Delta Air Lines renforce Rome et Munich

air-journal_Delta-767 new

La compagnie aérienne Delta Air Lines mettra en place l’été prochain une nouvelle liaison saisonnière entre Minneapolis-Saint Paul et Rome, sa quatrième vers la capitale italienne. Munich sera de son côté desservie depuis Detroit, sa deuxième destination aux Etats-Unis.

Du 26 mai au 10 aout 2015, la compagnie américaine proposera un vol quotidien entre sa base à Minneapolis-Saint Paul International et l’aéroport de Rome-Fiumicino, opéré en Boeing 767-300ER tri-classe (Affaires, Premium et Economie). Les départs du Minnesota sont programmés à 17h25 pour arriver le lendemain à 10h20, les vols retour quittant l’Italie à 12h05 pour atterrir à 16h00, Delta Air Lines sera sans concurrence sur cette route, proposée dans le cadre de sa coentreprise transatlantique avec Alitalia et Air France-KLM.

La compagnie de l’alliance SkyTeam dessert déjà Rome au départ d’Atlanta et New York-JFK toute l’année, ainsi que depuis Detroit en haute saison. Elle se pose également à Milan-Malpensa et Venise depuis New York et Atlanta, et à Pise (depuis New York en haute saison). A Minneapolis, ses autres destinations européennes directes sont Paris-CDG, Amsterdam et Londres.

Le même jour, Delta Air Lines inaugurera un DetroitMunich avec six rotations hebdomadaires en 767-400ER. Les départs du Michigan sont programmés tous les jours sauf samedi à 21h50 pour arriver le lendemain à 12h30, les vols retour quittant la Bavière tous les jours sauf dimanche à 14h15 pour atterrir à 18h05. Pas de concurrence là encore pour Delta, qui dessert déjà Munich au départ d’Atlanta ; en Allemagne, elle se pose également à Francfort, Düsseldorf et Stuttgart. A Detroit, elle propose aussi des vols directs vers Paris, Amsterdam, Francfort, Londres plus Rome en haute saison.

Rappelons que Delta avait annoncé la semaine dernière l’ajout en mai 2016 d’une nouvelle route vers Paris, au départ de Raleigh-Durham ; elle dessert la capitale française déjà depuis Atlanta, Boston, Cincinnati, Detroit, Minneapolis-St. Paul donc, New York–JFK, Newark, Salt Lake City, Seattle-Tacoma et en haute saison Chicago-O’Hare, Philadelphie et Pittsburgh ; et propose également un JFK – Nice-Côte d’Azur.

http://www.air-journal.fr/2015-10-05-delta-air-lines-une-cinquieme-route-vers-rome-5151329.html

Commentaire(s)

  1. Vincent
    Publié le 5 octobre 2015

    A quand un Lyon – New York ?

    Il est vrai que toutes les ouvertures se sont soldés par un échec, mais un Lyon – New York nous serait autrement plus utile qu’un Lyon – désert !

    • La dernière ouverture de ligne Lyon-New York était en 2008, juste avant la crise. Non seulement la crise est « finie », mais en plus Lyon a énormément évolué depuis (sur le plan du tourisme, du business, etc) ! Le remplissage était de 70% à l’époque, il pourrait être un peu plus élevé maintenant !

      Un Lyon – NY serait donc justifié, et sûrement plus rentable maintenant qu’en 2008.

      • Ah bon , la crise est fini…..je savais pas.

      • Max69
        Publié le 5 octobre 2015

        70% de remplissage, et bien plus en plein été… Mais c’est surtout la classe affaires qui rentabilise le vol ; Genève-New-York, avec moins de passagers en éco et plus en classe affaires, fonctionne très bien…
        En attendant une compagnie audacieuse qui ré-essaiera (mais avec un baril pas trop cher, ce qui a causé en partie la fermeture de Lyon-New-York en 2008), on pourra se consoler avec Montréal en juin 2016 (et à l’année, contrairement à l’autre Canadienne Air Transat, qui fonctionne seulement en période estivale)).
        Et puis, il ne faudrait pas oublier toutes ces escales européennes qui manquent encore au réseau Lyonnais : Varsovie, Budapest, Manchester (autrement qu’en vol-ski d’hiver), Copenhague, Stockholm, Oslo, Helsinki, Bucarest, Hambourg, Moscou, qui sont tout aussi utiles au rayonnement de Rhône-Alpes-Auvergne : tous les hommes d’affaires, tous les touristes, ne se rendent pas seulement aux USA… et Lyon a tout autant besoin de visiteurs Européens, tant sur le plan économique que touristique, que de visiteurs Américains.
        L’arbre Américain, très emblématique, c’est vrai, ne doit pas cacher la forêt Européenne qui est encore un peu maigrichonne, malgré les ouvertures en 2015, de Cologne, Luxembourg, Naples, Athènes (ces 2 dernières destinations en mode « toute l’année », ce qui est une vraie nouveauté).
        On pourra juste regretter que Transavia manque singulièrement d’audace à Lyon, (tout comme Air-Ile-de-France…) et continue de créer des lignes à tout va au départ de Paris : une simple visite du site Internet en dit long sur l’incroyable frilosité des responsables (?) de cette compagnie.

  2. ben
    Publié le 5 octobre 2015

    Voila autant de transit en moins pour le hub CDG de Skyteam
    Autant dire que tout le monde anticipe le plan B d’AF !

  3. Johnny Boy
    Publié le 5 octobre 2015

    risicule commentaire Ben. Surtout que Delta annonce justement un Raleigh-CDG…

    • ben
      Publié le 5 octobre 2015

      Soit déjà 20 vols transatlantiques hebdomadaires supplémentaires pour Delta l’été prochain.
      Je parie qu’AF n’en aura quasiment aucun.
      Il y aurait beaucoup plus de chances que les développements de la coentreprise Delta/AF-KLM soient plus équilibrés si AF avait été dans une situation plus claire ces dernières semaines…

  4. 777OLIVIER
    Publié le 6 octobre 2015

    @Ben
    Votre commentaire est très pertinent.

    Tout le monde pense que le hub est la meilleure solution. A Dubaï oui ça a peut être un sens.

    Mais la plupart des vols peuvent maintenant être opérés en point a point avec les Bi réacteur à 300PAX. Le succès des A330 787 A350 le prouve.

    D’ailleurs peu de monde ici fait remarquer qu’un A380 dérange considérablement les HUB puisqu’il requiert plus de distance entre chaque avion au décollage et a atterrissage.

    Si Vous voulez désengorger un HUB tout en ralentissant le trafic aérien autour des aéroports quel est l’avantage au final?

    Cela confirme au passage la vision stratégique de Boeing, qui ne s’est pas rué a la course de qui a la plus grosse (course étant déja perdu d’avance par Airbus) mais qui a développé un 787 économe qui va loin, très loin meme, avec une capacité moyennes pour du point a point.
    On constate enfin les nombreuses ouvertures de lignes très long courriers qui n’aurait pas été possible sans le 787-8/9. Et la pas besoin de HUB pas Besoin d’A380.

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter