Aéroport de Toulouse : -2,1% en novembre

air-journal_aéroport toulouse air france

Les attentats du 13 novembre à Paris ont eu un impact sur le trafic aérien à l’aéroport de Toulouse-Blagnac, qui a enregistré une baisse de -2,1% du nombre de passagers le mois dernier.

Dans son communiqué du 9 décembre 2015, l’aéroport de la ville rose annonce avoir enregistré en novembre 566.148 passagers commerciaux, un résultat « qui traduit l’impact des attentats du 13 novembre à Paris, notamment sur les échanges avec Paris ». Le trafic national affiche une baisse de -3,2% à 368.766 passagers. L’axe radial est le plus impacté (-5,8%), avec une baisse plus marquée sur Paris-Orly (-7,4%) que sur Paris-CDG (+1,3%). A l’inverse, en région, le trafic est en hausse (+5,2%), avec des progressions sur la quasi-totalité des lignes, dont Nantes (+27,9%), Marseille (+8,8%), Rennes (+8,5%), Lille (+5,9%) et Nice (+4,6%).

Le trafic international à Toulouse-Blagnac reste stable (+0,5%) avec 195.988 passagers. La forte progression sur l’espace Schengen (+7,7%) résulte des bons résultats observés sur la plupart des destinations, en particulier sur Amsterdam (+29,5%), première ligne contributrice sur ce faisceau. Le trafic sur l’Espagne (+15,7%) est dynamisé par les bons résultats sur Séville (+192%) tandis que le trafic sur l’Allemagne est en retrait (-3,6%). Hors Schengen, le trafic régulier est en baisse (-6,5%), avec des résultats très contrastés sur les aéroports londoniens Londres-Heathrow (+6%) et Londres-Gatwick (-8,4%). Le trafic régulier sur l’Afrique du Nord (-11,2%) est globalement en baisse, à l’inverse d’Agadir qui multiplie par trois son trafic par rapport à novembre 2014.

L’aéroport toulousain précise aussi que le segment low-cost représente 27,8 % du trafic passagers ; le trafic fret et poste est en hausse de +3,3%, avec 5 230 tonnes traitées, et le nombre de mouvements commerciaux est en hausse (+1,8%) avec 6 392 mouvements.

Sur les onze premiers mois de l’année, Toulouse-Blagnac a enregistré 7,082 millions de passagers, un trafic en hausse de +2,4% par rapport à la même période en 2014. Le trafic national est en hausse de +3,8% tandis que le secteur international affiche une progression de +0,7% ; le trafic en transit recule de -13,8% avec 37.682 passagers.

http://www.air-journal.fr/2015-12-10-aeroport-de-toulouse-21-en-novembre-5154877.html

Commentaire(s)

  1. Pas sûr qu’une baisse si marquée sur ORY (principalement empruntée par des hommes d’affaires et non pas des touristes) s’explique uniquement par les attentats…

  2. Par ex : la ligne d’Amsterdam est un mystère l’embraer 195 utilisé et parfois le 737-700 ne sont pas extensisible et pourtant toujours pleins, les fréquences sont les mêmes et la ligne toujours en progression ou mettent t’ils les passagers supplémentaires ??

  3. Ceci démontre que TLS est fortement dépendant des lignes vers ORY et CDG. Et la faiblesse de ses autres lignes, domestiques et plus encore internationales.
    De là se pose la question du pourquoi lorsque l’on constate l’excellent score d’autres aéroports comme BOD.
    Mais le nouveau gestionnaire (un consortium partagé entre un investisseur chinois en fuite et une entreprise canadienne condamnée pour corruption à grande échelle) est-il en mesure de rassurer pour ouvrir de nouvelles lignes? Dommage car nul doute que les hommes sur le terrain se démènent pour attirer de nouvelles Cies et lignes.

  4. juju

    Le montage politico-financier de privatisation de l’Aéroport de TLS est pour le moins « curieux » , mais nos dirigeants se gardent bien , en cette période électorale, d’en parler !!!!
    Beaucoup , en effet , se démènent pour attirer de nouvelles compagnies , mais , comme je l’ai déjà dit sur ce forum , « ça bloque » quelque part !
    Dommage pour la région qui est obligée de se farcir les traditionnels « HUB » que justement les provinciaux ne veulent plus .

  5. Les travaux du nouveau terminal low-cost débute en 2016 pour atteindre les dix millions de passagers

  6. Flagoo

    Certains ont beau « se démener » pour attirer de nouvelles compagnies. Si elles n’ont pas de droits de trafic, qui s’obtiennent par des négociation diplomatiques et commerciales de haut niveau, pas d’ouverture à attendre.

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter