Turkish Airlines pense low cost en France et Mexique

air-journal_anadolujet 737-800

La compagnie aérienne Turkish Airlines envisage de déployer sa filiale low cost AnadoluJet entre la Turquie et la France ainsi que la Grande Bretagne, son arrivée en Allemagne étant quasiment programmée pour l’été 2016. Et elle pourrait mettre en place une liaison entre Istanbul et Cancun via Mexico, ses seules destinations en Amérique latine restant à ce jour Buenos Aires et Sao Paulo.

Interrogé par le quotidien Handelsblatt le 23 juillet 2015, le CEO de la compagnie nationale turque Temel Kotil a annoncé pour l’été prochain le déploiement d’AnadoluJet à l’international, l’Allemagne étant sans surprise le premier pays visé. Basée à l’aéroport d’Istanbul-Sabiha Gökcen et à Ankara-Esenboga, la filiale spécialisée dans le vol pas cher propose aujourd’hui des liaisons vers 44 destinations intérieures plus la Chypre du Nord, avec une flotte de 30 Boeing 737-700, -800 et -900ER et trois Embraer 190. Mais elle s’était déjà posée par le passé à Francfort, Cologne et Düsseldorf – ainsi qu’à Bruxelles, Amsterdam ou Londres. La Grande Bretagne et la France sont « une possibilité », précise le PDG avant d’ajouter que le prix des billets serait « 30% ou 40% moins cher » que celui de Turkish Airlines. Quatorze aéroports allemands sont disponibles « immédiatement » pour AnadoluJet, puisqu’elle pourra opérer en partage de codes avec sa maison-mère sur les créneaux de vol déjà attribués. Le principe serait le même en France, où Turkish Airlines dessert Paris-CDG, Bordeaux, Lyon, Marseille, Nice et Toulouse.

aj_turkish airlines a330De l’autre côté de l’Atlantique, la compagnie de Star Alliance pourrait annoncer une nouvelle liaison vers le Mexique en mai 2016. Selon le CEO de l’aéroport de Cancun Jesus Almaguer interrogé par Reportur.com, cette route a été négociée depuis deux ans « après des rumeurs concernant l’arrivée d’Emirates Airlines et Qatar Airways » (aucune ne se pose au Mexique à ce jour). Il n’a donné aucun détail sur la route à part « un vol par semaine », et Turkish Airlines n’a fait aucun commentaire. Elle ne dispose vers le Mexique que de vols en partage de codes avec United Airlines depuis les Etats-Unis, où elle dessert neuf aéroports. Dans le reste des Amériques, elle se pose en Argentine (Buenos Aires), au Brésil (Sao Paulo) et au Canada (Montréal et Toronto).

A noter enfin que Turkish Airlines vient de signer un accord de partage de codes avec Philippine Airlines : cette dernière peut désormais vendre sous code PR la route entre Istanbul et Manille-Ninoy Aquino inaugurée en avril par Turkish Airlines, qui en échange peut proposer sous code TK les liaisons entre Manille et Cebu ou Davao.

http://www.air-journal.fr/2015-07-24-turkish-airlines-pense-low-cost-en-france-et-mexique-5147632.html

Commentaire(s)

  1. Pépère

    Après les superlatifs, cuistots en toque, footballeurs et tant de baratin, la réalité s’impose: TK s’oriente vers le bas coût, la Turquie étant une destination touristique. Le volume étant censé rattrapper les investissements en zincs et développement du réseau frénétique sans encore en avoir le retour financier ( s’il a lieu un jour..)
    Ils ont dû commencer à faire leurs comptes.

    • Pépère, soucis d’interprétation, ou encore de la jalousie / mauvaise foi ?

      Est-ce qu’il est possible un jour de te lire sans que tu grognes ou craches à la gueule de tout le monde ?

      Il s’agit de diversification, tu sais, comme le fait Air France avec Transavia, ou tant d’autres compagnies au travers de la création de filiales low-cost.

      Que la pression fiscale et syndicale soit différente de ce que l’on trouve chez nous, absolument, je te l’accorde, ça lui offre une croissance facilitée.

      Mais à ce jour, la compagnie n’est pas plus grande qu’Air France, malgré le fait que le pays soit plus peuplé, il faut donc relativiser ce développement que d’aucun trouve frénétique et le mettre en perspective.

      Ensuite, Turkish est active sur beaucoup d’aéroports totalement oubliés des autres, qu’il s’agisse des MEB3 ou des compagnies nationales respectives, en ouvrant des lignes avec des modules de taille moyenne à des fréquences qui évoluent au fil du développement naturel du marché, par ailleurs stimulé par cette nouvelle offre.

      Si aujourd’hui elle est en quotidien voir multi quotidien sur plusieurs aéroports de l’hexagone, c’est pas pour faire joli, c’est parce que l’offre a stimulé la demande.

      Quand aux méga-commandes, dont profite allègrement Airbus et maintient ainsi des emplois en France, l’équation est relativement simple..

      Si tu prends 100 appareils d’un même type, tu peux te permettre de demander un petit 10% au constructeur, ou d’autres facilités d’ordre économique. Ces 10% se reportent dès lors sur les coûts fixes d’exploitation de ta flotte.

      Je continue ???

      • Pépère

        Je n’ai pas grande leçon à recevoir concernant la Turquie, pays que je connais très bien professionnellement depuis vingt ans.
        J’ai un avis qui vaut le « tien », sans cracher à la gueule. Chacun ses expressions, chacun ayant une instruction et une culture différentes.
        Mais tu peux continuer à te faire plaisir en te prenant pour un livre ouvert qui instruit la Terre entière.

        • Livre ouvert ? Instruction ?

          Je ne fais que donner des arguments, ce que je ne trouve pas sur tes posts, désolé.

          Après, si tu as quelque chose de plus solide que « je connais bien la Turquie professionnellement », je suis à l’écoute..

  2. Turkish airlines dessert aussi Toulouse en quotidien !

  3. czl

    A quand un Istanbul-Honolulu?

  4. Turkish vient à Toulouse, mais aucune compagnie du Golfe!
    Curieux!

    • Aulongcours

      Pourquoi curieux???
      La Turquie et l’Union Europeene ( à laquelle appartient la France)ont entre des accords de ciel ouvert: Turkish a donc toute latitude d’ouvrir les escales qu’elle veut au sein de l’UE, les desservir à la fréquence qu’elle veut avec des appareils de la taille qu’elle veut et la politique tarifaire qu’elle veut… En retour, toute les compagnies aériennes européennes peuvent faire de meme sur l’ensemble de la Turquie…
      Il n’y a PAS d’accords de ciel ouvert entre l’UE et les Pays de Golfe pris collectvement ou individuellement.
      Dans ce cas se sont les accords entre chaque État qui définissent la nature des dessertes aeriennes : certains États de l’UE ont signé des accords de ciel ouvert avec les Pays du Golfe…D’autres: non, et c’est le cas de la France…Cependant d’autres accords existent : ils définissent alors tres précisément le nombre de liaisons totales par semaine entre les pays signataires,le nombre de vols par ville desservie, et font une liste nominative exclusive des villes qui peuvent être desservies par des compagnies issues des pays signataires : dans le cas des accords France- UAE et France-Qatar , la ville de Toulouse n’est pas inscrite sur cette liste….

      En définitive rien,absolument rien de curieux la dedans…Juste l’application des accords existants…

  5. Pour avoir fait un Paris Istanbul en business récemment avec tk ( A 330 ) je peux vous dire que le chef ne sert à rien à part servir des plateaux tout prêts avec entrée plat et dessert en même temps !!! un champagne et du vin de qualité très médiocre . Ils font déjà du service low cost business sur des vols réguliers alors ils sont vraiment prêts pour faire du vrai low cost !!! Pour moi TK c est fini .

    • Le pisteur de trolls - 24 juillet 2015 à 13 h 32 min
      Le pisteur de trolls

      Pour un vol de 4h , en J il est techniquement impossible de faire un service identique à un vol intercontinental.
      A savoir : Service à l’assiette avec l’entrée puis le plats puis le fromage puis le dessert et etc…
      le service au plateau en J se fait aussi dans les compagnies 5etoiles skytrack

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum