Aer Lingus approuve l’offre de rachat d’IAG

air-journal_Aer Lingus_Tailfin

La compagnie aérienne Aer Lingus va recommander à ses actionnaires d’accepter la troisième offre de rachat d’International Airlines Group (IAG), qui la valorise à 1,36 milliard d’euros. Mais cette recommandation reste soumise à conditions, d’une part l’accord des principaux actionnaires (l’état et la low cost Ryanair), et d’autre part à la prise en compte de ses intérêts.

Le groupe rassemblant British Airways, Iberia et Vueling avait réévalué son offre de rachat de la compagnie nationale irlandaise à 2,55 euros par action à la semaine dernière, après deux tentatives rejetées. De quoi convaincre le conseil d’administration, qui a donné son feu vert le 27 janvier 2015 avec les précautions d’usage : accord du ministère des finances (25,1% du capital) et de Ryanair (29,8%), le premier étant le plus dur à convaincre alors les appels se multiplient – un an avant des élections – pour ne pas vendre Aer Lingus, tandis que la seconde a déclarée qu’elle étudiera la proposition. Le syndicat Impact dit de son côté craindre la perte de 1200 emplois, près d’un tiers de l’effectif, et la vente devra de toute façon être avalisée par la Commission européenne qui se penchera tout particulièrement sur la concurrence entre les aéroports de Dublin et Londres-Heathrow.

IAG a de son côté publié un communiqué égrenant ses promesses quant à l’avenir d’Aer Lingus, tout en mettant en avant les synergies envisageables : elle conservera son nom, une direction séparée et le contrôle de ses opérations. Le groupe inclura en outre Aer Lingus dans sa coentreprise transatlantique avec American Airlines, et proposera son adhésion à l’alliance Oneworld (Aer Lingus en était membre jusqu’en 2007). Afin de rassurer Dublin, IAG affirme « reconnaître l’importance des services aériens directs et des correspondances pour les investissements et le tourisme en Irlande, et compte discuter avec le gouvernement Irlandais pour s’assurer de son soutien ».

Rappelons qu’Aer Lingus détient 24 paires de créneaux à l’aéroport de Londres-Heathrow (42 pour IAG, premier sur la plateforme devant Lufthansa et Virgin Atlantic), et qu’elle avait accueilli en son temps un jeune pilote nommé Willie Walsh, devenu directeur général avant d’être recruté en 2005 par British Airways – il est aujourd’hui PDG d’IAG.

http://www.air-journal.fr/2015-01-28-aer-lingus-approuve-loffre-de-rachat-diag-5134621.html

Commentaire(s)

  1. Pierreantoine

    Bingo !
    Félicitations à IAG,
    Voilà qui va épicer la concurrence, et revoir sérieusement les règles du jeu sur l’Atlantique Nord, qui n’est pas la moindre route.

    • « Voilà qui va épicer la concurrence »
      Je ne comprends pas votre remarque. En effet je comprends surtout qu’une compagnie va absorber une autre compagnie … et donc qu’au final ça fera un concurrent en moins sur l’axe transatlantique.

      • +1, c’est même tout le contraire avec un acteur en moins, repris par le leader sur ce marché.
        Pour le coup, Ryanair aurait amené, elle bien plus de concurrence sur ce marché. (fut-ce au détriment des salariés)

        • Pierreantoine

          Si on voit le nombre de prestataires, IAG englobant EI, on pourrait dire que cette domination réduira la concurrence. Or elle va exacerber les tensions entre les alliances, QR étant déjà ds OW, les autres GS vont donc essayer d’entrer sur fe marché Europe US. LH et AF ne pourront donc attendre sans réagir, d’où mon post.

  2. AS

    C’est un mauvais choix que fait Aer Lingus. La proximité géographique des 2 hubs est stratégiquement mauvaise avec un léger risque de cannibalisation.

    Qui vivra verra mais je trouve ce rachat pour le moins déroutant.
    EI aurait eu plus d’intérêt à s’allier à AF ou LH.

  3. beb

    Et pendant ce temps là AF rame.

    • BOEING 777-300ER

      AF n’a pas besoin de racheter une Cie comme EI car son hub de CDG ne connaît aucun problème de saturation ou de limitation de slots. En revanche, racheter une low-cost de type EasY jet ou Wizz Air serait intéressant.

  4. Même si je ne suis pas fan de Ryanair, je ne vois pas en quoi leur offre était plus un risque pour EI que celle d’IAG?

    S’il y a bien deux compagnies qui ne doivent pas racheter Aer Lingus cause concurrence, c’est bien Ryanair ET British Airways!

    Comme quoi, on refuse à l’un ce qu’on autorise à l’autre…

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum