MRJ90 encore retardé, E190-E2 en février

air-journal_Mitsubishi MRJ90-first-flight

L’entrée en service du Mitsubishi MRJ90 a de nouveau été reportée, cette fois au premier semestre 2018, en raison de problèmes découverts suite à son vol inaugural le mois dernier. Embraer a de son côté fixé au 25 février le rollout de son E190-E2.

Alors que la première livraison de l’avion régional MRJ90 à la compagnie aérienne de lancement ANA (All Nippon Airways) était attendue au troisième trimestre 2017, l’avionneur japonais a annoncé le 24 décembre 2015 le report « d’environ un an » de l’évènement. Le vol inaugural du 11 novembre et les essais en vol suivants avaient selon Mitsubishi Aircraft confirmé des caractéristiques générales « satisfaisantes », mais aussi identifié plusieurs « problèmes ». Afin d’obtenir un appareil « mieux intégré », les logiciels de bord vont être revus et la cellule du MRJ « renforcée » avec l’aide de ses partenaires américains. Les essais de certification aux Etats-Unis, prévus jusque là à partir du deuxième trimestre de l’année prochaine à l’aéroport de Moses Lake (état de Washington) où Mitsubishi a installé sa base MRJ et un centre d’ingénierie, auront lieu « dès que possible ». Des changements dans l’organigramme de l’équipe gérant le programme sont également annoncés. « Nous plaçons la sécurité et la qualité de service au premier plan », expliquait le PDG de Mitsubishi heavy Industries Shunichi Miyanaga, alors que le groupe avait préparé les esprits en annonçant quelques jours plus tôt « un réexamen de l’échéancier

ANA devait initialement recevoir le premier des 15 MRJ commandés en 2013 ; elle s’est déclarée « très déçue » par ce quatrième retard annoncé par Mitsubishi mais renouvelle sa confiance envers les avantages qui seront au final prodigués par le nouvel avion. Première cliente du MRJ avec 100 exemplaires attendus, SkyWest ne remet rien en cause mais rappelle quelle « dépend de la disponibilité » de ces avions pour ses opérations sous les bannières American Eagle, Delta Connection ou United Express entre autres.

Les 223 commandes fermes et 184 options enregistrées à ce jour par le programme portent toutes sur la version MRJ90, qui pourra emporter 92 passagers (ANA et SkyWest donc, Trans States Holdings et Eastern Air Lines aux USA, et le dernier client en date, Japan Airlines) ; la version MRJ70 (78 places) n’en a pour l’instant remportée aucune. Le MRJ est le premier avion commercial construit au Japon depuis 1962.

air-journal_Embraer E190-E2Au Brésil, Embraer affiche beaucoup plus de confiance sur la version remotorisée de sa famille E-Jets : la première sortie du E190-E2 a été officiellement fixée au 25 février 2016, et son vol inaugural dans la deuxième moitié de l’année prochaine – avant une entrée en service prévue au premier semestre 2018. Les ailes redessinées ont été fixées au fuselage et les deux moteurs Pratt&Whitney sont en cours d’installation, tandis que l’évaluation des logiciels de bord a débuté selon le PDG d’Embraer Avions Commerciaux Paulo Cesar Silva. Un deuxième E190-E2 est entré en assemblage final, tandis que les pièces majeures du troisième exemplaire sont en cours de fabrication. « La deuxième génération d’E-Jets permettra aux opérateurs actuels et futurs d’intégrer des aéronefs encore plus modernes, avec une réduction significative des coûts d’exploitation et un confort inégalé pour les passagers », ajoute le dirigeant dans un communiqué.

La famille E2-Jets a enregistré à ce jour 267 commandes fermes, auxquelles s’ajoutent 373 options et droits d’achat, de la part de 70 clients dans 50 pays. Outre l’E190-E2 qui pourra emporter 106 passagers en une classe standard, Embraer prépare une version E195-E2 (132 sièges) pour 2019 et un E175-E2 (88 sièges) pour 2020.

On notera au passage qu’Embraer vient de livrer deux E195 à Tianjin Airlines, compagnie de lancement en Chine de ce modèle ; elle attend au total vingt E195 et autant d’E190, opérant déjà la plus grande flotte d’E190 en Chine (45 appareils).

http://www.air-journal.fr/2015-12-25-mrj90-encore-retarde-e190-e2-en-fevrier-5155652.html

Commentaire(s)

  1. Ça leur arrivent à tous..
    Bombardier avec les CSERIES mais aussi Boeing avec le 787 (sans pour ce dernier avoir toute fois la garantie que les problèmes soient vraiment resolus).
    Ce qui compte, c’est vraiment d’identifier les éventuels problèmes et d’y faire face rapidement plutôt que d’omologuer dans la précipitation et de commercialiser dans la foulée…charge aux premiers livrés d’essuyer les plâtres!!!

  2. Bravo aux japonais et vivement qu’ils arrivent a regler leur problèmes d’intégrations!!

    Quand aux problemes des batteries depuis la solution aportee par boeing plus aucun incident lié aux batteries.

    Pire on constate justement que ceux qui on essuyés des platres recommandent des boeing 787 on peu citer ANA ou Norwegian qui rappelons le on eu de gros problemes techniques au debut de l’exploitation du 787!!

    Enfin toute compagnie de lancement sais par nature qu’elle aura a afronter les defauts de jeunesse d’un nouvel avion on appelle ca la courbe en baignoire pour les connaisseurs.

    Le plus grave ce ne sont pas les erreurs de jeunnesse mais les defaut de conception grave qui ne sont pas forcement revelés par un crash.

    Airbus qui on le sait ne fait pas jeux egal avec boeing n’echape pas a cette regle et de nombreux accidents restent encore inexpliques ( a330 crash a toulouse sur un MVU + après rupture de la dérive en composites etc…)

    Boeing a également eu d’énormes problèmes avec les 747 et 737 notamment.
    mais ce sont vraiment eux qui on révolutionne le transport aérien et ils on toujours ete a la pointe de l’innovation pour rappel oser faire un excellent 707 et passer a un 747 en 1969 c’était la prouesse a faire !!!

    La prouesse ce n’est pas d’en faire un plus gros que le 747 avec CATIA et des composites alors qu’il ne se vendent pas!!!

    Ok ca n’excuse pas les accidents mais que ce soit boeing ou airbus ou mitishubishi ou bombardier on ne fait pas d’omelettes sans casser les oeufs !!

  3. Problème, en guise d’oeufs, c’est souvent la tête des pax’s..

  4. Heuh relativisons les choses
    Quand ne dis omellete la plupart des crashs aerien sont a 90% du aux erreurs humaines la meteo et les negligences en terme de maintenance.
    Tres peu finalement d’erreurs de conception on peu citer le DC-10 par example.
    De nombreuses catastrophes graves on egalement ete evitees grace a la conception robuste d’apareils tres endomages.

    Un avion est sur cela veut surtout dire qu’il doit pouvoir continuer a voler et etre maitrisable par le pilote .
    Pour revenir aux problemes des batteries sur le boeing 787 les avions sont restes maitrisables et on pu aterir d’urgence certes mais en toute securite resultat aucun mort !!!
    C’est surtout ce qu’il y a a retenir.

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter