Crash TransAsia GE235 : 35 morts au moins, un pilote héroïque

air-journal_TransAsia crash GE235 impact

De nouveaux corps ont été retrouvés vendredi matin dans la rivière Keelung, portant à 35 morts, 8 disparus et 15 survivants le bilan du crash du vol GE235 de la compagnie aérienne TransAsia Airways mercredi à Taipei. Le pilote de 42 ans est présenté par la presse locale comme un héros pour avoir réussi à éviter les immeubles environnants et minimisé les pertes humaines.

Deux corps ont été repêchés hier et deux autres ce 6 février 2015, tandis que des débris de l’ATR 72-600 étaient découverts 6 km en aval du lieu de l’accident de mercredi ; quelques 60 plongeurs participant toujours aux recherches pour tenter de récupérer les dernières victimes emportées par le courant. Au moins 22 des 31 touristes chinois qui se trouvaient à bord ont trouvé la mort dans le crash, le processus d’identification se poursuivant encore ce matin. Le vol GE235 devait relier l’aéroport de Taipei-Songshan à Kinmen avec 53 passagers et 5 membres d’équipages, mais s’est écrasé quelques minutes après son décollage de la capitale.

Le maire de Taipei a expliqué que le pilote Liao Chien-tsung avait agi en « héros » pour avoir réussi à éviter les immeubles et dirigé son avion vers le lit de la rivière, minimisant probablement le nombre de victimes. Liao, 42 ans et 4914 heures de vol à son actif dont environ 3400 à bord d’ATR, a trouvé la mort dans le crash tout comme les deux autres pilotes se trouvant dans le cockpit ; il aurait selon une télévision locale été retrouvé tenant encore le manche de l’avion.

Du côté de l’enquête, l’Administration de l’aviation civile de Taïwan (CAA) a confié au Conseil de Sécurité de l’aviation (ASC) les deux boîtes noires récupérées dès le jour de l’accident. Des indications préliminaires sur leur contenu, surtout celui de l’enregistreur des conversations du cockpit (CVR), pourraient être dévoilées ce vendredi. Le moteur Pratt&Whitney PW127M gauche de l’ATR est toujours au centre de l’enquête, le Mayday envoyé par l’équipage au contrôle aérien ayant mentionné son extinction peu après le décollage. Une équipe chinoise à été invitée à participer à l’enquête par le directeur de l’ASC Thomas Wang en raison du nombre de victimes venues du pays, en lus des enquêteurs envoyés par ATR, le BEA français ou le Canada. Mais la CAA comme TransAsia Airways ont démenti les affirmations d’un pilote anonyme cité par les médias locaux, selon qui le pilote du vol GE235 avait demandé la maintenance du moteur avant le décollage d’un vol précédent à l’aéroport de Kinmen – maintenance qui aurait été refusée pour ne pas entrainer un retard – et donc une amende.

La compagnie taïwanaise a mené à bien mercredi l’inspection ordonnée par la CAA de ses six 72-500 et quatre 72-600, entrainant l’annulation de 30 vols ; UNI Air, filiale régionale d’EVA Air qui opère douze 72-600, devait en avoir fait de même hier. Mais ce deuxième crash en moins d’un an pour TransAsia Airways a déjà une conséquence : la levée de l’interdiction de lancer de nouvelles liaisons, imposée après l’accident du vol GE222 qui avait fait 48 morts le 23 juillet 2014, n’aura pas lieu comme prévue en juillet prochain ; elle a été repoussée à février 2016 (cette interdiction ne concerne pas la nouvelle filiale low cost V Air).

http://www.air-journal.fr/2015-02-06-crash-transasia-ge235-35-morts-un-pilote-heroique-5135514.html

Commentaire(s)

  1. Il tenait encore le manche !

    Lui, il en a c’est sûr …

    RIP et respect aux familles.

    Mnbee

  2. J’écrivais hier :
     » En fouillant un peu, on s’aperçoit que les ATR ont connu quelques sérieux problèmes moteurs ! On en a moins parlé car pas de crash…. 3 exemples dont un pas plus tard qu’au mois de septembre……
    Janvier 2013.
    Alarme incendie sur l’un des deux moteurs, Air Tahiti, vol VT433 Raiatea et Bora Bora. Atterrissage d’urgence.
    24 juin 2013
    Swiftair vol AEA7306, Madrid-Vigo atterrissage d’urgence.
    29 septembre 2014
    Flybe vol BE6031 Münster-Osnabrück, casse moteur après le décollage. »

    ça fait quand même pas mal sur 2 ans….Y-en t-il eu d’autres ? ATR et Pratt & Whitney ont du pain sur la planche….ATR a engrangé des commandes records….en espérant que ce n’est pas un début de mauvaise réputation pour ces avions….

    http://www.air-journal.fr/2015-02-05-crash-transasia-ge235-33-morts-12-disparus-5135429.html

  3. Comment les autorités peuvent-elles déja déterminer de la trajectoire suivie par l’avion ? Dire qu’il a évité les immeubles est une évidence, mais pourquoi l’avion n’a-t-il pas plané ?

    • Il n’est pas toujours possible de planer. Si le profil aérodynamique de l’avion a été biaisé pour une raison ou une autre, cela peut nuire directement à sa portance (exemple : givre accumulé sur les ailes), et là je vous met au défi de planer. De plus pour planer il faut avoir une vitesse minimum permettant de le faire.

      Je ne sais pas quelles étaient les conditions climatiques mais les ATR sont réputés plus vulnérables que d’autres par grand froid.

  4. A mon avis il vaut mieux éviter cette compagnie.

  5. BOBO7

    les autorités ne savent rien ! chacun doit connaitre sa place et son boulot laissons les experts faire leurs boulots non mais quoi qu’est ce qui se passe ? avant ont laissaient les enquêteurs travaillés tout tranquillement mettant si possible tout à leurs dispositions mais maintenant ce sont les ministres des transports, des gendarmes ou des ministres de l’intérieur qui doivent parlés non mais qu’est ce qu’ils font ? ils veulent révolutionner le monde de l’aéronautique ou quoi ?

  6. Rogerwilco

    Il est surprenant de constater que le sensationnel l’emporte systématiquement lorsqu’il s’agit d’aéronautique.
    Le pilote est un héros parce qu’il tenait le manche? Allons …. Ce genre d’affirmations ( peu probables ) sont la pour frapper les esprits naïfs lecteurs de feuilles de choux , pas ceux d’air journal.
    D’après ce qu’on lit le moteur 1 à été coupé par l’équipage , le deux est parti en drapeau automatique . L’équipage a tenté le redémarrage du 1 ,sans succès , puis décroché .
    Je ne parviens pas à déterminer la position des volets au moment de l’impact . Sont ils en braquage maximum ou pas ? A première vue ils ne le sont pas , ce qui contredirait la thèse de la tentative d’atterrissage forcé. Peut être qu’un pilote d’ATR pourrait nous renseigner.

  7. Pol

    Bonjour,
    Tout d’abord petites rectifications: Flybe n’a pas d’ATR mais des Dash 8 Q400. Ensuite: « les ATR sont réputés plus vulnérables que d’autres par grand froid. » Non, ils volent plus « que d’autres » dans les conditions givrantes, pour être précis l’hiver les ATR ne volent pratiquement que dans les conditions givrantes (vers le FL190) alors que « les autres » (les réacteurs?) volent au-dessus et ne font que traverser ces conditions givrantes. D’ailleurs il est amusant de les entendre émettre des avis de givrage fort lorsqu’ils traversent les couches, alors que nous volons ensuite dedans pendant 20mn et ce n’est que du givrage léger (fin de la parenthèse). L’ATR est très bien équipé pour voler en conditions givrantes mais ne peut pas faire de miracle: quand ça givre trop si l’on a assez de puissance on monte pour sortir des couches sinon on descend très vite et on se sauve de ces conditions.
    Concernant le crash en vidéo on peut voir le moteur n°2 tourner moins vite et probablement en drapeau ce qui confirme le fonctionnement de l’ATPCS (mise en drapeau automatique du moteur inop et surpuissance sur moteur opérant). On voit également que le moteur n°1 semble pousser d’où l’impression étrange qu’il penche du mauvais côté. La réponse semble apportée par le début de la vidéo où l’on voit très bien l’avion s’enfoncer puis décrocher sur l’aile gauche. Hélas cela signifie que les pilotes n’ont rien éviter du tout et que leur trajectoire en plein décrochage est chanceuse.
    Paix à leur âme.

    • quelques précisions sur les ATR :

      -Flybe utilise une douzaine d’ATR72 en plus des DASH8 .

      -ATR a subit au moins 3 crashs liés au givrage (ATI 1987, American Eagle 1994, Aerocaribean 2010 , et possiblement UTair en 2012 plus de nombreux incidents rapportés , ce n’est probablement pas un hasard et on est en droit de penser que ce type d’avion est très sensible au givrage.

      -Taiwan étant situé sur le tropique du cancer , les conditions givrantes sont très improbables dans ce dernier accident.

  8. easy sleeping pilot - 6 février 2015 à 11 h 36 min
    easy sleeping pilot

    la trajectoire n’est pas maitrisée du tout ( aucun mouvements des commandes de vol) l’avion décroche et tombe, c’est tout . Qu’il tombe dans le lit de la rivière est un (mal)heureux hasard .

    Sait-on si ce petit garçon de 2 ans qui a miraculeusement survécu a aussi pu retrouver ses parents ?

    Sinon Transasia , deux ATR au tapis en quelques mois, ça serait utile d’aller faire une enquête approfondie au training department …

  9. Lors d’une panne moteur au décollage, il n’y a aucune action en dessous de 400 ft sol sauf:
    – continuous relight
    – rentrer le train (c’est fait)
    – on doit vérifier si il y a uptrim automatique du moteur vivant et mise en drapeau automatique du moteur mort. Si ça marche pas, on fait l’uptrim soi-même, et le non flying doit demander confirmation avant d’envoyer l’hélice affectée en drapeau manuel et Fuel shut off. Dans ces conditions, l’ATR peut voler sur un moteur!
    Dans le cas présent, il semble que le moteur vivant ait été envoyé en drapeau et arrêt.
    Plus de moteur, stick shaker, stick pusher, tout le monde descend.
    Fin de l’histoire

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum