Violences à Air France : pas de procès avant le printemps

air-journal_air france a319

Le Tribunal de Bobigny devrait lundi renvoyer au printemps 2016 le procès pour violences aggravées des cinq salariés de la compagnie aérienne Air France impliqués dans les incidents autour du CCE début octobre. Treize syndicats appellent toutefois à une mobilisation devant le tribunal et le siège de la compagnie, pour exiger l’arrêt immédiat des poursuites.

Une « audience de fixation » se tiendra le 2 décembre 2015 au Tribunal de Bobigny pour déterminer la date du procès des salariés inculpés, certains journaux évoquant le mois de mai 2016. Après les violences qui avaient entouré le Comité d’entreprise extraordinaire (CCE) du 5 octobre, cinq salariés, principalement de la branche Air France Cargo, sont poursuivis et ont en outre été licenciés sans indemnité ni préavis (l’un d’eux faisant toutefois l’objet d’une procédure spéciale en raison de son statut de représentant du personnel). Rappelons que onze autres salariés ayant participé à l’enfoncement du portail d’accès font l’objet d’une mise à pied sans solde de 15 jours.

Une intersyndicale a appelé hier à la mobilisation le 2 décembre devant le tribunal, puis le lendemain au siège de la compagnie, en soutien aux salariés d’Air France qui « sont les victimes de la politique antisociale de nos dirigeants, qui se servent de cet évènement pour criminaliser toute contestation dans notre entreprise ». Pour les treize syndicats signataires, «  tandis que les évènements dramatiques et l’état d’urgence dans notre pays monopolisent légitimement les médias et détournent ainsi l’attention de la situation à Air France », la direction « n’infléchit pas sa politique sociale » et « poursuit sans ralentir son cheminement destructeur, sans modifier son cap, en effaçant de plus en plus la notion d’humanité dans sa gestion et en faisant passer bien d’autres intérêts avant celui des salariés ». Le texte explique que « la tragédie du 13 novembre devrait amener à reconsidérer l’échelle des valeurs et à replacer l’humain – et non le profit ou le dogme – au centre de ses préoccupations ». Et si certains pourraient se sentir rassurés quand la direction promet de minimiser l’impact des départs par le biais de PDV, les syndicats affirment qu’il faut au contraire « être conscient, non seulement qu’après 5 PDV successifs, le vivier de volontaires est en réalité presque épuisé mais surtout que cette politique de décroissance n’aura pas de fin ». Certains de ces syndicats appellent déjà à des grèves le 2 décembre.

Rappelons qu’un millier de postes seront supprimés dès l’année prochaine, au nom des gains de productivité espérés par Perform 2020. Fin octobre, le PDG d’Air France Frédéric Gagey déclarait qu’il souhaitait trouver des accords avec les syndicats de toutes les catégories professionnelles d’ici le début 2016, et avait « clairement réaffirmé la préférence » pour un retour aux négociations en 2017, deuxième année du Plan B dont l’impact pourrait atteindre 2900 suppressions de postes.

http://www.air-journal.fr/2015-11-27-violences-a-air-france-pas-de-proces-avant-le-printemps-5154161.html

Commentaire(s)

  1. JCD

    Violences aggravées ??? Et le bataclan, c’etait quoi alors?

  2. Vive AF!! Vive les avantages des PNT ! Et toutes les choses qui énervent ! Les râleurs de AJ!

  3. N’en deplaise a certains abrutis ou arrieristes qui pensent être toujours en 1950, des violences ont été commis et DOIVENT ETRE SANCTIONNES par la Justice. Les commentaires de l’intersyndicale me font hurler de rire et en meme reps sauter de mon siege quand je vois qu’il jouent sur les melanges en insérant le contexte des attentats dans leurs contexte…. ce ne sont que manipulation et mensonge. Ces personnes doivent être juges.
    Pour le reste, la stratégie du groupe AF/KLM continuera pour le succes de cette belle entreprise et les moyenageux espérant vivre sur leurs acquis seront simplement balayes par l’évolution.

  4. Vincent

    Ces syndicats archaïques s’imaginent toujours être à l’abri de la loi ?

    Ils ont raison : TAUBIRA fera sans doute tout son possible pour qu’ils échappent à toute condamnation. Et de crier tous en cœur : Vive la gauche laxiste ! Vive TAUBIRA ! Vive l’anarchie !

    • Completement hors sujet…. svp, ce site n’est pas une tribune politique pour pousser vos opinions personnelles. Il y a d’autres sites web pour cela si vous souhaitez publier vos velléités politiques MAIS PAS sur ce site. Donc svp respectez la netralite de Air Journal.

    • Donc après la référence à l’attentat du Bataclan qui n’a rien à voir avec cet article on a mainetenant droit à une référence à Taubira … qui n’a non plus rien à voir avec cet article.
      Personne ne veut parler de son équipe de sport favorite, des ses vacances de fin d’année, où je ne sais quoi qui n’a rien a voir non plus avec l’article ?

  5. dakota

    La question de fond demeure : le futur à court terme d’AF est-il menacé ? Si oui et si l’indépendance réelle (ce qui voudrait dire que l’Etat se retire une bonne fois du capital) est en cause, il faut que chacun fasse des efforts (et agresser physiquement des cadres, quelles que puissent être leur responsabilité dans l’état actuel de la compagnie, est condamnable et, de toute façon, inepte et sans effet).

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum