Les pilotes Air Austral en grève du 29 janvier au 1er février

air-journal air austral ATR bis

Dénonçant notamment des détachements de pilotes « sans conditions » au sein de la filiale mahoraise Ewa Air, ainsi que des conditions de travail dégradées nuisant à la sécurité des vols, le syndicat de pilotes SNPL d’Air Austral, a annoncé un préavis de grève de 4 jours, du vendredi 29 janvier au lundi 1er février 2016.

Le SNPL de la compagnie Air Austral fustige dans son communiqué un « climat délétère » instauré par la direction, « accompagné de menaces et de pressions hiérarchiques répétées », ayant « incité » les pilotes  « à accepter un détachement sans conditions préalablement négociées au sein d’Ewa Air, filiale détenue à plus de 50 % par Air Austral et dont l’objectif est de construire un réseau aérien autour de Mayotte ».

Elle dénonce plus généralement dénonce l’impossibilité de dialoguer avec la Direction d’Air Austral y compris sur des sujets techniques. « Deux études sur les risques psychosociaux réalisées auprès des pilotes en 2012 et 2014 à la demande respectivement du Comité d’Hygiène et de Sécurité au Travail et de la direction de la compagnie sont venues étayer ce constat alarmant, indique le SNPL. Leurs conclusions n’ont pas été prises en considération. Pire encore, les pilotes ont constaté de nouvelles dégradations dans leurs conditions de travail et un durcissement managérial à leur encontre allant jusqu’à la sanction d’un représentant des salariés agissant pourtant dans le cadre de son mandat syndical. »

Estimant dans un soucis de sécurité aérienne  « inconcevable » de continuer à travailler dans cet environnement dégradé, le syndicat de pilotes dépose un préavis de grève de quatre jours, du vendredi 29 janvier au lundi 1er février prochain « afin d’obtenir un changement radical des méthodes de management actuellement en place ».

Ewa Air, basée à l’aéroport de Dzaoudzi-Pamandzi , à Mayotte, qui a commencé ses opérations en 2013, est détenue à majorité (52,3 %) par Air Austral, les autres partenaires étant a CCI de Mayotte (22,7%) et la société Ylang Invest (25 %). Son réseau comprend 3 destinations à Madagascar (Nosy Be, Diégo Suarez, Majunga), Moroni et Anjouan aux Comores, Dar es Salaam en Tanzanie, et Pemba au Mozambique

http://www.air-journal.fr/2016-01-23-les-pilotes-air-austral-en-greve-du-29-janvier-au-1er-fevrier-5156970.html

Commentaire(s)

  1. SYJ

    De quoi leurs faire perdre de l’argent et des bénéfices.. Air austral n’est pas une compagnie fiable elle n’est aucunement exemplaire, elle s’est dégradée au fil des années, et voila le résultat actuellement… Ils balancent une grève pour exprimer leurs mécontentements en ce qui concerne [ les conditions de travail dégradées] Hum affaire a suivre…

  2. Le SNPL a raison de dénoncer ça!

  3. Nom

    C toujours pareil les compagnies des copains se casse la geule faudrait virer tous ce beau monde et proceder a des des recrutements serieux sans passe droit et a la tete du client des equipages competent et integre sa existe.

  4. Quand on lit entre les lignes, on se rend compte que ce préavis du SNPL arrive à la suite d’un avertissement reçu par un pilote (délégué syndical faut-il le préciser) pour avoir proféré des menaces à sa direction par écrit… Ou comment mettre en péril le chiffre d’affaire d’une compagnie et sa réputation pour défendre un employé qui a fait une faute.

    • Zembrokal, vous semblez avoir tout à fait raison, ci-joint un lien vers le site internet de Clicanoo , l’un des meilleurs site d’information actifs sur l’ile de la Réunion
      http://www.clicanoo.re/507990-preavis-de-greve-a-air-austral.html
      Dans un communiqué publié ce matin, la compagnie Air Austral annonce un mouvement de grève d’une partie de ses pilotes à compter du vendredi, 29 janvier jusqu’au 1er février 2016 (23h59, heure locale Saint-Denis de la Réunion).
      « Cet appel à la grève, lancé depuis Paris par le SNPL Alpa National aux pilotes d’Air Austral, découle de la décision prise par la Direction Générale de la compagnie, d’adresser un avertissement à un membre de son personnel, délégué syndical du SNPL, alors que ce dernier a proféré des menaces écrites à l’encontre d’un dirigeant de l’entreprise dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier 2016 », précise le communiqué. »
      Selon la direction, cet avertissement sanctionne « une faute grave ». Et de poursuivre : « Le syndicat s’appuie aujourd’hui à travers son communiqué adressé à la presse, sur des sujets annexes afin de pouvoir justifier auprès de ses adhérents, des salariés de l’entreprise et du grand public, une grève dont le sujet central ne saurait être compris, à savoir l’avertissement ».

  5. Alors bien dans ce cas là!!!! - 23 janvier 2016 à 11 h 57 min
    Alors bien dans ce cas là!!!!

    Si c’est d’une  » sanction envers un représentant syndical » qu’il s’agit, évidemment la chose suppose de remuer ciel et terre et de lancer le branle- bas de combat!!!
    On ne touche pas à ces gens là, Mosieur! quoi qu’ils disent et qu’ils fassent ils sont par définition et par nature exemplaire et non susceptible de sanction…..

  6. GLLOQ

    Ce sont toujours les mêmes qui se plaignent, surtout que DOM, les conditions fiscales sont très réduites par rapport à la métropole. Lorsque ils ont postulé pour aller là bas, ils devaient être bien contents d’être embauchés!
    Si climat délétère il y a, on ne peut pas tout imputer à la direction,surtout quant on ne veut pas rester à sa place.

  7. Vincent

    Le SNPL appelle à la grève ?

    Ca alors, c’est étonnant ! ! !

  8. Au delà des tensions sociales au sein d’Austral, le management même d’Air Austral est déficient et le sera tant et aussi longtemps que les politiciens réunionnais continueront de s’y mêler alors qu’ils n’ont aucun compétence en la matière. Pour une région dirigée par la droite, il n’y rien de plus anachronique que de la voir maintenir cette compagnie sous son giron.

    Tan que cette situation abracadabrantesque perdure, cette belle compagnie a un avenir sombre, à moins d’être privatisée ou vendu à un actionnaire plus responsable et visionnaire, indépendant du pourvoir politique en place à la Réunion.
    Air Caraibes aurait été un parfait candidat à la reprise, ils y auraient fait du ménage avec évidemment des pertes d’emplois doublons avec le Groupe…mais les pouvoirs politiques réunionnais l’ont écarté (c’était à quelques mois des élections régionales…).

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum