Air France : Valls, Brosetta et Papeete

air-journal_equipage_air-france

La compagnie aérienne Air France « n’a pas d’autre choix » que de se restructurer pour le Premier ministre français, le dialogue social nécessaire devant inclure que tous assument leurs responsabilités, à commencer par les pilotes, alors que le DRH agressé lors du CCE dit vouloir tourner la page de la violence du CCE. D’autre part, Air France assure que le programme de vol de la liaison entre Paris et Tahiti via Los Angles sera identique en 2016 à celui de l’été dernier.

Lors d’un débat organisé par Le Monde le 23 octobre 2015, Manuel Valls a déclaré que la compagnie nationale « n’a pas d’autre choix que de se restructurer », sinon elle connaitra le même « destin tragique » que ses anciennes rivales et voisines Swissair ou Sabena. Air France « n’est pas à l’abri » de connaître le même sort, a souligné le Premier ministre en rappelant la concurrence des low cost d’une part, et celle des « grandes compagnies qui se sont restructurées » et des compagnies du Golfe qui « bénéficient d’un certain nombre, on va dire pudiquement, d’avantages sociaux » d’autre part. Ce besoin de restructuration doit passer par « le dialogue social évidemment », a ajouté M. Vals, « mais l’ensemble des métiers – et ça commence par les pilotes – doivent assumer totalement leurs responsabilités ». Alors que se terminait vendredi le Comité Central d’Entreprise d’Air France, où 1000 suppressions de postes ont été confirmées mais non détaillées pour la seule année 2016, il a précisé que si ces pilotes « ne se mettent pas autour de la table et ne participent pas de cet effort », ce sont « les autres salariés » qui devront le subir.

Air France a confirmé 1000 départs volontaires pour l’année prochaine, sur les 2900 suppressions de postes prévues d’ici fin 2017 par le Plan B de Perform 2020. La compagnie de l’alliance SkyTeam « souhaite trouver des accords » avec les syndicats de toutes les catégories professionnelles pour gérer la deuxième tranche de départs, le total de postes supprimés devant concerner selon Le Figaro jusqu’à « 1823 personnels au sol, 890 hôtesses et stewards et 280 pilotes ». Les syndicats ont d’ailleurs lancé une procédure d’alerte hier afin de demander l’examen par un cabinet d’audit externe des comptes d’Air France, dont les salariés détiennent 6,6% du capital (contre 17,6% à l’Etat, le reste étant dans les mains d’actionnaires privés sur le marché).

Dans une interview exclusive accordée au Parisien, le DRH de la compagnie Xavier Brosetta, dont la chemise avait été arrachée lors du CCE du 5 octobre, dit qu’il est temps de tourner la page : « ce dont j’ai envie maintenant, c’est de regarder vers l’avenir. Je ne veux pas rester bloqué sur ce truc-là », déclare-t-il après avoir raconté la « cohue » et « ces mains qui agrippent sa chemise au niveau du col, les boutons qui sautent les uns après les autres », mais aussi ces responsables syndicaux qui tentent de l’aider. Il évoque dans le même temps « son état psychologique, les traces que cette folle journée a eu sur ses proches », mais aussi la « colère des salariés » à qui il voudrait proposer une nouveauté : trois contrats de travail « en fonction du niveau de productivité voulu ».

air-journal_Air France 777-200ERDe l’autre côté du monde, Air France a déclaré dans un communiqué publié par La Dépêche de Tahiti que la liaison entre la métropole et l’aéroport de Papeete-Faa’a n’était absolument pas menacée par le plan de restructuration en cours, qui doit en particulier toucher le réseau long-courrier. Elle explique que « grâce notamment aux efforts de chacun et aux stratégies commerciales », la ligne ParisLos AngelesPapeete « est revenue à un équilibre économique satisfaisant depuis 2013 et n’est absolument pas remise en cause » : les trois rotations hebdomadaires (mercredi, vendredi et dimanche en Boeing 777-200ER) seront reconduites en l’état l’été prochain. La compagnie ajoute qu’elle poursuit son développement en Amérique du Nord et l’amélioration de son produit, avec notamment des vols supplémentaires entre Paris et Los Angeles et le déploiement progressif de ses nouvelles cabines ; sans oublier que sa partenaire Delta Air Lines « investit aussi fortement sur la plateforme de correspondance de Los Angeles pour augmenter le nombre des destinations desservies, et permettre plus de connections pour les Polynésiens en Amérique et plus d’opportunités pour des touristes américains de profiter de notre destination ».

http://www.air-journal.fr/2015-10-26-air-france-valls-brosetta-et-papeete-5152513.html

Commentaire(s)

  1. C’est un nouveau contrat social qu’il faut rebâtir. Les médias caricaturent tout et amplifient, de ce fait, la tension sociale. Mais sans cela, quel aurait été la suite donnée au CCE du 5 octobre?

  2. Le cancer d’AF aujourd’hui ce nomme état français. Incapable de diriger le pays ils se permettent de donner des conseils à une entreprise comme celle-ci. On voit bien où cela à amener AF. D’un côté on taxe de l’autre on demande aux employés de faire des efforts pour sauver l’entreprise.
    À quand la chemise de Valls?????

    • Le cancer de AF nest certainement pas Valls ou l’état français avec ces soi-disants taxes qui tuent les entreprises…, vous avez vraiment tout faux la dessus et valez toutes les manipulations et couleuvres qu’on vous présente !!!!

      Le cancer actuel de AF s’appelle SNPL avec des pilotes travaillant 30% de moins mais étant pays 30% de plus, s’immisçant dans la gestion de AF, refusant toute remise end asue, etc… bref un immobilisme qui a deja coute 500M Euros en 2104 et qui met ce jour AF en péril !!!!

      Toutes les autres compagnies européennes travaillent dans le meme environnement que AF et s’en sortent (meme avec des taxes aéroport 20% plus cher comme sur LHR)…. donc pointer du doigts des facteurs extérieurs et simplement un mensonge. AF doit continuer a se reformer en profondeur avec des pilotes qui acceptent le changement ou dehors, un back office mammouth a dégraisser, une accélération des programmes Transavia France, Transavia Europe, Refit des long courrier avec Best & Beyond. !!!

  3. Aldo

    Je suis comme on dit un ouvrier de la classe moyenne je suis un passionné ď’aviation je n’ai pas les moyens financiers de la plupart des intervenants de ce site il y a 10 ans lorsque j’ai fait mon premier voyage long courrier je n’ai pas hésité a mettre 150 € de surplus pour voyager par air france car a l’époque la réputation, le service, la sécurité méritait cet effort se qui n’est plus le cas aujourd’hui car tout a changé sauf air france a force de se croire les rois du monde on ne voit pas que les autres evoluent et pire nous dépassent
    Le gros problème c’est que pour un prix tres inferieur vous avez plus de services, plus de sécurité ,plus de fiabilité avec les autres compagnies donc vous ne voyagez plusavec air france
    Exemple je devait faire un lyon-bordeaux je regarde pour prendre mon billet le lundi pour un voyage le samedi suivant résultat air france 322€ easyjet 70€
    Soit presque 5 fois plus cher pour avoir un cafe et 2 ptits gâteaux secs dégueulasses c abusé
    Je sait vous allez me dire le cout du travail ok
    En attendant l’a319 etait plein quand air france envoi un avion beacoups plus petit a moitie vide
    Je suis parti a st martin air caraibes 460€ air france 720€
    Pour les mêmes prestations voir mieux cote air caraibes qui est pourtant une compagnie française qui fait des benefices
    Tant que se sera comme ça je ne suis pas prêt de voyager avec air france
    Et je ne suis pas leseul dans ce cas

  4. Ce qui est dramatique dans tout cela est la manière dont les syndicats et les medias, coordonnés par la communication de la direction d’AF (Adeline Challon-Kemoun) vont dégraisser le mammouths au détriment des forces productives (et potentiellement sur le moyen/long terme de la securité des vols d’AF. Je m’explique:
    Les pilotes ne pairont pas les pots cassé car partie intégrante de la direction et polituqmeent très bien connecté (leurs objectifs étant de préserver l’emploi de leurs gamin pour certains d’entre eux ndlr ce pourquoi al suggugestion d’ouverture de poste de pnt leur est très sensible)

    Mais il faudra réduire les cout et la masse: comment?
    La maintenance qui sera de plus en plus sous traité et externalisé (avec les risques potentiels pour la sécurité des vols, réduction des postes de mécano (secteur rentable pour Air-France et force productive)
    réduction & licencisement d’agent d’escale/fermeture d’escale avec utilisation de la sous traittance

    Néanmoins air France continuera a embaucher au revenu management (analystes des vols) des profils decole de commerce payé très cher qui n’atteigne pas leurs objectif de rendre des vols rentable….(profil de type chef de tout mais responsable de rien motivé seulement par les GP et la tranquillité des postes) bref air France est parti pour devenir une boite a la rentabilité douteuse car perdra de plus en plus ces compétences (car productivité reposera sur la sous traitance et que les fonctions décisionnaire ne verront la compagnie que comme un tremplin pour d’autres boites)

  5. Ce qui est marrant (sic!) c’est que les pilotes AF gagnent moins que ceux d’easyjet pour le même nombre de jours travaillés (moins d’heures de vol en revanche car AF fait du « béton » là où easyjet fait des escales de 25-30 minutes).
    En long courrier les pilotes B777 d’AF sont à la butée réglementaire, certains sont arrêtés de vol en décembre car trop d’heures ! Quant aux salaires, aucun ne gagne comme chez China (300 000 US$ par an pour un CDB A330, net d’impôts).
    Donc si AF doit se réformer, on voit bien que ce n’est pas par là que ça doit se passer puisque le contrat pilote AF est au niveau, voire en dessous du marché. En revanche, toutes les compagnies qui « marchent » n’ont pas de dirigeants qui viennent de la fonction publique et un effectif cadres pléthorique (record du monde de cadres par avion, voyez le « benchmark » avec LH et BA…)

    Un pilote non AF

    • Le probleme des comparaisons entre compagnies c’est qu’on trouvera toujours des benchmark pour prouver tout et son contraire,sur tout et sur tous,de n’importe quel point de vue que l’on se place….dès lors ces jeux de dupe-moi-si-tu-peux n’ont plus aucun intérêt…….

  6. Vu les tarifs et la non concurrence qui existe sur Tahiti, je vois pas pourquoi ils arreteraient la liaison. Bizarre cette rumeur.

  7. Vive le CDB AF!!

    Le salaire du CDB777 et entre 17 et 20 000€ pour un instructeur, cadre….

    Bonne journée !!

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum