Ryanair pense de nouveau à Israël

air-journal_Ryanair MAX 200

La compagnie aérienne low cost Ryanair pourrait d’ici quelques mois lancer des liaisons entre plusieurs villes européennes et Tel Aviv, deux ans après avoir évoqué cette possibilité.

Interrogée le 28 avril 2015 par le quotidien Yediot Aronoth, la directrice adjoint eau développement réseau de la spécialiste irlandaise du vol pas cher Kate Sherry a expliquée que Ryanair « veut planter son drapeau en Israël » ; des lignes pilotes vers l’aéroport de Tel Aviv-Ben Gurion pourraient voir le jour d’ici trois ou quatre mois, le prix du billet aller-retour au départ d’Israël devant tourner autour de 140 euros avec des prix d’appel beaucoup plus bas. Londres, Berlin, Milan, Rome et Bratislava figurent parmi les premières villes de départ envisagées, précise la dirigeante, qui ajoute à cette liste des destinations comme Düsseldorf, Cologne, Brême, Baden-Baden, Gdańsk, Varsovie, Wroclaw ou Malaga.

Kate Sherry précise la raison principale de l’absence de Ryanair à Tel Aviv malgré l’ouverture du ciel israélien en avril 2013 – date depuis laquelle la low cost « a ajouté 15 millions de passagers » à son trafic : l’existence d’une taxe passager de 37 dollars, « très élevée et problématique pour le modèle d’affaires » de la low cost basé sur de faibles commissions. Et elle cite l’exemple de nouveaux marchés comme Berlin, où Ryanair a « obtenu une réduction de 75% de la taxe, qui change selon le nombre de passagers », et Chypre où elle ne paie que 6 euros par passager sur une taxe normale de 26 euros « mais apporte dans l’île des centaines de milliers de touristes ». D’où l’importance selon elle d’un effort d’Israël, où elle peut faire venir « un million de touristes par an » depuis des régions non desservies en plus des visiteurs actuels, des touristes qui renforceront les recettes du pays et de l’autorité israélienne du tourisme.

En juin 2013, Ryanair avait déjà demandé l’autorisation de lancer des routes depuis Brême et Baden-Baden en Allemagne, Kaunas en Lituanie, Eindhoven aux Pays-Bas, Oslo en Norvège ou la Sicile ; elle promettait alors deux millions de passagers par an, et évoquait des routes vers l’aéroport d’Ovda, près d’Eilat. Deux mois plus tôt, la signature de l’accord de ciel ouvert avec l’Union Européenne avait déclenché une grève des syndicats de El Al, Arkia et Israir. La desserte d’Israël est revenue au goût du jour chez Ryanair à l’annonce de la privatisation de Cyprus Airways, dont la licence d’opérateur permet des vols vers Israël mais aussi l’est de la Méditerranée ou la Russie.

http://www.air-journal.fr/2015-04-20-ryanair-pense-de-nouveau-a-israel-5142975.html

Commentaire(s)

  1. Thomas
    Publié le 20 avril 2015

    Il est précisé que Ryanair a toujours refusé à cause d’une taxe de 35€ par passager.

  2. Ryanair a plutôt manqué le coche avec TLV en ne profitant pas des accords des accords de ciel ouvert entre Israël et l’UE.

    Air Méditerranée, Easyjet, Transavia et XL Airways n’ont pas attendu Ryanair pour y aller au départ de Mulhouse-Bâle, Genève, Lyon et Paris à des tarifs compétitifs. Sans compter les autres low-cost européennes comme Germanwings, Norwegian, Smartwings, Volotea, Wizz Air ou encore Vueling. C’est déjà bien chargé…

  3. J'me marre
    Publié le 20 avril 2015

    RyanAir que ne veut jamais payer le vrai prix des choses pour son assistance en aeroport,ni payer les mêmes taxes que les autres,ne se gêne JAMAIS elle, pour faire payer tout et n’importe quoi EN PLUS a ses passagers.,à travers des surcoût fantaisistes dans le principe et bien gonflés dans leurs montants…d’une main largement ouverte je veux plumet et ramasser un max, et de l’autre main bien fermée,j’en laisse sortir moins que rien….

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum