All Nippon Airways : 8 Boeing, 7 Airbus

air-journal_All-Nippon-Airways-A320neo_ANA

La compagnie aérienne All Nippon Airways (ANA) a annoncé vendredi une commande de huit Boeing dont trois 787-10 Dreamliner, et de sept Airbus dont trois A321neo.

Le contrat annoncé le 30 janvier 2015 par la compagnie privée japonaise a une valeur cumulée estimée à 2,2 milliards de dollars au prix catalogue, et servira à renforcer sa flotte sur les liaisons intérieures au départ de son hub à l’aéroport de Tokyo-Haneda. Les livraisons seront étalées entre 2015 et 2021. Chez Boeing, ANA a pris trois 787-10 qui viendront s’ajouter aux Dreamliner déjà commandés : 36 787-8 dont elle était compagnie de lancement (34 en service) et 44 787-9 (2 en service). Les quatre autres avions sont des 737-800, dont trente sont déjà en service dans sa flotte. Chez Airbus, All Nippon Airways a opté pour quatre A321ceo (une première) et trois A321neo, version dont elle attend déjà 23 exemplaires.

Rappelons que la compagnie de Star Alliance avait annoncé en mars 2014 une commande géante portant sur vingt 777-9X, quatorze 787-9 et six 777-300ER, ainsi que sur sept A320neo et 21 A321neo (devenant compagnie de lancement de la famille neo au Japon). La commande chez Boeing avait été confirmée le 31 juillet, et celle chez Airbus le 1er août. L’avionneur européen avait effectué l’année précédente sa première percée au Japon, vendant à Japan Airlines 18 A350-900 et 13 A350-1000 fermes (avec des options pour 25 appareils supplémentaires).

air-journal_ANA All Nippon Airways 787_9

http://www.air-journal.fr/2015-01-30-all-nippon-airways-8-boeing-7-airbus-5134863.html

Commentaire(s)

  1. Erik de Nice

    Quand même, curieux choix que font certaines compagnies en commandant à la fois des 737’s et des 320’s. Ne serait-ce que pour la formation des pilotes, de la maintenance voir les économies d’échelle réalisées en commandant par exemple toute la flotte de mono-couloirs chez l’un ou l’autre des deux constructeurs.
    Enfin, c’est toujours mieux que rien…

    • rantanplan

      C’est peut être parce que le 321 peut embarquer jusqu’à 30 pax de plus que le 738 sur certaines routes à plus forte demande. Il n’y a pas de module (à part peut être le B739) chez Boeing dans la tranche 190/230 afin de remplacer le 757. C’est assez inexplicable,d’autant plus qu’Airbus envisagerait un 321 LR et que Boeing ne semble pas avoir prévu quelque chose en mono-couloir dans ce sens.

    • L’avantage c’est de ne pas dépendre d’un seul fournisseur … ce qui est un sacré plus pour négocier à l’achat le prix et la maintenance. Quand une compagnie a un nombre important d’avions, qui permet d’avoir deux types d’appareils en nombre suffisants, ce n’est pas idiot à mon sens. Par contre il y a effectivement un surcoût de formation pour les pilotes mais si d’un autre côté ça leur permet de mieux négocier lors d’achats d’avions …

  2. TIM

    Je trouve au contraire que c’est une bonne chose de diversifier ses commandes.
    Cela permet d’être mieux adapté aux évolutions du trafic.
    Un compagnie qui achète 20 737 en répartissant sur 10 -700 et 10 -800 réalise une économie de plusieurs dizaines de millions d’euros par rapport à une autre qui n’achète que des 737-800 dont la moitié vont servir à faire le travail du 737-700.
    Certes le procédé augmente les coûts de maintenance, mais est-ce pire que le gaspillage de la stratégie de l’avion unique?

  3. sebastien1

    Allez en parler a RYAN AIR qui a commandé 175 737 lors de sa dernière commande,et qui grace a cela beneficie de remise extraordinaire,a un point tel ,qu’ils revendent leurs avions au meme prix qu’ils les ont achetés après plusieurs années d’exploitation,il est plus judicieux de diversifier ses commandes mais avec deux types d’avions different,AIRBUS pour le CC et MC,et BOEING pour le LC, ou l’inverse bien sur

  4. Bon nouvelle pour l’aérien japonais qui se dévellope de plus en plus.

  5. Beaucoup de grandes compagnies (American Airlines, Delta, Lufthansa, British Airways, ANA, Air China…) ont des flottes mixtes. Ca n est pas si idiot, mais certes a partir d’une certaine taille seulement.

  6. le chavenois

    Mettre ses oeufs dans le même panier s’avère très profitable quand tout se passe bien ( ce qui est assez rare ), mais devient très vite catastrophique lorsque les rouages de la machine se grippent. La diversification est le b.a.ba du business pérenne.

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter