Crash de l’A320 de Germanwings : les assureurs provisionnent 300 millions de dollars

air-journal germanwings boite noire bea 2

Les assureurs de Germanwings, avec en tête de file Allianz, ont provisionné 300 millions de dollars pour couvrir les probable dommages et intérêts aux familles de victimes du crash du vol 4U9525 le 24 mars dernier.

Si le montant des indemnisations aux proches des victimes du crash de Germanwings, reste aujourd’hui inconnu, Lufthansa a annoncé via un de ses porte-paroles, que « 300 millions de dollars (environ 279 millions d’euros) ont été passés comme provision » à cette intention. D’après le quotidien économique Handelsblatt, ces dommages et intérêts atteignent en général un million de dollars (910 000 euros) par passager, mais la présence d’Américains parmi les passagers pourrait gonfler cette manne financière dans le cas où des proches demandent réparation auprès de tribunaux américains, réputés plus généreux avec les victimes.

L’A320 de Germanwings était quant à lui assuré pour 6,5 millions de dollars d’après le quotidien allemand.

Le crash de l’A320 a fait au total 150 victimes en incluant le co-pilote Andreas Lubitz, qui s’est enfermé seul dans le cockpit, avant de précipiter l’avion dans les Alpes.

http://www.air-journal.fr/2015-03-31-crash-de-la320-de-germanwings-les-assureurs-provisionnent-300-millions-de-dollars-5141962.html

Commentaire(s)

  1. Alain45
    Publié le 1 avril 2015

    Des images filmées par les passagers à l’intérieur de l’avion A320 de Germanwings ont été trouvées.
    Paris Match et Bild ont pu les visionner et racontent un bref moment confus avant le crash.
    Le magazine français écrit ainsi: « La scène est tellement chaotique qu’on ne distingue personne mais les cris des passagers révèlent qu’ils étaient parfaitement conscients » de leur sort, quelques instants avant l’impact dans une montagne des Alpes-de-Haute-Provence, avec 150 personnes à bord, le 24 mars dernier.
    Le journal rapporte que la partie sonore de l’enregistrement est marquée par « des coups métalliques » entendus « par trois fois au moins », probablement ceux du commandant de bord qui, coincé à l’extérieur du cockpit par le copilote, a tenté de forcer la porte blindée.
    Paris Match assure que le film provient des « décombres » du site du crash, via « une source proche de l’enquête », sans fournir plus d’éléments. Les indications qu’apporte cette vidéo restent conformes, jusqu’ici, au déroulé de l’enquête.

    • Aulongcourt
      Publié le 1 avril 2015

      Pour quiconque est un habitué des voyages aériens,il est évident qu’un début de descente a un vario plus ou moins habituel ne génère aucune réaction de surprise ou d’inquiétude en cabine…..et il n’est pas moins évident que plus la descente continue ,plus le relief augmente en taille et plus la surprise et le questionnement s’installent et la ,en principe ,on se retourne vers les PNC « pour savoir »..quelques minutes plus tard encore et ce sera la prise de conscience d’une situation tout à fait anormale meme si la fin reste encore inconnue: dès lors l’angoisse et la peur s’installent pour finir par une sorte de panique lorsque la perception de l’inéluctable surgit….Que de la logique de fonctionnement du cerveau humain….hélas.

  2. Publié le 1 avril 2015

    quelle chance tout ces sous

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter