Crash de Germanwings : un centre d’assistance aux familles de victimes à Marseille

air-journal germanwings  gendarmerie6

Germanwings met en place ce samedi 28 mars une centre d’assistance aux familles à Marseille.

Suite au crash du vol 4U9525 de Germanwings avec 144 passagers et six membres d’équipage à bord, la low cost allemande a annoncé hier que le soutien aux familles au sein du centre d’assistance à Marseille débutera ce samedi 28 mars. Le personnel est mobilisé. « En ces heures sombres, toute notre attention se porte à fournir un soutien psychologique à l’ensemble des familles et des proches des victimes du vol 9525, a expliqué Thomas Winkelmann, porte-parole de la direction de Germanwings. La douleur causée par cette catastrophe est incommensurable. Il n’y a pas de mots ni de consolation ». 

Germanwings et Lufthansa ont affrété jeudi trois vols spéciaux depuis Düsseldorf et Barcelone vers Marseille à l’attention des familles et proches des victimes. Ces derniers ont ensuite été conduits à Seyne-les-Alpes, à proximité du site de l’accident, où s’est tenue une cérémonie en hommage aux victimes. Simone Menne et Dr.Bettina Volkens, membres du directoire du groupe Lufthansa, les accompagnaient.

Les familles et proches des victimes qui sont actuellement à Marseille ont la possibilité de rester sur place ou de rentrer chez eux. Ceux qui préfèrent retourner à leur domicile pourront revenir à Marseille quand ils le souhaitent, précise la compagnie.

Germanwings a ouvert une ligne téléphonique d’urgence mondiale, disponible 24h/24h, à l’attention des proches des passagers : 00800 11 33 55 77 (depuis l’Allemagne, la Suisse, l’Autriche et le Luxembourg), 900 838 450 (depuis l’Espagne), 0800 014 8904 (depuis le Royaume-Uni), 0 800 909 095 (depuis la France) ainsi qu’un numéro international (payant) : +1 407 362 0632.

http://www.air-journal.fr/2015-03-28-crash-de-germanwings-un-centre-dassistance-aux-familles-de-victimes-a-marseille-5141742.html

Commentaire(s)

  1. Vincent
    Publié le 28 mars 2015

    J’entends sans cesse cette phrase, reprise en chœur par tous les psychologues à la c…, et complètement vide de sens : « Faire son deuil ».

    On ne fait pas son deuil, c’est le deuil qui nous fait.

  2. Pas très intéressant de jouer sur les mots en de telles circonstances…

    • Vincent
      Publié le 29 mars 2015

      « Jouer sur les mots » ? Mais il faut vous faire soigner !

      Pour celui qui n’a jamais vécu un deuil, ou qui est incapable d’éprouver le moindre sentiment, ce n’est peut-être pas très intéressant.

      Les autres me comprendront : on ne fait jamais son deuil, c’est le deuil qui nous construit, nous obligeant de continuer à vivre avec la cruelle absence de l’être aimé que l’on oublie jamais.

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter