Trafic en hausse de 1,5 % au premier trimestre à Lyon Saint-Exupéry

aj_aeroport_lyon2

Malgré un recul en mars, l’aéroport Lyon-Saint Exupéry affiche une augmentation de +1,5 % de son trafic  au 1er trimestre 2015, par rapport à même période un an plus tôt, soit  1 825 408 passagers.

Les deux premiers mois de l’année ont été les plus dynamiques avec +1,6 % en janvier et +6 % en février, mars enregistreant un léger recul de  – 2,3 %  en raison du décalage des vacances scolaires 2015 versus 2014. Les excellents résultats du fret avionné de ces dernières années persistent sur la période avec +5,2 % pour 11 805,5 tonnes transportées.

Le trafic passagers à l’international reste le premier moteur de croissance sur le trimestre 2015 puisqu’il représente 61,1  % du trafic total, avec 1 132 157 passagers (+ 1,6 %). L’Europe (44 % du trafic total) croit de +1.5 %. L’Orient (2,6 % du trafic)  poursuit sa progression avec +49 %. Un recul est constaté sur l’Afrique (-3,1 %). Alors que l’Algérie (107 052 passagers) et la Tunisie (64 546 passagers) croissent  respectivement de + 2,2 % et + 5 %, le Maroc (78 013 passagers) perd 12,3 % de son trafic par rapport à 2014. A noter les bons résultats de la ligne sur Tel Aviv lancée cet hiver par Transavia, la filiale low cost d’Air France, avec une fréquence hebdomadaire et dont la deuxième est opérée depuis le début du mois.

Le trafic national représente une part plus faible avec 38,1 %  (+ 0,9 % par rapport à 2014). Le trafic sur les deux aéroports parisiens baissent de 2 % pour 151 290 passagers. Le trafic des régions augmentent de 1,7 %  avec 555 097 passagers. Les grandes transversales que sont Bordeaux (+ 6,4 %), Marseille (+10,6 %), Nantes (+3,9 %) et Toulouse (+8,9 %) tirent ces bons résultats.

Le nombre de mouvements d’avions (24 734) régresse de -1,6 % alors que le trafic passagers croit de +1,5 %.  La non-homogénéité de ces résultats est synonyme d’une augmentation de la taille des appareils et d’un meilleur remplissage.

Enfin, le trafic fret continue sa forte augmentation. Au cumul, 11 805 tonnes ont été transportées soit +5.2 % par rapport à la période 2014. Ce résultat se répartit avec 3 723 tonnes (+1,2 %) en janvier, 3729 tonnes (+4,8 %) en février et  4 353 tonnes (+9,3 %) en mars.

http://www.air-journal.fr/2015-04-18-trafic-en-hausse-de-15-au-premier-trimestre-a-lyon-saint-exupery-5142925.html

Commentaire(s)

  1. pas mal dommage que le potentiel de cette plate forme soit bloqué par air France
    pour privilégier son hub parisien espérons que la future privatisation débloquera
    cette situation

    • J'me marre
      Publié le 19 avril 2015

      si AF ne veut pas s’y développer…que les autres y aillent:avec le nombre de pays dans et hors Union Européenne avec lesquels il y a DEJA des accords de ciel ouvert,il y’a de quoi ouvrir DEJA des centaines de lignes par de très nombreuses compagnies,sans autre difficulté règlementaire,et sans avoir besoin d’aller chercher , comme par hasard, celles issues des pays SANS accord de ciel ouvert..Si c’est si intéressant que ça Lyon,ça devrait DEJA attirer de nombreuses compagnies qui ont toute liberté venir s’y installer et croître…et on verra bien s’il y a de quoi les faire vivre économiquement ces lignes..

  2. Max69
    Publié le 19 avril 2015

    Malheureusement, J’ME MARRE (tu parles d’un nom…) vous avez raison : les responsables de Lyon Saint-Exupéry font une fixette sur la DGAC et Air France, qui, c’est sans doute en partie vrai, « servent » Paris avant la Province (tu parles d’un nom…) mais bon, il faudrait des preuves que cette fameuse DGAC (qui sait qui la compose ?) avantage vraiment Orly et Roissy…
    Mais cet arbre du bon vieux centralisme à la française ne doit pas cacher la forêt des insuffisances Rhônalpines : il faut effectivement s’interroger sur la réelle attractivité économique et touristique de cette plate-forme .
    Pourquoi des compagnies comme WizzAir, JetBlue, Ryanair, Sas, Finnair, Aéroflot, Lot, Volotea et j’en passe, ne s’intéressent pas à Lyon ?
    Pourquoi Easyjet, qui a une base à Lyon depuis 2008, mais qui n’a ouvert aucune nouvelle ligne régulière depuis 3 ans au moins, se contente d’ouvrir un Lyon-Cracovie saisonnier, et vient de fermer Lyon-Bruxelles et Lyon-Nice ?
    Pourquoi Vueling vient-elle d’ouvrir Lyon-Rome, où sont déjà installées d’autres compagnies, alors que d’autres destinations sont encore à prendre, et sur lesquelles elle aurait pu s’installer sans concurrence ?
    Taxes d’atterrissage trop élevées ? Aéroport pas assez bien équipé, pas assez confortable ? Manque réel d’espoir de trafic ?
    Même si le centralisme français a bon dos, on ne peut pas tout lui imputer ; sans doute les Lyonnais et plus largement, les Rhônalpins devront-ils se contenter encore longtemps de faire escale, non seulement pour les vols intercontinentaux, mais, plus désagréable, pour des destinations plus proches, telles que Hambourg, Copenhague, Stockholm, Manchester (autrement qu’un vol le samedi en période hivernale pour acheminer les skieurs britanniques…), Bucarest, Budapest, Varsovie, Moscou, Oslo…

    • Vincent
      Publié le 19 avril 2015

      La difficulté de Lyon s’explique dans la concurrence : Genève, aéroport international aux nombreux vols directs, et dans une moindre mesure Saint Etienne, Grenoble et Chambéry, voire Annecy et Valence.

      Ce n’est pas rien !

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter