar du contrôle aérien 42 minutes après son décollage.

L’enquête des autorités indonésiennes sur les créneaux de vol octroyés ou pas aux compagnies aériennes du pays a connu un nouveau retournement : Indonesia AirAsia a reconnu une « négligence administrative » sur la modification des jours d’opération sur la route Surabaya – Singapour. La low cost explique que sa « demande verbale » de modifier les jours de décollage n’avait « apparemment » pas été transmise par écrit au ministère des transports (alors que Singapour avait été mise au courant selon les règles). On rappellera que sa licence d’opération sur la liaison en question a été suspendue, ainsi que plusieurs fréquences sur des lignes intérieures ; Lion Air, sa filiale Wings Air et la petite compagnie régionale Susi Air ont subi des mesures similaires. Onze officiels de la direction générale du transport aérien ont été suspendus, dont un inspecteur principal des opérations. Le gestionnaire des aéroports Angkasa Pura a déjà muté deux officiels, et celui du contrôle aérien AirNav quatre. Un nouveau système informatisé d’attribution des créneaux sera mis en ligne le mois prochain, ce qui devrait diminuer voire éliminer les problèmes de ce genre, a précisé le ministre des transports.

http://www.air-journal.fr/2015-01-20-crash-airasia-qz8501-pas-dattentat-a-priori-5133809.html

Commentaire(s)

  1. BOBO7

    DIEU MERCI

    • Vincent

      « DIEU MERCI » : il faut vraiment que Dieu soit très puissant pour avoir créé des cinglés pareils !

      Oui, formidable, ils ne sont pas morts d’un attentat, mais d’autre chose !

      Voilà les familles complètement rassurées. Je sens qu’elles vont faire la fête ce soir !

  2. Erik de Nice

    Pas de rapport final avant 1 an???

    • Vincent

      Seront d’abord publiés des rapports d’étapes formulés uniquement à partit d’éléments factuels (analyses de l’épave et des boîtes noires, examens médico-légaux, etc…).

      Le rapport définitif fait appel à différents experts et doit éliminer toutes les hypothèses pour arriver à un scénario non pas probable, mais certain : cela demande effectivement du temps, sachant qu’il existe des crashes relativement faciles à expliquer, et d’autres beaucoup plus complexes.

  3. « s’est refusé à divulgué »

  4. Vincent

    Contrairement à ce que quelques illuminés affirmaient ici même (EASY SLEEPING PILOT *, FRED06 *, SEBASTIEN1 *), nous savons désormais qu’il n’y a pas eu dislocation en vol.

    Il est vrai que pour SPIDER *, « il faut prendre ça comme un jeu ». C’est vrai, comme c’est rigolo, un crash, pauvre abruti ! ! !

    • easy sleeping pilot - 20 janvier 2015 à 13 h 08 min
      easy sleeping pilot

      Tu as lu ca ou Vîncent qu’il n’y a pas eu dislocation en vol ? Ou en tout les cas que cet appareil nla pas toucher la surface de l’eau en un seul morceau ?
      Pourrait tu me citer le passage exact stp ?

  5. easy sleeping pilot - 20 janvier 2015 à 14 h 01 min
    easy sleeping pilot

    Vincent au cas ou tu ai du mal avec le français , quelques définitions du petit Larousse :

    attentat :
    nom masculin (latin attemptatum, de attemptare, attaquer qqn)

    Atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation, acte de violence de nature à mettre en péril les institutions de la République ou l’intégrité du territoire national.
    Acte qui heurte les droits, les grands principes, les traditions : Attentat à la liberté.

    dislocation
    nom féminin(latin médiéval dislocatio, -onis)

    Fait de se disjoindre, écartement de choses contiguës ou emboîtées : La dislocation des os.
    Séparation des parties d’un tout ; dispersion : La dislocation du cortège des manifestants.
    Contrainte physique nécessaire pour accéder à l’art de la contorsion ; entraînement des contorsionnistes qui la pratiquent.
    Défaut géométrique linéaire dans l’arrangement périodique des atomes à l’intérieur d’un milieu cristallin.
    Ordre donné à la fin d’une manœuvre ou d’une prise d’armes pour faire regagner aux troupes leurs casernements.

    Vincent il y a d’autres moyens qu’un attentat , du terrorisme , une explosion criminelle pour séparer par exemple une aile du fuselage , par exemple sortie des lois de commandes de vols normales et appliquer des manoeuvres de pilotages supérieures a 2.5 G ( ou -1G) qui est la certification de l’appareil . Les forces générées par un cumulonimbus peuvent aussi très bien se charger de cette contrainte , loi de vol normales ou pas .

    J’attend toujours le résultat de ton exercice de mathématiques sur la dérive de 3000 mètres de pièces de plusieurs tonnes sur un plancher sous marin vaseux .

    • Vincent

      « au cas ou tu ai du mal avec le français » (sic)

      Vu votre niveau de grammaire et d’orthographe, c’est une excellente initiative que d’ouvrir un dictionnaire. Reste à comprendre le français et à savoir l’écrire !

      Vous en savez beaucoup plus qu’Andreas HANANTO, du NTSC, puisque contredisant sa dernière déclaration à l’agence REUTERS : « Le début d’analyse ne démontre pas que l’avion ait explosé ou se soit disloqué en vol ». Rassurez-vous, le ridicule ne tue pas, sans quoi il y a bien longtemps que vous ne seriez plus de ce monde !

      Vous serez enfin bien aimable d’éviter de vous répondre à vous même en vous appropriant un sujet, n’étant pas le seul à souhaiter s’exprimer ici.

      • easy sleeping pilot - 20 janvier 2015 à 17 h 10 min
        easy sleeping pilot

        Vincent,

        J’avoue humblement être meilleur en mathématiques qu’en français, je suis pilote de ligne ( sur A320)pas journaliste ni romancier . ( J’attend d’ailleurs toujours ta copie sur l’exercice de dérive d’une masse de 2/3 tonnes ) .

        Si tu fait confiance a un responsable de la CAA indonésienne dont le pays est sur liste noire européenne , pour comprendre les causes de cet accident, tu dois être capable de te faire conduire par un taxi aveugle …

        Quand a ce DEBUT d' »analyse » elle ne semble pas être arrivée a ses conclusions . On aimerait bien d’ailleurs savoir tout simplement a quel moment l’enregistrement c’est arrêté : Au FL363 ou au niveau de la mer ….. ???

        • Vincent

          1. Savez-vous seulement qui est votre interlocuteur ? Vous êtes très mal tombé avec moi pour jouer au pilote de ligne attendant la copie de son élève.

          2. Il est très rare ici qu’un membre mentionne son expérience, d’abord parce que c’est souvent invérifiable (sauf dans votre cas! ), ensuite parce que tout le monde s’en moque.

          3. Les listes noires ne concernent pas des pays, mais des compagnies. En l’occurrence, AIR ASIA INDONESIA ne figurait sur aucune liste noire européenne ou américaine.

          4. L’enquête d’un crash est toujours menée conjointement entre le pays où a eu lieu le crash, le pays d’exploitation de la compagnie et le pays du constructeur de la cellule. En l’occurrence, il s’agit ici du NTSC et du BEA : c’est la procédure toujours valable au moment où j’écris.

          5. A vous lire, il est plus qu’évident que vous n’êtes qu’un vulgaire imposteur, comme il en existe hélas beaucoup trop sur les forums aéronautiques. Vous serez bien plus à votre aise sur http://www.crash-aerien.aero où pullulent les experts en Flight Simulator.

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum