Les bases pilotes d’Air France à Marseille, Nice et Toulouse bientôt abandonnées

air-journal_aeroport-marseille-2.jpg

Air France va fermer d’ici octobre prochain ses bases pilotes de province (Marseille, Nice et Toulouse) sans conséquences sur les programmes de vols ou sur l’emploi, précise la direction.

« Il n’y aura plus de pilotes basés en province à partir d’octobre, il s’agit d’un changement d’organisation interne qui n’aura pas de conséquence sur le programme de vols, ni sur le nombre de postes », annonce le parte-parole d’Air France. « De fait, les bases de province étaient déjà fermées, puisqu’il n’y avait plus de vols internationaux à leur départ depuis un moment », a-t-il précisé. Selon un document interne envoyé aux pilotes, la direction avoue que « malgré plusieurs ajustements de programme, malgré les efforts consentis par l’ensemble des métiers concernés, l’équilibre économique de cette exploitation en base province n’aura jamais été trouvé ».

La direction a souligné qu’elle a tenté de « trouver une solution » pour maintenir son personnel installé en province, mais que faute d’accord sur les négociations terminées cette semaine, environ 200 pilotes sur !un total de 3 800 vont être réaffectés à Paris. Le Syndicat de pilotes SNPL-Air France regrette cette absence d’accord malgré sa force de propositions, « le point d’achoppement étant le périmètre de répartition des vols entre Air France, Hop! et Transavia ». Le SNPL demandait un « droit de regard » sur l’affectation des lignes entre Air France et Hop!, ce qu’a totalement refusé la direction.

Le SNPL compte faire dès lundi 18 mai de nouvelles propositions pour « éviter que pilotes et personnels ne soient lésés ».

Les bases province initiées en octobre 2011 à Marseille, avant de s’étendre à Nice et Toulouse l’année suivante, étaient censées dynamiser leur développement avec de nouvelles liaisons grâce à une augmentation de la productivité de 15 %, notamment par une rotation plus rapide  des avions utilisés. Grâce à ses 3 bases, elle ambitionnait alors de  transporter 2 millions de passagers supplémentaires par an.

http://www.air-journal.fr/2015-05-17-les-bases-pilotes-dair-france-a-marseille-nice-et-toulouse-bientot-abandonnees-5144262.html

Commentaire(s)

  1. Publié le 17 mai 2015

    C’était bien la peine de faire tout un foin il y a quelques années sur ce modèle qui allait révolutionner l’aérien français, pour en arriver là… Y-avait-il une véritable volonté de faire réussir ce projet? J’en doute….

  2. filoustyle
    Publié le 17 mai 2015

    Très bien les chinois vont prendre leurs places

  3. Publié le 17 mai 2015

    oups ça sent la greve

  4. On va encore leur donner une prime d’incitation pour remonter à Paris et pour qu’ils travaillent.. c’est lamentable.. ce qui est positif c’est que la direction a refusé le droit de regard du snpl.. pour une fois.. et j’espère qu’elle se maintiendra à ceci.

  5. Didi
    Publié le 17 mai 2015

    Eh oui ! Idem les serveurs/serveuses en vol, il faut rationnaliser tout ça. AF peut s’en sortir mais il faut dégraisser

  6. C’est assez désolant tout ça quand même
    et si Transavia prenait le relais et bien même pas il n’y a qu’à Nice et encore ce n’est que vers les Pays Bas

  7. Nul besoin d’être un économiste de premier rang pour voir que ce projet était voué à l’échec. Le patron d’alors était plus préoccupé par son ego d’un côté et la démagogie des syndicats pour voir plus loin.
    Ou comment augmenter ses coûts en payant des personnels pour revenir habiter chez eux et opérer des lignes à dominante touristique (=low yield) en concurrence avec des low-cost (EZY)!
    Ces lignes auraient depuis longtemps du être transférées à Transavia ou Hop (selon les besoins en capacité), donc des gens qui savent faire a des coûts sensiblement inférieurs à ceux d’AF!
    Résultat, retour à la case départ (je crois que la sagesse de l’actuel patron avait depuis le tout début considèré que c’était le seul scénario possible, mais là encore il a dû attendre le bon moment pour faire face aux syndicats). Et sans doute devoir une fois de plus ouvrir le porte-monnaie.
    Tout cela est bien triste.

  8. juju
    Publié le 17 mai 2015

    donc le SNPL va faire grève pour les départs en vacances d’été ….
    et après , cette fois ci , fini AIR FRANCE

  9. juju
    Publié le 17 mai 2015

    Ca marchait pas si mal Air Inter avant que la politique de sauvetage d’Air France initiée par les politiques et la finance s’en mêle !!!!!

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum