Air France : pas de suppressions d’emploi pour les pilotes

aj_pilote_air-france

La nouvelle vague d’environ 800 suppressions d’emploi annoncée hier par la compagnie aérienne Air France ne touchera pas les pilotes, déjà concernés par un plan de départs volontaires ouvert l’été dernier. Une situation qui fait monter le ressentiment chez les hôtesses de l’air et stewards comme chez le personnel au sol, pour qui ce nouveau tour de vis est directement lié à la grève des pilotes pendant 15 jours en septembre dernier, au coût estimé entre 400 et 500 millions d’euros.

La direction de la compagnie nationale française présentera lors d’un CCE extraordinaire le 12 février 2015 « des projets de plans de départs volontaires des personnels au sol et personnels de cabine, dont l’ampleur serait de l’ordre de 800 postes », un nombre qui concernerait selon les syndicats environ 500 employés au sol et 300 PNC. Une responsable de la CFDT déplore dans Challenges un plan « réalisé dans la précipitation et suscitant par ailleurs un vrai point de crispation entre les salariés, pas logés à la même enseigne ». Les pilotes se voient aussi reprocher de ne pas avoir atteint les gains de productivité prévus par le plan de restructuration Transform 2015. Une étude commandée par les syndicats au cabinet Secafi et détaillée dans Les Echos précise qu’au lieu des 20% attendus pour l’ensemble du personnel via des réductions de coûts comme des gains de productivité, le gain économique ne serait que de 11,8% chez les 4600 pilotes.

Mais ils ne sont pas complètement seuls dans ce cas : chez les PNC, ce même gain économique ne serait que de 16,5%, et 18,4% quand leur PDV prendra fin en mars prochain. Le personnel au sol aurait de son côté atteint un gain économique de 23%, et 25% même pour le service commercial passagers, toujours selon l’étude. Le syndicat de pilotes SNPL Air France explique dans les Echos que « si certaines mesures n’ont pu être appliquées, c’est que les conditions préalables à leur application n’auraient pas été remplies par la direction », affirmant qu’un nouveau PDV « ne se justifierait pas » en raison du sous-effectif dans le long-courrier, et de la résorption en cours du sureffectif dans le moyen-courrier via le développement de la low cost Transavia France. Des affirmations en partie confirmées par la direction, pour qui le financement du départ des pilotes serait plus coûteux que le maintien du sureffectif, leurs salaires devant de toute façon être automatiquement revus à la baisse par le ralentissement de la croissance dans le long-courrier. Rappelons qu’Air France a déjà repoussé à 2017 l’arrivée dans sa flotte de trois Boeing 777 prévus d’ici l’année prochaine.

air-journal_air france 777 60eEn difficulté financière, concurrencée sur le court-courrier par les low cost et sur le long-courrier par les compagnies du Golfe, Air France a déjà supprimé au total quelque 8.000 emplois (une première fois 5000 postes et une deuxième fois 3000 postes) au cours de ces trois dernières années. Elle vise un objectif de 1,3 milliard d’euros d’économies sur cinq ans, ainsi qu’un résultat d’exploitation de plus de 250 millions d’euros en 2015 et de plus de 700 millions en 2017 pour la compagnie nationale et ses filiales françaises HOP!, Transavia, Servair etc… La compagnie de l’alliance SkyTeam expliquait hier qu’elle bénéficiera en 2015 « de l’impact des mesures prises dans le cadre de Transform 2015 et de la baisse du prix du carburant. Néanmoins, comme annoncé en décembre 2014, le groupe doit également faire face à la détérioration des recettes unitaires intervenue depuis l’été qui nécessite de mettre en œuvre des mesures complémentaires ». Dans ce cadre, la direction d’Air France a donc présenté au CCE plusieurs actions : « revue à la baisse de la croissance de la flotte et des capacités, nouvelles initiatives pour stimuler les recettes, renforcement des actions « achats », poursuite de la modération salariale et des efforts de productivité et d’adaptation des effectifs aux besoins ». Le groupe poursuit par ailleurs ses travaux dans le cadre du nouveau plan stratégique Perform 2020. Et précise que tous les éléments partagés au cours de cette séance du CCE concernent exclusivement Air France et ses filiales et non le groupe Air France-KLM, dont les objectifs restent inchangés.

Mise à jour : communiqué de la CFE-CGC d’Air France

« L’enjeu est la survie de notre compagnie et chacun doit y participer.
Hors, une catégorie de personnels semble complétement oubliée dans cette annonce.
Pourtant, sans les événements de septembre dernier, Air France aurait annoncé des résultats positifs.
Le 13 février seront étudiées dans le détail, les mesures précises qui seront mises en place.
La CFE-CGC d’Air France usera de tout son pouvoir pour ramener la direction générale vers une négociation équitable et transparente.
Ce soir, c’est l’amertume qui domine.
Air France a besoin de fraternité et de solidarité. Au lieu de quoi, on nous propose des solutions iniques qui ne vont que déclencher un séisme social si la clairvoyance ne revient pas rapidement à nos dirigeants.« 

http://www.air-journal.fr/2015-01-23-air-france-pas-de-suppressions-demploi-pour-les-pilotes-5134127.html

Commentaire(s)

  1. Pierreantoine

    +25% de productivité?! Un tel taux montre que certains postes peuvent être regroupés sans entraver la qualité du service. Au contraire, avoir un interlocuteur responsable/responsabilisé est préférable à deux demi verres d’eau tiède.
    Je ne suis pas fana des low costs ou GulfSisters, mais focaliser sur le marché pour justifier de sa propre incapacité à gérer ses affaires est naïf: la principale raison de la situation d’AF est la gestion inique de cette boîte depuis des décennies. Même pas besoin des GS ou des LowC pour perdre de l’argent et avoir une mauvaise gestion !!

  2. Erik de Nice

    Ça c’est le plus fort!!!!!!
    Ils plantent les comptes de la Compagnies et c’est d’autres catégories de personnels qui vont « manger »…
    Que vous soyez Pro ou Anti Air Français, je vous engage quand même tous à signer la pétition que FLO avait mis en ligne l’autre jour.. Rien qu’au nom d’une certaine idée de la justice et pour surtout ne pas être complice passif de cette situation!!!!!

    • AirBid

      ..c’est dans la lignée de la gestion que dénonce PierreAntoine. AF, qui ne s’est jamais remise de sa privatisation ( c’était cool quand on était fonctionnaire!)est toujours dirigée par des hauts fonctionnaires

  3. Des précisions sur d’éventuelles fermetures de ligne?

  4. Il est si simple de sous traiter dans les postes au sol, déjà beaucoup moins chez les PNC, là on leur demande de partir un peu avant a la retraite, et les PNT eux sont intouchable ! Dégouté de cette gestion !

    23% de productivité en plus au sol, 11 dans les cockpits et c’est le sol qui doit encore faire les efforts, ca prouve bien qu’il n’y a rien dans le slip de ces dirigeants !

  5. un pilote aimé piloter il ne sera jamais volontaire, un ex? auparavant tout naviguant était d’office à la retraite à 55ans,avec Sarko ils ont la possibilité de piloter plus longtemps…. à part les raisons médicales 1100% des pilotes continuent après 55ans!! et pas que chez AF partout â travers le monde

    • J'me marre

      Bien sur qu’ils aiment piloter,et c’est heureux…
      Mais ils aiment encore plus leur statut de demi- dieux et tout ce qui va avec: reconnaissance des petits,l’appellation  » Commandant »,courbettes,se voir servi ceci ou cela à leur demande,les suites ou chambre catégorie superieure ( aux autres) dans les 5 étoiles…mais surtout leur paie…d’autant plus élevée qu’ils sont seniors sur gros avions….Donc c’est encore plus dur de décrocher de tout ca a 60 ans pour ne devenir plus rien que retraite avec bobonne toute la journée en tete a tete….suffit de les entendre parler de leurs appréhensions lors des stages de préparation a la retraite organises par leur CE: si si,ça existe,c’est pas une blague!!!!)

    • Aulongcourt

      Pour être précis:
      Jadis jadis jusque dans les années ’80 les PNC étaient vires par AF a 50 ans ( avec leur retraite complémentaire eventuellement,+ une prime de départ de 2 années de salaire mais SANS droit ANPE a cette époque et SANS etre a la retraite securite sociale) mais les PNT continuaient jusqu’à 65 ans..
      Puis avec la retraite à 60 ans mise en place en 1981, les PNT durent partir a 60 ans
      Puis les âges de départ des deux professions furent harmonisés au sein de la caisse de retraite des PN où ils croisent tous et tous purent partir à compter de leurs 55 ans: ce qui en fait permettait de laisser les PNC plus longtemps au boulot. En pratique les PNC reculèrent pour beaucoup leur départ,mais quasiment tous les PNT continuèrent jusqu’a 60 ans..
      La lou-Sarko a juste déplafonné cette limite de 60 ans en permettant à TOUS les PN de continuer jusqu’à 65 ans..opportunité que saisirent quasiment tous les PNT mais quasiment aucun PNC ( ces derniers aidés en cela par AF qui ne voulant pas de vieux PNC a mis en place des systemes de primes au départ des PNC a 56 ans mais rien Apres cet âge ce qui rend leur prolongation au delà de 56 ans financièrement quasiment sans intérêt pour eux…)

  6. Bob

    Pas de PDV… juste un Actimel…

  7. Bob

    Chez AF, un CdB A380 vient d’être lâché en fin d’AEL… à 6 mois de la retraite…

    Pour les pilotes, on ne compte pas…

  8. J'me marre

    Si cette compagnie arrive à dégager quoi que ce soit de financièrement positif en 2017,pour sûr que ses tres chers PNT seront les premiers arrivés-premiers servis à réclamer  » un juste partage/juste retour des fruits de leurs efforts »… Et s’ils ne l’obtiennent pas lors de discrètes réunions en petit comité SNPL-Direction,alors ils menaceront d’une nouvelle grève « légitime compte tenu des efforts faits les années anterieures et des pertes financières déjà subies par la profession »……..

    • Exactement.
      Vraiment triste et pathétique. Ne serait ce que pour le symbole AF aurait pu inclure une centaine de pilotes. Ceux qui sont grassement payés alors qu’ils travaillent moins que leurs homologues européens et qui font perdre de l’argent à la compagnie avec une grève inutile. C’était le moment rêvé d’en dégager quelques uns.

  9. Erik de Nice

    C’est vrai qu’ils sont un peu « branque » dans leur gestion et leur rapports aux syndicats mais faudrait quand même être dingue, lorsque l’on est Français, de vouloir assister à la disparition de notre Compagnie Nationale…
    Elle a un passé si prestigieux!!!
    Je ne peux pas m’y résoudre même si je ne partage plus grand chose de « leurs valeurs »..

  10. Trucmuche

    Je vais vous dévoiler une autre aberration , les épouses de pilotes en fonction , ne bénéficiaient elles pas d un siege en première classe pour accompagner leurs maris lors de rotation ou l équipage restaient plusieurs jours en escale aux frais de la compagnie ? les pilotes bénéficient au niveau hotelier , de suites dans les hôtels, je dis bien de suite, c est un privilège qui leu est accorde depuis des décennies et c est toujours d actualite , d autre part la compagnie il y a 20 ans deja pour faire des économies a séparer les équipages techniques des commerciaux , les techniques ( pilotes ) étant loges dans des hôtels encore plus luxueux, a l escale de new york il fut un temps ou les pilotes étaient amenés de l aéroport a leur hôtel en limousine, oui vous avez bien lu, je ne sais pas si c est toujours d actualité. ma femme est chef de cabine à Air France , j ai donc pu constater tout ce que j écris.

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum