Crash Germanwings : la difficile identification des victimes

air-journal_crash Germanwings 4U9525 ops2@DICOM

Quatre jours jour après le crash de l’Airbus A320 de Germanwings dans les Alpes françaises (Alpes-de-Haute-Provence) avec 150 personnes à bord, les équipes de recherche et de secours poursuivent leur travail avec grande difficulté dans cette région montagneuse isolée.

Secouristes, médecins légistes et gendarmes fouillent le site du crash, à la recherche « d’éléments identifiants« , comprendre des restes des corps des passagers. « Des débris de l’avion il ne reste pas grand chose, c’est surtout les restes humains qui sont nombreux à collecter, les opérations pourraient encore durer deux semaines », déclare le lieutenant-colonel Xavier Vialenc, porte parole de la gendarmerie, cité par ParisMatch.

« Nous n’avons pas retrouvé un seul corps intact« , raconte, de son côté, le colonel de gendarmerie Patrick Touron à FranceTVinfo« Compte tenu de la nature de la dégradation des corps, nous pensons que l’ADN sera l’élément prégnant pour procéder à des identifications ». Les « éléments identifiants » sont répertoriés et placés dans des congélateurs, à moins 20 degrés. Ils sont transféré par hélicoptère vers un laboratoire mobile à Seyne-les-Alpes, à une dizaine de kilomètres du  lieu du crash, pour être comparés avec les prélèvements ADN effectués sur les familles. « Le processus d’identification débutera lorsque que nous aurons suffisamment d’éléments », explique le colonel Patrick Touron.

Par ailleurs, les équipes d’enquêteurs fouillent eux-aussi le terrain pour retrouver la deuxième boîte noire de l’Airbus, la FDR (Flight Data Recorder) qui a enregistré les données du vol de l’avion.

air-journal germanwings  gendarmerie5

 

 

air-journal germanwings  gendarmerie4

air-journal germanwings  gendarmerie3

 

http://www.air-journal.fr/2015-03-27-crash-germanwings-la-difficile-identification-des-victimes-5141718.html

Commentaire(s)

  1. Publié le 27 mars 2015

    Quelle horreur… 🙁

  2. MoMo
    Publié le 27 mars 2015

    Respect à ces Hommes et Femmes.

    • Aulongcourt
      Publié le 27 mars 2015

      …oui,et quand on y pense,une fois tout ca fini,une fois rentrés chez eux,il n’y aura sans doute pas que les proches/amis/collègues des victimes qui risquent d’avoir besoin d’une cellule de soutien psycho…meme si certains pour se rassurer,pour se débarrasser du probleme ou pour faire des économies diront que ,apres tout ,ceux la sont des militaires ou des personnels spécifiques formes à tout encaisser….et pourtant,quelle que soit sa formation,son entraînement ou sa force de caractère et de contrôle de soi,un humain reste un humain..et qu’à ce titre,comme tout humain,il a une sorte de  » plafond » a ce qu’il peut encaisser.,et au delà duquel tout peut craquer….

  3. Erik de Nice
    Publié le 27 mars 2015

    Euh… Ou est-il le « Flo de M… » ? Vous savez, celui qui peux avoir l’indécence de balancer sa version, insultant bien évidemment toutes les familles de victimes au passage « Compagnie Low Cost = Maintenance Low Cost »!!!!
    Lufthansa pour toi, c’est aussi du Low Cost ?
    Tu l’ouvre moins, je trouve, en ce moment…. Pauvre type (pour être polis)!!!!
    Excusez un nouvelle incartade de ma part mais je vous lis tous les jours, cependant et des avis tout à fait vraisemblables sur la plus part des sujets sont formulés ici, chez vous, mais reconnaissez que les interventions de cet individus sont justes insupportables et indécentes pour les familles des victimes se voient dire « pour quelques euros de plus, vous auriez pu.., »
    [… propos modéré]

    • FLO
      Publié le 27 mars 2015

      Bouche pâteuse, élocution approimative, syntaxe et orthographe déficientes, pensée embrumée. Aucun doute, l’apéro du vendredi a été un poil trop long sur la côte d’azur.

    • Vincent
      Publié le 27 mars 2015

      Plutôt que de modérer les propos d’ERIK DE NICE, il eut été sans doute plus judicieux de censurer ceux de FLO.

  4. Vincent
    Publié le 27 mars 2015

    Compte tenu de la vitesse d’impact, de l’ordre de 700 km/h, l’appareil est littéralement pulvérisé. Seule certitude de bien triste consolation : les décès ont été instantanés.

    Je suis admiratif de ce que font ces équipes, car j’en serais parfaitement incapable, outre la difficulté à progresser dans un environnement hostile, difficile d’accès, avec des pentes importantes et des risques d’éboulements. Chapeau bas !

    J’espère qu’elles bénéficient aussi d’un soutien psychologique.

  5. czl
    Publié le 27 mars 2015

    Depuis le début et les premiers images du crash, chacun pouvait comprendre qu’aucun corps intact ne pouvait être trouvait et pourtant on continue à donner de faux espoirs aux familles

    Pourquoi ne pas tout ensevelir sur place
    A quoi sert de donner aux familles des cercueils avec 3 petits morceaux de chair?

    • Que savez vous de ce que les familles veulent? Et si vous ensevellissez tout (probablement impossible vu le terrain) comment allez vous identifier les corps. Vu que c’est un charpie, il faut qu’ils prélèvent tout ce qu’il trouve pour les analyses ADN.

      Pensée à toutes les familles et aux agents qui doivent aussi en baver.

  6. l’horreur: le crash, le glauque: les images si généreusement diffusées par ce site, et dans les commentaires : le respect des uns ( respect pour les hommes sur place face à l’insupportable) et les insultes des autres qui pleuvent en règlements de compte entre personnes qui ne se connaissent pas et qui, s’ils étaient face à face se serreraient peut-être la main avec respect .
    Face à la mort de beaucoup et au drame des familles en deuil …

  7. jtb
    Publié le 28 mars 2015

    Que pensez vous du « charlot » porte parole du BEA annoncant plusieurs jours encore nécéssaires pour étudier le VCR ?
    et en meme temps le newyork times qui balance LE scoop du copilote suicidaire ?

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum