Crash Metrojet : l’Egypte ne confirme pas encore la thèse terroriste

air-journal_Metrojet crash TV

Lors d’une conférence de presse au Caire sur le crash de Metrojet (224 morts), un ministre égyptien a refusé de confirmer l’hypothèse d’un attentat terroriste, esquissé hier par un  enquêteur français ayant eu accès aux données des enregistreurs de vol.

Le ministre de l’aviation civile égyptien s’est montré prudent aujourd’hui, en refusant de confirmer la thèse terroriste tant que le travail d’enquête toujours en cours sur le recueil des informations n’aura pas davantage avancé : « Il n’y a pas encore de conclusion sur les causes possibles de l’accident », a-t-il assuré ce samedi après-midi. « Nous sommes encore dans la phase de collecte des informations ». « Un bruit a été entendu lors de la dernière seconde d’enregistrement » des boîtes noires, a-t-il seulement confirmé. Mais, ce bruit entendu exactement 23 minutes et 14 secondes après le décollage, doit encore  passer « une analyse spectrale », qui devra permettre de confirmer ou non qu’il correspond bien au bruit d’une bombe.

Le ministre égyptien a aussi indiqué qu’après la « dislocation » de l’A321 de Metrojet, les débris de l’avion se sont éparpillés au sol sur une surface de 13 km2, que l’appareil volait à 31 000 pieds d’altitude quand les radars ont perdu sa trace.

Rappelons que la branche égyptienne de l’Etat islamiste a revendiqué plusieurs fois cet attentat sans donner plus de précisions sur les moyens utilisés et que les experts internationaux sont enclins à verser dans cette hypothèse terroriste au vu des éléments aujourd’hui connus : un satellite américain aurait enregistré un flash de chaleur au moment de sa disparition, des photos montrant certains débris criblés d’impacts allant de l’intérieur vers l’extérieur, … et ce fameux bruit survenu à la dernière seconde, juste avant que les boîtes noires cessent de fonctionner.

Près de 80 000 Russes seraient toujours en Egypte alors que la Russie a ordonné la suspension des vols vers l’Egypte. Aeroflot envoie des vols à vide pour rapatrier ceux-ci, mais les touristes pour la plupart dans les régions de Charm el-Cheikh et Hurghada au bord de la mer Rouge, ne pourront partir qu’avec leur «bagage à mains le plus nécessaire» et quand ils l’auront décidé (pas de plan d’évacuation), a confié Arkady Dvorkovich, vice-premier Ministre russe.

Les 20 000 Britanniques présents à Charm el-Cheikh commencent à être rapatriés depuis hier, les bagages en soute voyageant là-encore sur un autre vol sans passager.

http://www.air-journal.fr/2015-11-07-crash-metrojet-legypte-ne-confirme-pas-encore-la-these-terroriste-5153234.html

Commentaire(s)

  1. EPL 86

    Quand on pense aux contrôles de sécurité imposés aux PNT sans aucune justification.

    N’importe quel bagagiste ou employé de nettoyage peut faire sauter un avion sans aucune difficulté.

  2. Cimbour

    Je suis d’accord. C’est sûrement un employé de l’aéroport.

    • Boeing 777-300ER

      C’est fort possible. Lors de la prise d’otage d’Alger en 1994 d’un A300 d’Air France, les terroristes du GIA avait été aidé par un employé au sol d’Air France de mèche avec les terroristes d’accéder au tarmac de l’aéroport.
      Surtout qu’en Égypte, 20 % de la population se déclare salafiste, un mouvement absolutiste qui prône un islam « hard core » sans pour autant inciter au terrorisme comme le takfirisme. Mais malheureusement, dans chaque courant, il y a des extrêmes et de ce fait la thèse de l’attentat est crédible au grand dam des Égyptiens.

  3. Encore plus facile a faire en Afrique!!

  4. easy sleeping pilot - 7 novembre 2015 à 19 h 56 min
    easy sleeping pilot

    des photos montrant certains débris criblés d’impacts allant de l’intérieur vers l’extérieur, …

    …Elles sont où les photos ? Elles ont étés présentes en conférence de presse ?

  5. Clo2B

    De toutes façons, ce qu’il faut bien comprendre dans cette affaire, c’est que quelque soit la responsabilité du pays au niveau de la sécurité avant que cet attentat ne se produise, la pire réponse serait d’encourager les terroristes à recommencer ailleurs, si cela avait des conséquences trop importantes sur l’économie de l’Égypte, comme elle en a déjà eu pour la Tunisie …
    Si cela marche vraiment bien, pourquoi ne pas recommencer ailleurs ?
    La Jordanie par exemple, qui fait partie de la coalition, puis le Liban, pourquoi pas le Maroc ensuite, etc…
    Sans compter que cela pourrait leur donner des idées pour les destination touristiques Françaises, tel que la Corse, les Antilles ou la Réunion, ou il semble plus difficile de recruter sur place, mais ou quelques Coulibalis, ou autres kouhachis doivent bien trainer quelque part…
    Bref, à mon avis, la meilleure réponse possible, même si elle n’est pas idéale est bien de garder son sang-froid en évitant toute forme de boycott à l’égard des pays victimes du terrorisme…

    • Boeing 777-300ER

      Sauf que Daëch est financé par les Pays du Golfe, Israël et l’OTAN qui disent à celle-ci ce qu’elle doit faire. Si Liban a un risque potentiel, la Jordanie et le Maroc peuvent dormir tranquille sachant que ce sont des toutous des américains et des israéliens. La coalition « anti-Daëch » n’est anti terroriste que par son nom. Néanmoins, la « coalition n’a pas totalement la main mise sur Daëch comme on a pu le voir avec les attentats de Paris et de Copenhague.

  6. chiefpilot

    N’ y a t’il pas une incohérence de la part des compagnies aériennes Européennes d’ouvrir de nouvelles liaisons sur Eilat ? Cette destination sur la mer rouge n’est pas plus sécurisée , car se situant dans la même zone géographique a risque.

    • Pet

      Pas plus sécurisée ?
      Ah bon. J’ai dû rêver lors de mes voyages en Israël, avec leur parano sécuritaire. Tellement sophistiquée aujourd’hui que les flics pseudo ‘ customer relations’ des hotels tendent à disparaitre.
      Pour qui connait leSinai ds sa partie arabe, chacun sait quec’est une passoire, qui s’arrête aux frontières d’Israël.

  7. CLO2B : C’est une excellente analyse.
    Mais il va faloir trouver les clients maintenant et pour se faire, il va donc faloir egalement pratiquer des prix imbattables ce qu’ils revient à dire que les établissements sur place vont devoir travailler à prix coûtant pour maintenir l’emploi voir travailler à perte.. pas simple!!

    • Clo2B

      Bien entendu, Je voulais essentiellement parler des états, et des compagnies aériennes, car seuls les clients décideront ou non de passer leurs vacances dans des pays potentiellement visés par ces attentats, mais on ne doit pas non plus empêcher ou même dissuader ceux qui veulent s’y rendre quand même pour autant…

  8. EPL 86

    J’ai du mal à comprendre la réaction du terrorisme islamiste à Eilat, les israéliens étant efficaces dans la sécurité aéroportuaire.

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum