Inde : un aéroport à l’énergie solaire

air-journal_Kochi Cochin aeroport solaire

L’aéroport de Kochi (Cochin) en Inde est devenu le premier au monde à pouvoir fonctionner uniquement grâce à l’énergie solaire, grâce à une nouvelle « ferme » de 20 hectares venant s’ajouter à des installations existantes, le tout produisant 12 mégawatts.

L’aéroport du Kerala dans le sud-ouest de l’Inde a inauguré le 18 aout 2015 sa nouvelle ferme solaire, dont les 46.150 panneaux s’étendent sur près de 20 hectares près de la zone cargo. Le gestionnaire CIAL s’était lancé dans le solaire en mars 2013 en installant des panneaux sur le toit du terminal pour produire 100 kW, puis avait ajouté une nouvelle installation en partie sur le toit, en partie au sol pour 1 MW supplémentaire. Avec la nouvelle ferme, l’aéroport peut produire environ 52 000 kW par heure, soit plus que sa consommation habituelle ; il peut donc revendiquer le titre de premier aéroport « totalement neutre pour le réseau électrique ». Dans la pratique, il revend toute l’électricité produite par ses installations au gestionnaire de l’électricité de l’état, qui lui revend « à des tarifs préférentiels » ; aucune batterie n’est présente sur le site de l’aéroport.

Bosch Energy and Building Solutions (BEBS), qui a mené le projet pendant deux ans, précise qu’il s’agit de son installation la plus large en Inde à ce jour, et rappelle que le pays s’est fixé pour objectif de fournir 100 GW d’électricité solaire d’ici 2022. Pour l’aéroport proprement dit, l’installation permet d’économiser 300.000 tonnes d’émissions de CO2 dans les 25 prochaines années, soit l’équivalent de « 3 millions d’arbre plantés ».

http://www.air-journal.fr/2015-08-24-inde-un-aeroport-a-lenergie-solaire-5148949.html

Commentaire(s)

  1. Silvette
    Publié le 24 août 2015

    Nous avons en France quarante aéroports régionaux dont plus de la moitié sont lourdement déficitaires. Vingt suffiraient à couvrir le pays en répondant à nos besoins de voyages aériens. Pourquoi ne pas convertir ces zones proches des villes en champs photovoltaïques ? Les communes pourraient ainsi diminuer la note d’électricité de leurs habitants…

  2. Publié le 24 août 2015

    Rivalités politiques locales…
    Exemple : Normandie avec 3 aéroports internationaux dans un rayon de 50 kms !
    Heureusement que le bon contribuable est là…!
    Les exemples sont hélas nombreux…

  3. Tim
    Publié le 24 août 2015

    Quel saccage de l’environnement ces champs de panneaux photovoltaïques!!!
    Pareil pour les éoliennes!
    A propos, il faut quelle quantité de pétrole pour fabriquer ces trucs là?
    C’est comme les champs de biocarburant, il faut défricher des forêts pour planter
    ces saletés et on utilise des engrais à base de pétrole pour travailler le sol afin de faire germer les plantes qui produisent le bio carburant!
    Et après on prétend lutter contre le réchauffement climatique!
    De toutes façons le réchauffement climatique c’est une invention pour justifier de nouvelles taxes tout simplement!
    Quand tu vois les compagnies aériennes prendre des mesurettes pour réduire de quelques litres la consommation des avions par vol et derrière prendre un avion de 350 tonnes pour faire le travail d’un avion de 300 tonnes, je me dis  » de qui on se fout »!

    • Non « on » ne se fout de personne.
      Certes les panneaux actuels ne sont pas la panacée, pas plus que ne le sont les éoliennes. Ce sont seulement les alternatives les plus performantes connues à ce jour. A peu près comme si vous regardiez un DC3 et disiez que ça n’a jamais servi à rien tant il est peu performant. Il n’était que l’avion le plus performant à son époque.
      Il serait possible de couvrir les parkings d’aéroports, d’hypermarchés etc etc de toits solaires (plutôt que des terres agricoles) et couvrir une bonne partie de nos besoins. Tout en facturant un tarif de parking couvert plutôt qu’à l’air libre d’ailleurs!
      Seuls ceux qui considèrent que laisser une poubelle à nos enfants et petits-enfants pourvu que ça fasse du fric tout de suite peuvent faire une analyse telle que la vôtre.
      Seul bémol je vous l’accorde, l’empreinte carbone liée à la fabrication des panneaux: la Chine, seul pollueur cherchant à faire pire que les USA, monopolise par des tarifs (et une qualité de fabrication) « à la chinoise », le marché des panneaux solaires.

    • PS je vous l’accorde, les champs de biocarburant sont un non-sens. Mais pas pour certains car ils permettent de confisquer les terres arables des pays qui crèvent la faim pour faire rouler les voitures des pays riches. Merci Mr Bolloré et autres!

    • Publié le 25 août 2015

      @ Tim Il n’y a aucun saccage pour l’environnement comme vous dites.
      Un panneau photovoltaique ou une éolienne, ça s’enlève en quelques jours au besoin. Une centrale, c’est plusieurs dizaine d’années pour les démonter, et encore quand on y arrive. Et je ne parle pas des déchets produits qui eut sont une véritable plaie pour l’environnement.
      Et quel quantité de pétrole faut-il pour rapatrier le pétrole jusqu’à chez nous et le raffiner ? vous y avez penser ? non, je vous le dis, c’est environ 15% du pétrole extrait. Vous trouvez ça bon comme rendement vous ? le solaire a un sens, certes il faut encore progresser et apprendre à bien le stocker avec des batteries ou de nouveaux systèmes plus performant. Mais quand on sait que le soleil nous délivre autant de puissance au sol en 1 heure que toute l’électricité produites dans le monde en 1 an, ça vaut le coût d’essayer de capteur cette énergie, et de la stocker…

  4. un plus de 3000 h de vol - 24 août 2015 à 12 h 54 min
    un plus de 3000 h de vol
    Publié le 24 août 2015

    Kochi serait un excellent aéroport pour stocker « Solar impulse 2  » qui pour le moment se morfond à Hawaï ….. dans un piteux état suit à sa traversée de la moitié du Pacifique ….Mieux vaut « du solaire au sol que du solaire en vol commercial » ….Le kéro a encore de nombreuses décennies devant lui ….avant peut être l’hydrogène?

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter