Brussels Airlines va se développer à l’international suite au départ de Jet Airways

aj_brussels airlines A330 vol

La compagnie indienne Jet Airways, partenaire d’Etihad Airways, a annoncé son retrait stratégique du principal aéroport bruxellois (Brussels Airport) au profit de celui d’Amsterdam Schiphol, hub de KLM. Brussels Airlines annonce dans un même mouvement qu’elle prendra la relève de Jet Airways sur l’axe Bruxelles-Toronto, et se développera sur le réseau long-courrier

A partir du 27 mars de l’année prochaine, comme indiqué dans nos colonnes, Jet Airways  va, lors d’un virage stratégique sur le choix d’un hub européen, délaisser totalement son hub de Brussels Airport (Bruxelles-Zaventem) au profit de celui d’Amsterdam Schiphol.« La position Amsterdam Airport Schiphol représentant l’un des plus grands portails en Europe », donnera « davantage d’options pour nos clients », expliquait Cramer Ball, CEO de Jet Airways, dans un communiqué.

Brussels Airlines a répondu qu’elle va , en conséquence, en tirer opportunité pour développer son réseau long-courrier. Cela commencera en premier lieu dès le printemps prochain, par la reprise de l’axe Bruxelles-Toronto (à raison de cinq rotations hebdomadaires), abandonné par Jet Airways. Un neuvième Airbus A330 sera alors mis en service. La vente des vols pour Toronto débutera « la semaine prochaine », indique Brussels Airlines dans son communiqué. En parallèle, Brussels Airlines continue également sa croissance sur le réseau africain. En été 2016, le nombre de vols à destination de Kigali (Rwanda) et Entebbe (Ouganda) sera porté respectivement à 6 et 4 vols hebdomadaires.

Deux Airbus supplémentaires sur les 12-15 prochains mois

air-journal_Brussels Airlines A330 2Dans les 12 à 15 prochains mois, un dixième Airbus A330 rejoindra la flotte (soit + 2 au total, sur cette période) pour accroître l’offre en Afrique de l’Ouest. Brussels Airlines analyse actuellement des liaisons vers Lagos et Libreville. Plus d’informations à ce sujet seront communiquées ultérieurement. « Cet important plan d’expansion est un investissement considérable à la fois au niveau financier mais aussi en terme d’emplois, a réagi Bernard Gustin, CEO de Brussels Airlines. Nous élargissons notre offre pour nos passagers de plus en plus nombreux et nos clients fret. En même temps, nous prenons plus que jamais à cœur notre rôle de moteur de croissance de l’aéroport et de l’économie belge. »

Augmentation de l’offre transatlantique, l’Inde en suspens

United, Air Canada et Brussels Airlines réunissent leurs forces pour compenser le départ de Jet Airways en augmentant leur offre sur le marché transatlantique et proposer en conséquence plus de choix à leurs clients. Ainsi, le nouveau vol de Brussels Airlines vers Toronto sera également commercialisé en partage de code par Air Canada ; United augmente dès l’année prochaine son offre de vols vers Newark de un à deux vols par jour. Ces vols supplémentaires seront ajoutés à l’offre Brussels Airlines qui les commercialisera comme une destination en partage de code avec United.

En parallèle, Brussels Airlines va dès le mois d’avril ajouter un sixième vol hebdomadaire vers Washington DC. Les trois partenaires, reliés par un joint venture (co-entreprise) sur le transatlantique, proposent ainsi en 2016 six destinations transatlantiques au départ de Brussels Airport. Brussels Airlines est également en train d’analyser avec Air India, son partenaire au sein de Star Alliance, la possibilité d’ouvrir une liaison vers Mumbai.

Création d’emplois directs

Cette expansion va créer environ 140 emplois au niveau du personnel navigant (pilotes et personnel de cabine). À l’aéroport de Bruxelles, l’investissement conduit non seulement à des emplois supplémentaires au niveau de l’enregistrement des vols de Brussels Airlines et de la maintenance, mais a aussi un impact positif sur les fournisseurs externes de services qui sont en charge des activités sur le tarmac, y compris le traitement du fret et du catering.

« Cette expansion conduit aussi à la création d’emplois indirects, poursuit Bernard Gustin, CEO de Brussels Airlines. Lorsqu’une compagnie aérienne belge investit dans un avion supplémentaire, elle crée quatre fois plus d’emplois que quand une compagnie aérienne étrangère ouvre une nouvelle ligne vers notre pays. L’expansion est également un développement important pour l’activité de fret de l’aéroport (Brucargo) car elle va créer de nouveaux flux de fret et de livraisons express. Avec nos nouveaux vols nous contribuons par ailleurs au renforcement des relations commerciales de la Belgique ; des vols directs stimulent l’économie et conduisent à une croissance du tourisme. »

http://www.air-journal.fr/2015-12-20-brussels-airlines-va-se-developper-a-linternational-suite-au-depart-de-jet-airways-5155408.html

Commentaire(s)

  1. SN Brussels renait des cendres de la SABENA tout comme Swiss de la Swissair – Adossée au groupe LH ces deux compagnie s’en sortent plutôt bien. Faut-il qu’une compagnie disparaisse pour quelle revienne sur le marché plus forte ?

  2. Charlier

    Avec 45% des actions, Lufthansa est de loin l’actionnaire majoritaire de Brussels Airlines et prend toutes les décisions. Au point qu’il a été question de faire voler Brussels Airlines sous la bannière Eurowings. Le directeur commercial, Redeligx, vient directement de Lufthansa. Gustin n’est qu’un exécutant.

  3. Belle compagnie que j’ai eu l’occasion de prendre et que je reprendrai volontiers!

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum