Air Austral ira en Chine avec Air Madagascar

air-journal_Air Austral Air Madagascar

La compagnie aérienne Air Austral a étendu son partenariat avec Air Madagascar afin de proposer à ses clients des vols entre l’île de La Réunion et Guangzhou en Chine.

Selon l’accord de partage de codes dévoilé hier, l’Airbus A340-300 de la compagnie malgache parti d’Antananarivo s’arrêtera à partir du 15 septembre 2015 à l’aéroport de Saint Denis-Roland Garros le mardi et le samedi avant de poursuivre son chemin vers Guangzhou, les vols retour quittant la Chine le mercredi et le dimanche. Pas d’horaires précisés lors de la conférence de presse, Air Madagascar ne proposant ce matin que des départs vers l’ex-Canton lundi et vendredi fin septembre « avec une escale technique » (durée de vol 13h10). Cette nouvelle route viserait évidemment à faire venir plus de touristes chinois à La Réunion, qui ne dispose aujourd’hui vers la Chine que de vols via Bangkok, l’île Maurice ou donc Madagascar.

Le PDG d’Air Austral cité par linfo.de explique que cet accord « ouvre une véritable passerelle entre la Réunion et la Chine du Sud, permettant le rapprochement des deux territoires et le renforcement des échanges commerciaux, touristiques mais aussi affinitaires ». Pour Henry Rabary-Njaka, président d’Air Madagascar, ce partenariat « nous conforte dans notre conviction sans cesse renouvelée qu’Air Austral et Air Madagascar doivent pouvoir se développer ensemble à travers des projets innovants ».

Air Austral avait déjà proposé des vols directs ponctuels vers la Chine, et cherchait depuis 2010 à y obtenir des droits de vols directs depuis l’île de l’Océan indien. Rappelons que l’A340-300 d’Air Madagascar, configuré pour accueillir 30 passagers en classe Affaires, 21 en Premium et 274 en Economie, est immatriculé en Islande ; la compagnie malgache espère toujours sortir de l’annexe B de la liste noire européenne.

http://www.air-journal.fr/2015-01-23-air-austral-ira-en-chine-avec-air-madagascar-5134133.html

Commentaire(s)

  1. Air Madagascar a que deux A340, un qui peut voler en Europe (immatriculé en Islande) et l’autre (immatriculé à Madagascar) qui ne peut pas à cause de sa mise sur l’annexe B de la liste noire européenne. L’A340 immatriculé en Europe assure donc les vols France/Madagascar et devra aussi assurer les vols Madagascar/Réunion/Chine. Vu les difficultés que traverse Air Madagascar surnommé localement Air En retard, je suis curieux de voir ce que ça va donner.

  2. Pas autant en retard qu’Air France qui, à destination de la Grande Ile, accumule à chaque vol une moyenne d’une heure de retard, sans compter les vols annulés, reportés au lendemain, ce qui donne des arrivées à 1h du matin et des départs à 03h30 : super sympa pour les pax qui reviennent et sont à l’aéroport depuis 22h la veille, sans compter sur le respect des gens qui travaillent à Ivato.
    Moi qui y vis, je peux aussi dire qu’au lieu de dire « quand les poules auront des dents), on dit « quand AF sera à l’heure » !

    • Je ne connais pas bien la situation horaire d’Air France sur Madagascar. Si je m’en tiens à ce que vous écrivez, c’est parce que Air France fait un bon taux de remplissage sur Tana et y dégage de bons bénéfices qu’elle se permettrait de tel largesse sans chercher à s’améliorer.
      En effet, avec une concurrente aussi faible qu’Air Madagascar et sporadique que Corsair, Air France n’a pas de soucis à se faire!!!
      Il reviens à Air Madagascar d’être à la hauteur et c’est loin d’être le cas : elle n’arrive même pas à trouver des avions régionaux d’occasion de 110 à 130 sièges car peu de loueurs lui vouent une garantie financière sure!

      • C’est très simple : l’ETA « normal » à TNR est 23h10 : le moindre retard repousse donc un départ de TNR (normalement à 01h40, ce qui est déjà invivable pour les pax) à des heures impossibles.
        Un tour sur Flightaware donne la mesure des heures moyennes de départs et d’arrivées par rapport à l’heure officielle.
        Et effectivement, AF s’en fiche complètement, car sans concurrence réelle, les tarifs sont élevés pour un servie à bord qui n’a rien à vois avec celui d’un vol international long-courrier « normal » : simple exemple : un repas chaud pour 10h30 de vol à l’aller, sans choix de plat, et au retour, pas de repas : un snack froid et un petit déjeuner, pour 11h de vol. Pas d’apéritif, pas de journaux, et 8 PNC quand il y a le B777-300 pour 430 sièges en eco. 1100 euros l’aller-retour quand même ! C’est quand même une réalité.
        Pour le problème du remplacement des 2 B737, je pense qu’au delà du problème financier de la compagnie, il y a celui de la poche de ses dirigeants, et les commissions ne sont sans doute pas à la hauteur de ce qui est attendu. Ajoutons à cela que l’instabilité politique rajoute une inconnue : quelle poche faut-il remplir ?

  3. Quelqu’un pourrait-il me dire si l’A340-300 immatriculé en Islande et pouvant venir en France est piloté par des pilotes de MD et qu’en est-il des PNC?
    Si ce n’est le cas, depuis que MD utilise des A340, elle aurait déjà fini de former des pilotes et des PNC!!!

  4. BOEING 777-300ER

    Si l’on veut vraiment amener des touristes asiatiques à la Réunion comme à Mayotte, il faut que cette dernière ait sa propre politique diplomatique comme ça plus besoin de Visa pour les Asiatiques qui se pavanent déjà à l’Île Maurice, au Seychelles ou à Zanzibar via les hubs du Golfe ou Shenzhen (avec China Southern au départ de MRU. Car si RUN a moins de plages que les 3 îles cités à l’instant, elle dispose d’un panorama pour la randonnée beaucoup plus spectaculaire que ses voisines. Il faudrait également que La Réunion comme les autres DROM à potentiel touristique important que les DROM aient chacune leur propre politique salariale et sociale pour lutter à armes égales face aux concurrentes très compétitives.

    • En même temps, le type de tourisme préféré des Asiatiques repose surtout sur des voyages en groupes, entièrement organisés, et sur des périodes assez courtes. Je ne pense pas que la Réunion puisse représenter pour eux un attrait important. Le tourisme individuel, qui sied mieux aux potentialités offertes par l’île, n’est pas vraiment quelque chose de répandu parmi les touristes chinois, Japonais ou coréens, qui forment la grande majorité des voyageurs asiatiques.

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum