Air France : le licenciement d’un délégué CGT refusé

aj_air france a320

L’inspection du travail a refusé le licenciement du délégué de la CGT impliqué dans les violences autour du CCE de la compagnie aérienne Air France en octobre dernier. Cette dernière va déposer un recours.

Accusé d’avoir agressé le directeur des ressources humaines Xavier Brosetta et deux vigiles lors des incidents ayant émaillé le Comité d’entreprise extraordinaire d’Air France, le salarié était l’un des cinq faisant l’objet d’une mesure de licenciement pour faute grave, mais le seul protégé par son statut de représentant syndical. Les quatre autres ont bien été licencié sans préavis et sans indemnité, mais l’inspection du travail a jugé que le délégué ne méritait pas pareille sanction. Selon le Figaro du 21 janvier 2016, l’instance a jugé que les « faits invoqués pris dans leur ensemble ne permettent pas à établir l’existence d’une faute lourde commise par le salarié, caractérisant son intention de nuire vis-à-vis de l’entreprise ». L’inspection mentionne en particulier les incertitudes si l’homme prend activement partie à la bousculade ou s’il « est lui-même chahuté ».

Air France a immédiatement indiqué son intention de former « un recours hiérarchique auprès du ministère du Travail », rappelant au passage son « attachement inconditionnel aux valeurs fondamentales dont le refus de la violence ». Mais le délégué de la CGT devra être réintégré selon le quotidien citant un responsable juridique du syndicat, le recours n’étant pas suspensif ; et il devrait toucher les salaires non perçus depuis sa mise à pied le 16 octobre dernier.

Rappelons que ces cinq personnes passeront le 27 mai prochain devant le tribunal correctionnel de Bobigny, où ils seront jugés pour violences en réunion. Ils encourent jusqu’à trois ans de prison et 45 000 euros d’amende.

 

http://www.air-journal.fr/2016-01-22-air-france-le-licenciement-dun-delegue-cgt-refuse-5156936.html

Commentaire(s)

  1. Il ne risque rien…nous sommes en France.

  2. C’est lamentable. Grâce à nos chers inspecteurs du travail dont la majorité est encartée à la CGT ce cher délégué va pouvoir garder son job. Puisque cela ne porte pas à conséquences, ayons tous la même attitude dès que quelque chose ne nous plait pas: on cogne sur celui qui nous pose problème.

  3. Ben76500

    Hélas le licenciement pour faute lourde pour motif d’aggression est valable

  4. Confiant dans la poursuite de déclin français,partisan acharné de Ryanair ,Easyjet et consorts,ennemi d’Air France,je me réjouis de cette bonne nouvelle.
    La réintégration de »l’intéressé » est de nature à créer un climat délétère au sein de l’équipe, d’insubordination vis à vis de la hiérarchie,de déresponsabilisation de l’encadrement etc etc…..au profit de la concurrence qui doit se frotter les mains.
    Mr O’Leary s’il vous plait ,envoyez une caisse de champagne à SUD!!!!

  5. Très sympa vis à vis des 4 autres qui eux, non délégués, ont bien été virés …

  6. Gargamel

    Les concurrents et adversaires d’Air France ne peuvent en effet que se réjouir d’un jugement aussi aberrant.

  7. Serpico

    Bon les TOP GUN du site, rassurés, on ne pourra pas vous virer, déjà que vous cogérez la boite avec vos syndicats, on vous remerciera bientôt d’avoir laissé 500 millions d’ardoise avec votre caprice de 2014 pour le contrat unique PNT !

  8. ForUsingCalvinKlein - 22 janvier 2016 à 13 h 25 min
    ForUsingCalvinKlein

    Bonne Nouvelle !!!

    Par contre by-passer la justice en faisant jouer les connaissances au sein du Ministère du Travail… C’est très petit !!!

    La république bananière a la française a encore de beau jour…

    • Serpico

      Quelle justice ? On parle d’une décision de l’inspection du travail, en revanche vous, en matière de propagande syndicale mensongère chapeau ! Ces décisions sont susceptibles de recours, heureusement compte tenu de la connivence des syndicats et de l’inspection du travail en vue du sabotage systématique du bon fonctionnement des entreprises en France.

  9. Baron

    Honteux! Une fois de plus les syndicats font leurs lois…

  10. jailemanche

    ce n etait qu une petite bousculade suite a un enorme chantage a l emploi
    sur fond de gros mensonge dont tout le monde aurait pu se passer … c etait
    tout de meme une grosse erreur de management et de strategie … qui va rester
    dans les annales

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum