Crash de Germanwings: compagnies et syndicats réagissent

air-journal_crash Germanwings 4U9525 ops2@DICOM

L’annonce d’un crash apparemment volontaire du vol 4U9525 de la low cost Germanwings a entrainé l’adoption du principe de deux personnes tout le temps dans le cockpit par de nombreuses compagnies aériennes, parmi lesquelles Lufthansa, easyJet, Norwegian Air Shuttle, Icelandair, Air Canada ou Air Transat. La fédération allemande de l’aviation veut rendre le principe obligatoire, Air France n’a pas encore communiqué sur le sujet. Quant aux syndicats de pilotes, ils hésitent entre stupeur et colère.

Une « dimension totalement inconcevable » selon la chancelière allemande, un jour « tout aussi dévastateur » que celui du crash selon Germanwings : la conférence de presse du procureur de Marseille le 27 mars 2015 a plongé le monde dans la stupéfaction, quand il a annoncé que le copilote Andreas Lubitz avait volontairement provoqué l’accident de mardi, qui a fait 150 morts lors d’un vol entre l’aéroport de Barcelone-El Prat et Düsseldorf. Cet isolement dans le cockpit a conduit plusieurs compagnies à adopter dès ce matin le principe déjà en vigueur aux Etats-Unis : si un des pilotes dois s’absenter, il doit être remplacé par un autre membre d’équipage. Lufthansa, maison-mère de Germanwings, et Air Berlin l’ont fait dès hier, la Fédération allemande de l’aviation réclamant une règlementation qui rende la pratique obligatoire. La low cost easyJet « confirme un changement de sa procédure qui sera effective à partir du 27 mars 2015. Désormais, deux membres de l’équipage seront présents en permanence dans le cockpit. Cette décision a été prise en consultation avec la Civil Aviation Authority (CAA). La sécurité des passagers et de ses équipages est la première priorité d’easyJet ». Norwegian Air Shuttle a pris la même décision, expliquant que l’on « discute de cela depuis longtemps, mais cet épisode a accéléré les choses », tout comme Icelandair, tandis que Finnair, Ryanair et Iberia rappelaient que c’est déjà le cas sur tous ses vols. Jeudi soir, le Canada a rendu obligatoire la présence de deux personnes en permanence dans le cockpit – ordre suivi immédiatement par Air Canada, Air Transat et WestJet. Ce vendredi matin, Air New Zealand a annoncé qu’elle suivra le mouvement.

Air France n’a pas communiqué sur le sujet hier, mais d’après Le Figaro la DGAC a rencontré des responsables des compagnies françaises hier soir pour discuter de l’accès au cockpit. Un des participants a expliqué au quotidien que la question « est d’autant plus délicate que les pilotes, à Air France et dans bien d’autres compagnies, avaient plutôt tendance ces derniers mois à se plaindre du fait que l’accès au cockpit par un terroriste était possible en défonçant la cloison des toilettes attenantes, et donc qu’il fallait rendre le cockpit totalement inviolable en posant une cloison blindée ».

Contrairement aux Etats-Unis, la réglementation européenne n’impose pas la présence continue de deux personnes dans le cockpit. Seule l’Agence Européenne de la Sécurité Aérienne (AESA) peut imposer cette mesure à l’échelle du continent. Mais rien n’empêche une compagnie de mettre en place cette procédure, ou tout autre à condition qu’elle soit plus sévère que le cadre réglementaire.

air-journal Andreas Lubitz copilote germanwingsDu côté des pilotes, le syndicat européen ECA (European Cockpit Association) a fait part jeudi de son choc à l’idée que le crash de Germanwings avait été causé par un acte délibéré du copilote. Acceptant le fait que de nombreux faits rendent ce scénario crédible, il souligne toutefois que de nombreux points restent à éclaircir, et que les enquêtes sur les accidents d’avion sont des processus « longs et complexes » justement pour s’assurer que tous les paramètres sont connus et compris. Pour l’ECA, seule l’analyse de l’enregistreur des données de vol (FDR) permettra de « vérifier et fournir des éclaircissements » sur la situation décrite par l’enregistreur vocal (CVR).

Mais le syndicat dénonce aussi le fait que le contenu de la boîte noire a été « fuité » par le procureur, un « manquement sérieux » aux règles internationales d’enquête définies par l’ICAO qui pourrait être une « distraction » pour les enquêteurs (en l’occurrence du BEA et de son homologue allemand, entre autres). Un point de vue repris plus violemment par l’IFALPA (Fédération internationale des associations de pilotes de ligne) qui « dénonce et condamne » cet étalage public, qui porte « atteinte à la confiance de toutes les parties impliquées dans l’enquête et des familles de victimes ». Des fuites de ce genre « font du mal à la sécurité aérienne », poursuit le syndicat basé à Montréal, en « provoquant des spéculations des médias et du grand public, et en décourageant une coopération honnête avec les enquêteurs lors d’accidents futurs ». Avant de rappeler que le rôle de l’enregistreur des conversations du cockpit est d’aider les enquêteurs à déterminer les causes ayant conduit à l’accident, et non à blâmer qui que ce soit – ceci étant réservé à la justice. Cette fuite n’est donc selon l’IFALPA qu’une « invasion inacceptable de la vie privée que l’on ne peut décrire que comme une recherche du sensationnalisme et un voyeurisme de la pire espèce ». Le procureur Brice Robin, qui avait critiqué hier les lenteurs du BEA, appréciera.

air-journal_crash Germanwings 4U9525 ops@DICOM

http://www.air-journal.fr/2015-03-27-crash-de-germanwings-compagnies-et-syndicats-reagissent-5141660.html

Commentaire(s)

  1. Trevor
    Publié le 27 mars 2015

    Cet acte n est pas isolé. Il faut arrêter cette hypocrisie et pointer le seul pilote (qu il soit copi ou commandant). Cela fait des années que ça dure. Des années que les conditions de travail et les salaires sont bafoués. Des années que les pilotes, responsables de centaines de passagers et d’avions coutant des millions de $ sont laissés à eux memes, dans une stress perpétuel, dans une profession qui reste très égocentrique parce que peur de représailles de l’employeur. Salaire de plus en plus bas, pas de base fixe, pas de pensions, sécurité sociale minimale, duty à rallonge, vacances refusées… Tout ca pour une course aux profits menées par les low cost qui ne savent se justifier que par des marches bénéficiaires de plus en plus faibles. Allez expliquer ca aux passagers qui ne sont plus parmi nous et à leurs proches. Expliquez cela aux passagers qui voyagent aujourd’hui et qui ont raison d’avoir la peur au ventre. Cette industrie est juste a l’image de ce monde capitaliste à la seule difference que des innocents sont pris en otage par des pilotes qui sont à bout et ne trouvent plus aucuns repères dans leurs vies! Miserables époques ou ceux qui pouvaient changer les choses voyagent probablement en business jet ou first class des majors et n’ont aucunes idées de la réalité. Quelle pitié…

    • C’est bien beau tout ça, mais la réalité est que dans les cas avérés de suicides de pilotes, les causes ont toujours tourné autour de la frustration autour d’un upgrade qui n’arrive pas et donc un affront envers l’employeur (Silk Air, FedEx, EgyptAir) ou une déprime due à une histoire personnelle (LAM Mozambique) et non directement les conditions de travail. Si c’était le cas, on aurait déjà eu droit à des dizaines de suicides chez Ryanair entre autres où franchement les conditions de travail sont bien plus difficiles que chez Germanwings.

  2. SNPL MAN
    Publié le 27 mars 2015

    Il faudrait mettre un troisième PNT sur tous les vols pour assurer un maximum de sécurité.
    Cette proposition sera posée dans les prochaines jours par notre syndicats principales, la direction devra accepter sinon …!

  3. Marlowe
    Publié le 27 mars 2015

    Tiens j’ai portant cru que les pilotes étaient infaillibles en toutes circonstances même si la grande majorité des crashs sont de leurs responsabilités, merci Mr le Procureur d’avoir mis clairement et sans ambiguïté les pendules à l’heure !

  4. Publié le 27 mars 2015

    Ryanair bien en avance dans ce cas précis, cela fait plus de 10 ans qu’une procédure existe où un PNC remplace un PNT sortant momentanément du cockpit.
    Il est triste si cette théorie venait à se confirmer que ce monsieur ai décidé d’emporter tant de vies innocentes avec lui.
    Courage aux familles

  5. Alain45
    Publié le 27 mars 2015

    Trevor, ok pur vos explications.
    Mais dans beaucoup de cas les crashs volontaires n’étaient pas dus aux raisons que vous exposez. Voir :
    http://www.air-journal.fr/2015-03-27-crash-aerien-volontaire-des-precedents-5141665.html
    Personne n’est infaillible, un humain reste un humain espérons que ça arrive le moins souvent ou plus jamais.
    On en saura certainement un peu plus sur ce jeune pilote qui semble-t-il avait déjà eu une phase de dépression de plusieurs mois il y a quelques années.

  6. Wolfgang
    Publié le 27 mars 2015

    Aucune raison ne peut justifier cet acte quand bien même ce pilote a ete pressé comme un citron.

    heuresement que les 10 000 suicides /an le font en solitaires ( hors drame familiale )

    pauvre monde

  7. Publié le 27 mars 2015

    @trevor
    Faudrait pas en venir à justifier la mise à mort de 149 passagers et membres d’équipage par la qualité des relations sociales dans les compagnies… Evitons de profiter d’un tel drame pour appuyer je ne sais quelles revendications.
    Et puis que connaissez- vous des motivations du copilote ? Elles peuvent être uniquement privées et personnelles.

  8. Publié le 27 mars 2015

    Je constate qu’EasyJet a réagi rapidement et est apparu en tête de liste dans la plupart des médias télévisés comme la première compagnie a imposer la règle de la présence obligatoire de deux membres d’équipage en permanence dans le cockpit. Le premier a annoncer cette mesure étant Richard Quest sur CNN. Coup de COM réussi démontrant la reactivite et le pragmatisme des entreprises anglo-saxonnes. Aujourd’hui les passagers retiennent EasyJet est une compagnie qui s’occupe de notre sécurité. Airfrance n’a pas fait de commentaires, n’y aurait-il pas la un problème plus profond sur le clivage PNT / PNC, ou sur comment faire accepter une mesure imposant au personnel commercial l’accès dans le cadre de ses fonctions a une partie du domaine réservé au personnel technique.

  9. Alain45
    Publié le 27 mars 2015

    Pour la boite fuité, ce n’est pas le procureur qui est en cause à l’origine, il n’a pas eu d’autre choix à partir du moment ou un membre ou très proche du BEA commis une faute professionnelle en divulguant les résultats plusieurs avant, ensuite à leur tour relayés par les médias USA. D’où son fort mécontentement lors de sa conférence de presse. Il y aura forcément une enquête sur cette fuite.

  10. BOeing 777-300er - 27 mars 2015 à 8 h 00 min
    BOeing 777-300er
    Publié le 27 mars 2015

    Est-ce les prémices du retour du mécanicien naviguant (en tant que surveillant bien sûr) ? J’aimerais faire part de ma tristesse après ce terrible drame. J’aimerais également dire aux suicidaires (même les groupies des One Direction) d’aller se tuer autre part que dans les avions ou le RER.
    P.S. Beaucoup de drames similaires se sont produits (Egypt Air, Silk Air) et il a fallu attendre que ce drame se déroule dans le sol européen pour réagir. Indécent !

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum