Air France positive devant le Sénat

air-journal_Air France KLM Juniac

Le PDG du groupe aérien Air France-KLM a annoncé lors de son audition devant le Sénat qu’il souhaitait relancer les embauches en 2018, et rappelé qu’il était nécessaire d’investir « pour rester ne première division ». Mais il a aussi plaidé pour un cadre fiscal et social plus avantageux. Air France communique de son côtés sur les jeunes pousses et le financement participatif.

Comme le dirigeant d’Air France Frédéric Gagey la veille devant les députés de l’Assemblée nationale, Alexandre de Juniac a mis en avant le 5 novembre 2015 devant les sénateurs les résultats accomplis chez Air France par le plan de restructuration Transform 2015 : « on a bien joué la première mi-temps, ce n’est pas le moment de s’effondrer », a-t-il lancé pour justifier les mesures annoncées dans le cadre du Plan B qui prévoit 2900 suppressions de postes d’ici deux ans (dont un millier l’année prochaine). Il fixe à « début 2016, en janvier ou février », la limite donnée aux syndicats pour conclure des accords et revenir dès 2017 dans les clous de Perform 2020, évitant ainsi la deuxième phase du Plan B. Le PDG d’Air France-KLM se dit d’ailleurs « raisonnablement optimiste » sur les chances d’arriver à des accords, qui permettraient à la compagnie française de préparer sa croissance à long terme : avec la perspective de nouvelles embauches dès 2018, « y compris des pilotes ».

Les investissements ont tenu leur place dans le discours du PDG aux sénateurs : ils sont nécessaires pour « rester en première division » et dans la course avec la dizaine de compagnies qui sont capables dans le monde de générer durablement « des résultats importants ». Rappelons que le bénéfice net d’Air France-KLM a atteint au troisième trimestre 480 millions d’euros, contre 86 millions à la même période en 2014, grâce à un fort trafic cet été combiné à un prix du carburant toujours aussi bas, mais aussi aux premiers effets de Transform 2015. La croissance ne saurait cependant revenir de façon durable sans baisse des coûts : Alexandre de Juniac a de nouveau évoqué le rapport Leroux pour demander la mise en place d’un cadre social et fiscal plus avantageux, notamment en ce qui concerne les navigants sur vols internationaux. « Le ciel européen est l’un des plus onéreux au monde. L’état doit nous donner des armes pour nous battre dans un environnement très concurrentiel », a-t-il déclaré.

air-journal_Air France crowdfundingDans le cadre de son partenariat avec Paris&Co, dont l’incubateur de startups Welcome City Lab, et de son projet Lab’line for the future, Air France s’associe à de nombreuses jeunes entreprises pour proposer des services innovants à ses clients. Dès mars 2016, en partenariat avec la startup Interactive Mobility, issue de l’incubateur dédié au tourisme Welcome City Lab, elle proposera une nouvelle offre de divertissement à bord, progressivement déployée sur ses lignes moyen-courrier. Ce service innovant permettra de télécharger films, séries et documentaires directement sur sa tablette ou son Smartphone avant le voyage. Parallèlement, Air France lance, en première mondiale, une opération de crowdfunding (financement participatif) en faveur des startups, pour les soutenir au-delà des expérimentations menée avec elles. La Compagnie propose à ses clients membres du programme de fidélité Flying Blue de faire don de leurs Miles à des startups prometteuses pour encourager leur extension à l’international. Enfin, grâce à la startup Theatre In Paris, Air France permet à ses clients de profiter d’une pièce de théâtre en plein ciel. Depuis le 1er aout 2015, La Compagnie diffuse à bord de ses vols long-courriers Le Mariage de Figaro, filmé au Théâtre du Ranelagh (Paris) et sous-titrée en anglais. La Compagnie soutient également l’entreprise à New York, où celle-ci propose l’utilisation de lunettes connectées permettant des traductions multilingues en simultanée, dans le cadre du programme French-American Digital Lab.

Avec son projet Lab’line for the future, Air France fédère 14 partenaires industriels et clients partageant les mêmes valeurs, pour imaginer et construire ensemble le voyage de demain. La Compagnie met en place sur sa ligne Toulouse – Paris-Orly une véritable vitrine d’innovations au service du développement durable. Elle y associe des startups, par un appel à expérimentations, et donne l’opportunité à 7 d’entre elles de présenter pendant plusieurs mois leurs innovations à une communauté de clients de la ligne pouvant ainsi s’exprimer sur les produits et services proposés : un compagnon de mobilité avec Instant System, une carte d’embarquement en réalité augmentée avec Ubleam, des divertissements téléchargeables sur tablette ou Smartphone avec Interactive Mobility, associé à Smarts Apps, Parisianist et Theatre In Paris, ou des espaces de co-working à Toulouse et Paris avec LBMG WorkLabs. Air France entend contribuer au développement de l’écosystème de startups et PME innovantes, en France et dans les territoires qu’elle dessert, ainsi qu’au rayonnement de la France à l’étranger.

Entre Paris et New York, des deux côtés de l’Atlantique, Air France est la Compagnie aérienne officielle du programme d’échanges de startups entre Paris&Co et New York City Economic Development Corporation. En Afrique, en partenariat avec Myafricanstartup, la Compagnie encourage également l’établissement d’un véritable Hub d’Incubateurs à Abidjan, en coopération avec la Banque de Développement de l’Afrique. « Air France met l’innovation au cœur de sa stratégie depuis toujours, en étant précurseur dans ses produits et services. Y associer les startups françaises est porteur de développement et d’avenir pour la Compagnie », a déclaré Frédéric Gagey, président-directeur général d’Air France.

http://www.air-journal.fr/2015-11-06-air-france-positive-devant-le-senat-5153129.html

Commentaire(s)

  1. Ca fait plaisir de voir AF retrouver des couleurs. Ils sont sur la bonne voie, il faut continuer les efforts ! Courage

  2. Mais ce qu’il a oublier de dire!! C’est que la direction et les cadres AF ! N’ont pas fait d’efforts lors du plan Transform 2015! Et sûrement pas pour le plan Perform 2020!

    Et après PNT va dire que cela et la fautes des pilotes et du SNPL! N’importe quoi!! Si la direction veut que le plan Perform 2020 ! Marche elle n’a qu’à ce remettre en question !

    PNT AF! Continuer le combat ! Gardons nos acquis !

    • C’est vrai qu’avec des salaires 30% plus eleves pour une productivité 20% inférieure, ce n’est pas un acquis,c’est une honte qui se doit d’être deononce publiquement et annuler. C’est a cause de dinosaures dans votre genre que les compagnies perdent de l’argent. SVP, dites a votre père d’aller postuler chez Easy Jet afin qu’il realise quel est le monde réel car vous n’êtes vraiment pas sur la meme planète. Le boulote de votre père est de piloter un bus avec des ailes d’un point A a un point B. Quand je pense que pour faire cela, ils prennent plus de 100 000 Euros par an, c’est un honte !!!

      • Roger Wilco

        Encore un commentaire d’une bêtise profonde qui provient d’un troll fatiguant et victime d’une pathologie anti Air France atteignant un stade avancé .
        Vos chiffres sont évidemment faux .
        L’article du point auquel vous vous référez est tellement faux que meme la direction d’air France a souhaité disposer d’un un droit de réponse pour dénoncer un article factuellement faux.
        Alors baser ses réflexions sur des éléments non factuels constitue au mieux une faute , je penche pour la malhonnêteté en ce qui vous concerne.

        Ps la récidive aggrave votre cas ….

  3. Des embauchés des 2018 dans quelle branche? Qu’en est-il donc des suppressions de postes prévues en 2016-2017?

  4. Alexandre de Juniac resume parfaitement la situation en disant que il ne fallait pas crier victoire de suite. Les transformations réalisées ont port leurs fruits mais il faut continuer pour retourner le niveau de compétitivité face a la concurrence. Personnellement la demande d’un cadre social et fiscal plus avantageux est certes important mais loin d’être suffisant, il faut encore réorganiser et redynamiser le groupe
    1. Le regroupement annoncee de Transavia France et Hollande est obligatoire de meme que la mise en place de bases Europe avec contrats locaux (n’en déplaise aux irréductibles passéistes du SNPL)
    2. Un dégraissage du back office (a tous les niveaux) pour retrouver la flexibilité et efficacité.
    3. Bien évidemment remise a plat des contrats pilotes pour les mettre au niveau du marche et arrêter ce non sens actuel !!!
    4. Augmenter les investissements pour renouveler plus rapidement l’intégralité des cabines long courriers en Best and Beyond.
    5. Avoir une stratégie commerciale plus agressive sur les tarifs et sur le management des lignes.
    6. Mettre en place une politique de service a bord sur toutes les classes du meme type que Singapore Airline out autre équivalent (prise de commande avant décollage, service au plateau, disponibilité, ecoute et sourire, etc…)
    Il faut maintenant juste espérer que les dinosaures de services (SNPL, CGT) ne feront pas couler cette belle entreprise.

    • Serpico

      Assez bonne analyse !

      • Roger Wilco

        Assez bonne en effet pour ceux qui ne cherchent pas de solutions durables par l’observation objective et dépassionnée des faits .
        Globalement vos post ne contiennent que des « analyses  » provenant d’éléments factuellement faux ou issus d’observations sur AIR France datant du siècle dernier….
        Il est regrettable de devoir trouver sur ce site des commentaires aussi déconnectés des réalités d’un monde qui bouge qui au mieux sont inexacts , le plus souvent malveillants.
        On sent chez vous une sorte d’obsession anti Air France qui discrédite vos propos aux yeux de ceux qui sont en mesure de fonder une opinion autrement qu’en lisant des articles de presse….

    • Roger Wilco

      Premièrement Alexandre de Juniac ne s’est pas présenté devant la commission de l’assemblée nationale , il a préféré laisser Mr Gagey y aller.
      Le problème fiscal que vous abordez en préliminaire à votre post est malheureusement le point central des problèmes actuels. En effet la différence entre une entreprise payant ses cotisations et participant à la solidarité nationale avec celles qui pratiquent l’évasion fiscale systématique se compte en milliards d’euros annuellement qui crée un déficit de concurrence gigantesque. Je ne pense pas que vous prôniez qu’ air France agisse de même…
      Le rapport de Mr Bruno Leroux qui contient douze mesures d’urgence n’a absolument pas été suivi d’effet . Cela démontre l’incapacité de l’état à protéger son industrie, contrairement aux autorités americaines.
      Le SNPL est favorable à l’installation de bases européennes pour transavia conformément au modalités mises en œuvre par transavia Hollande….et pas celles que Mr de Juniac voulait imposer l’année dernière.
      Pour ce qui est de la « remise à plat des contrats de travail pour les mettre au niveau du marché  » je doute fort que le personnel au sol soit d’accord pour un tel traitement qui aurait des conséquences sociales catastrophiques.
      En effet on doute fort qu’ils acceptent les conditions des compagnies low cost ou de la sous traitance hexagonale auxquels ils sont maintenat comparés.
      Pour ce qui est des pilotes eux non plus ne souhaitent pas être comparés aux compagnies low-cost car la productivité du réseau de ces dernières permet un coût de production de l’heure de vol plus bas . ( plus d’heures de vol dans un meme temps de travail et donc un coût a l’heure de vol plus faible)
      Pour info le salaire brut d’un commandant Boeing 737 chez southwest (low cost tres profitable…) est de 232000 USD / an soit 210 000 euros soit 20% de plus qu’à AF

      Alors Richie RSA merci de vérifier vos dires avant de dispenser vos réflexions sur ce site qui mérite mieux….

  5. @Richiersa

    Pour être précis ! Mon père prend 250 000€ par an! Une broutille !!

    Et je ne vois pas comment mon père pourrait postuler chez Easy! Alors qu’il qualifier 777 et 787!!

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum