Airbus made in USA, c’est parti (photos)

air-journal_Airbus_Mobile_FAL-1

Airbus a inauguré lundi sa nouvelle ligne d’assemblage finale (FAL) à Mobile, Alabama, dont le premier monocouloir sortira au printemps prochain – un A321 destiné à la compagnie aérienne low cost JetBlue Airways.

Lors d’une cérémonie le 14 septembre 2015, l’avionneur européen Airbus a inauguré le lancement des opérations de sa toute première chaîne d’assemblage final établie aux Etats-Unis (Airbus U.S. Manufacturing Facility). L’usine, dans laquelle sont assemblés la famille de monocouloirs A320 (les A319, A320 et A321), est à présent officiellement ouverte, et emploie une équipe de production qualifiée composée de plus de 250 employés d’Airbus (bientôt 1000), qui se dédient à l’assemblage du premier avion Airbus jamais produit aux Etats-Unis. Airbus avait annoncé en 2012 sa décision d’investir 600 millions de dollars dans une chaîne d’assemblage aux Etats-Unis, et la construction avait commencé l’année suivante sur le site Mobile Aeroplex de Brookley. La livraison du tout premier Airbus fabriqué aux Etats-Unis, un A321, est prévue au printemps prochain. D’ici 2018, le site produira entre 40 et 50 monocouloirs par an. Les prévisions de marché d’Airbus indiquent une demande de quelque 4700 monocouloirs (tous avionneurs confondus) sur les 20 prochaines années en Amérique du Nord. Outre ce nouveau site de production en Alabama, les avions civils d’Airbus sont également assemblés sur des sites implantés à Hambourg (Allemagne), Tianjin (Chine) et Toulouse (France).

« Notre production d’appareils civils à Mobile est emblématique pour deux raisons: premièrement, Airbus est à présent le premier avionneur d’envergure réellement mondiale et, deuxièmement, Airbus est dorénavant un véritable avionneur américain », a déclaré Fabrice Brégier, Président et CEO d’Airbus dans un communiqué. « Avec l’ajout de ce site américain à notre réseau de production d’Europe et d’Asie, notre base industrielle mondiale poursuit son expansion stratégique. La chaîne d’assemblage final d’Airbus aux Etats-Unis, représente un grand pas en avant dans la stratégie d’Airbus, et vient renforcer notre position de leader et de concurrent sur tous nos marchés clés », a-t-il poursuivi. « Ce site nous permet d’étendre notre présence déjà importante en Amérique, le plus grand marché au monde pour les monocouloirs, et de nous rapprocher de nos clients et fournisseurs majeurs aux Etats-Unis. Dans un même temps, l’expansion de notre capacité industrielle nous donne plus de souplesse pour accroître la cadence de production globale d’Airbus et nous permettre ainsi de répondre à la demande mondiale. Ce site implanté aux Etats-Unis est un atout pour l’ensemble d’Airbus : l’augmentation de notre capacité de production crée des opportunités de croissance pour tous les secteurs de notre société et pour l’ensemble de notre chaîne d’approvisionnement ».

air-journal_Airbus_Mobile_FAL-3Tom Enders, CEO d’Airbus Group, Robert Bentley, Gouverneur d’Alabama, Jeff Sessions, Sénateur, Bradley Byrne, membre du Congrès, ainsi que de nombreux autres dignitaires, cadres dirigeants de compagnies aériennes et de l’industrie aéronautique et spatiale, ainsi que des leaders locaux, se sont joints hier à Fabrice Brégier et aux nouveaux employés d’Airbus de Mobile pour cette cérémonie d’inauguration. Cet événement majeur pour la communauté et pour l’industrie a été organisé sous le thème “Let’s Get to Work – Together!” (Mettons-nous au travail – ensemble !), et a culminé avec l’apposition d’un marquage sur l’un des éléments du tout premier appareil qui sera assemblé à Mobile, sur lequel figurent ces mots : “This aircraft proudly made in the U.S.A. by the worldwide team from Airbus” (“Cet avion est produit avec fierté aux Etats-Unis par l’équipe mondiale d’Airbus”). Le deuxième avion qui sera assemblé à Mobile est destiné à American Airlines.

Cette chaîne d’assemblage final vient grossir le nombre de sites Airbus et Airbus Group implantés aux Etats-Unis, comme par exemple : les centres techniques d’Airbus en Alabama (Mobile) et au Kansas (Wichita) ; un centre de formation Airbus en Floride (Miami) ; le site de production d’appareils militaires d’Airbus Defence & Space en Alabama (Mobile) ; les usines et opérations Airbus Helicopters au Mississippi (Columbus) et au Texas (Grand Prairie) ; et les centres de rechanges de Géorgie (Atlanta), Floride (Miami) et Virginie (Ashburn). Les sièges d’Airbus, d’Airbus Defence & Space et d’Airbus Group sont implantés  à Herndon, Virginie, et celui d’Airbus Latin America, à Miami. Airbus et Airbus Group sont également des clients majeurs pour d’autres sociétés aéronautiques et spatiales américaines, et leurs achats de composants et de matériaux auprès de fournisseurs américains s’élèvent, pour l’année passée uniquement, à 16,5 milliards de dollars.

La création de l’Airbus U.S. Manufacturing Facility vient doubler le nombre de fabricants d’avions civils de grande capacité aux Etats-Unis, assurant la création d’emplois et le développement des qualifications, et permettant l’établissement d’un nouveau centre de compétences aéronautiques et spatiales dans la région du Golfe du Mexique. Airbus, l’un des principaux avionneurs mondiaux, offre la gamme de produits la plus moderne et la plus complète sur le marché des avions civils de 100 à plus de 500 sièges. Pionnier en matière de technologies innovantes, il offre parmi les appareils les plus silencieux et les plus économes en carburant au monde. Airbus a enregistré plus de 15 900 commandes émanant de quelque 400 clients dans le monde.

air-journal_JetBlue A321 Airbus_Mobile_FAL

air-journal_JetBlue A320_Airbus_Mobile_FAL

http://www.air-journal.fr/2015-09-15-airbus-made-in-usa-cest-parti-photos-5150384.html

Commentaire(s)

  1. Boeing 777-300ER

    Au diable les gens qui disent qu’Airbus est 100 % made in Europe et qu’il faut acheter QUE des Airbus quand on est une cie européenne alors que les Boeing sont pour certaines cies plus adaptés que certains modèles d’Airbus concurrents. Airbus a fait un bon choix puisque celle ci se rapproche du marché Nord Américain et diminue ainsi les frais de livraison. Bravo Airbus ! Boeing prend exemple !

    • Vincent

      La décision d’AIRBUS est avant tout motivée par les taux de change et l’environnement social et fiscal, beaucoup plus favorable hors de France.

      Il n’en reste pas que BOEING utilise aussi de nombreux composants européens, dont des éléments français.

  2. Bonne initiative de la part d’Airbus !

  3. Clo2B

    En fait, le seul risque pour Airbus, est que son succès intéresse un peu trop les financiers Américains, qui risqueraient de devenir majoritaires dans l’entreprise, mais après tout, si les emplois sont conservés des deux côtés de l’Atlantique…..

    • Jamais de la vie ! ça n’existera jamais vu que les gouvernements Européens sont très impliqués dans Airbus et que c’est leur bébé !

      • Clo2B

        Espérons, mais je connais certains gouvernements Européens, qui risqueraient le moment venu d’ hésiter à ne pas vendre leur participation dans Airbus, en face d’une OPA particulièrement généreuse, ne serait-ce que pour combler leur déficit…suivez mon regard

      • Boeing 777-300er

        Evidemment ! Surtout que les Européens sont en train de sacrifier les compagnies historiques en attribuant des créneaux supplémentaires (ex: Qatar Airways qui a obtenu les autorisation pour desservir Lyon et Nice contre des Rafales). Alors, les européens ne veulent pas perdre à la fois Airbus et les compagnies historiques.

  4. Filoustyle

    A quand une usine Boeing en Europe ?

    • quand l’Europe proposera une main d’œuvre et des facilité fiscal et économiques plus avantageuse qu’aux USA (avec en prime des marches potentiels sur le territoire européen)….donc pas demain (mais la dépréciation de notre mode de vie et de nos coup salariaux pourrait venir très vite)

      • Filoustyle

        Les compagnies européenne n’ont qu’à acheter Boeing si ils produisent en Europe comme font les américains et là tout rentrera dans l’ordre c’est la deuxième solution

        • le marché Européen ne montrant pas/peu de croissance, il n’y a pas un intérêt assez fort pour implanter des FAL en Europe sans gain de cout de production substantiel (Euro et charges trop élevées, Néanmoins l’e uropede l’est est un territoire intéressant car savoir faire et cout faible, mais toujours plus élevé qu’en asie ndlr ). Dans un monde parfait l’implementation la plus propice pour a la fois s’appuyer sur des cout de production faible et un marché à fort potentiel serait en mon sens ….l’Afrique de l’ouest. Mais la situation géopolitique de la région et le manque de savoir faire est un frein à la faisabilité

        • Les compagnies européenne achète déjà Boeing AF , BA ……..

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum