Air France rassure le sol, l’intersyndicale dénonce la décroissance

aj_technicien_maintenance_air-france

La compagnie aérienne Air France et trois syndicats ont signé un accord garantissant l’absence de tout départ contraint jusqu’en 2018 pour le personnel au sol. Mais l’intersyndicale dénonce d’autre part un plan de décroissance, estimant en particulier que la diminution de la flotte d’ici 2020 entrainera forcément des suppressions d’emploi.

La compagnie nationale française a annoncé le 26 janvier 2016 que trois organisations syndicales représentatives, la CFDT, la CFE-CGC et l’UNSA, représentant plus de 50% des voix du personnel au sol aux dernières élections professionnelles, ont signé l’Accord Triennal de Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Métiers et contrat de génération. Air France précise dans un communiqué que cet accord « apporte un ensemble de garanties importantes pour les salariés du sol, concernant l’évolution de l’emploi, l’accompagnement de la mobilité, les changements qui interviennent dans les métiers ». Sa signature va permettre à l’ensemble des salariés au sol de bénéficier jusqu’au 30 juin 2018 d’un « engagement d’absence de tout départ contraint pour motif économique ». Les salariés concernés par des redéploiements collectifs et qui souhaitent poursuivre leur carrière au sein de l’entreprise seront accompagnés dans une mobilité fonctionnelle et/ou géographique. Le dialogue social « peut être constructif au sein d’Air France, comme cet accord important le démontre » : il permet selon la compagnie de l’alliance SkyTeam de trouver « des compromis équilibrés, qui renforcent à la fois la compétitivité de l’entreprise, les garanties apportées aux salariés et la responsabilité sociale dans la gestion de l’emploi ».

Un point qui ne semble pas convaincre l’intersyndicale, qui s’est réunie la semaine dernière pour étudier les annonces faites par la Direction d’Air France à l’occasion du CCE extraordinaire du 15 janvier : le communiqué diffusé également hier dénonce « un plan de décroissance dissimulé par un ingénieux plan de communication ». Tout en reconnaissant que « le ton a certes changé », avec l’abandon du plan B, « véritable chantage à l’emploi dénoncé comme tel par les salariés », les syndicats estiment que la nouvelle donne conserve un projet de diminution de la flotte « similaire à celui programmé » lors de l’annonce du plan Perform 2020. Une baisse de cinq avions long-courrier (5%) en 2016 est prévue avant un retour progressif en 2020 à la flotte long-courrier de 2014, « le nombre d’avions total continuant lui, de diminuer » selon eux. Ce que l’intersyndicale appelle une « croissance négative » impliquerait donc logiquement des suppressions d’emplois (1000 déjà actées pour 2016) et n’écarterait en aucun cas les menaces de licenciements ; et elle affirme que les seules voies de développement proposées « passent de fait par un énième plan de délocalisation via KLM ou les filiales Transavia, et la systématisation de la sous-traitance pour certains personnels affectés au sol ou à la maintenance ».

Pour les syndicats, les résultats d’Air France, la croissance du transport aérien dans le monde entier, et le faible prix du pétrole sont une « opportunité extraordinaire d’avoir une véritable ambition ». Air France, forte de ses salariés et de son droit social français, « produisant la plus grande richesse au sein du Groupe », ils réclament pour les années futures « une augmentation de la flotte tout entière, de nouveaux investissements, seuls garants de notre avenir, des garanties quant à la maintenance, l’assistance et l’exploitation de cette flotte par des salariés AF ». L’intersyndicale demande l’annulation des sorties de flotte annoncées pour les avions actuels « plus que jamais nécessaires » en l’absence de commandes depuis de trop nombreuses années, et exige l’arrivée des Boeing 787 Dreamliner conformément au calendrier initial. Et elle demande au Gouvernement de faire sa part du travail « en revoyant le millefeuille de taxes et les surcoûts délirants » imposés aux compagnies aériennes françaises, qui poussent à la délocalisation des emplois, avant de prévenir : en l’absence de réaction rapide des dirigeants, elle sera amenée à proposer aux salariés « une série d’actions dans un délai extrêmement court »…

http://www.air-journal.fr/2016-01-27-air-france-rassure-le-sol-lintersyndicale-denonce-la-decroissance-5157159.html

Commentaire(s)

  1. L’intersyndicale demande, exige…mais quj dirige cette boîte??? Il y en a qui auraient besoin d’être remis à leur place et les faire bosser un peu plus! Lol

  2. Airbid

    Quand les syndicats appuient là où cela fait mal, c’est assez cocasse! C’est toute la difficulté, pour une entreprise longtemps gérée comme une administration, de s’accoutumer aux lois du marché. Mais comment font BA et LH?

    • nooland

      BA change tous les contrats des ses employés à son gré, les PNC deviennent des contrats précaires, même Easyjet payent mieux , malgres les profits faramineux, BA continue à tout tirer vers le bas. Bravo au modèle ultra libéral dont certains sur ce site rève de voir appliquer à tous le monde et à toute les compagnies

      • Airbid

        À voir… J’ai un ami Pnc chez BA qui m’a dit :  » je n’ai jamais été aussi bien payé en travaillant aussi peu » .,après avoir passé un certain temps chez Quantas et chez IB , alors?

    • Ben76500

      Le truc c’est LH peut faire 20 grève dans l’année ils ramèneront toujour du biffe. Il faut vraiment que la direction change sa gestion chez af et suppriment les avantages des année 70 dont certain les mérite pas genre les pleureuses du SNPL.

  3. Déjà il faudra financer les 25 350-9 alors pour les 787, ils rêvent les yeux ouverts les rigolos de service, c’est juste impossible et surtout pas souhaitable pour l’équilibre financier de la Compagnie.
    Depuis quand un syndicat a vocation à imposer un modèle d’avion à exploiter par une Compagnie aérienne????
    Les syndicats se proposent surtout de ne rien changer, sinon en favorisant un corporatisme digne d’une pratique mafieuse avec eventuel chantage à la violence à l’appuis en souhaitant surtout maintenir les avantages acquis et pénalisant gravement les perspectives d’un avenir plus serein.
    Idem pour les contrôleurs aériens, c’est juste leur seule ambition..

  4. J’avais prévenu y’a quelque moi sur ce site qu’il n’aurait pas de licenciment au final! Vous ne m’avais pas cru! Alors maintenant qui avait raison ?

    Et pour infos les 787-9 arriverons bien dans la flotte d’AF ! Avec un peu de retard!
    Erik de Nice ne veut surtout pas en voir dans la flotte mais ils arriverons com même quoi que tu dise!

  5. Franckie V

    Éternel refus de voir la mondialisation et ses bienfaits

    La gestion communiste de air France est entrain de la conduire à la faillite totale

  6. BiZ

    Comment envisager le dialogue social avec des personnes qui en demandent toujours plus en dépit d’une situation beaucoup plus avantageuse que celle de leurs collègues des autres compagnies aériennes.
    Ces gens là ruinent l’avenir d’Air France.

  7. Alors pour toi il et plus important de remplacer les 777-200 par les 350-900! Que de remplacer les 340-300 par les 787-9!

    Un peu bizarre comme raisonnement !

  8. fred06

    Lu aujourd’hui:
    Désaccord fiscal entre l’Irlande et la France

    Une idée qui figure d’ailleurs parmi les revendications présentées par l a nouvelle association des compagnies européennes A4E , dont Ryanair est l’un des cofondateurs, avec Air France-KLM, IAG, Lufthansa et easyJet. « Nous sommes partisans d’une Europe ouverte, mais qui doit davantage se soucier d’améliorer la vie de ses ressortissants », martèle le patron de Ryanair. Il souhaiterait aussi que soit résolue la question de l’harmonisation des réglementations fiscales, qui empêche toujours, selon lui, la création en France d’une base de la compagnie. «  La France exige qu’un navigant de Ryanair basé en France paie ses impôts en France. Mais l’Irlande exige qu’il paie aussi ses impôts en Irlande. Dans ce cas, nos salariés ne gagneraient plus rien », se lamente Michael O’Leary.

    Le « job impossible » d’Alexandre de Juniac

    Le PDG de Ryanair garde également une dent contre les syndicats, « qui ne servent à rien », et contre les politiques français « qui ne savent qu’ajouter des taxes stupides ». Au point d’avoir presque de la compassion pour son homologue d’Air France-KLM . « Alexandre de Juniac est un bon gars, mais il a hérité d’un job impossible, quand on voit ce qui s’est passé avec l’histoire de la chemise déchirée, estime-t-il. Et aucun gouvernement ne peut protéger éternellement sa compagnie contre la concurrence. Vous verrez que, dans cinq ans, Etihad sera devenu l’un des principaux actionnaires d’Air France »

  9. FLO_DR400

    Pour la direction d’Air France la qualité du dialogue social est possible que si ses prises de position stratégiques ne sont pas contrariées et les licenciements sont accepté par les salariés licenciés ou non.
    Cette duplicité entre le discours et les faits devrait faire sourire si elle n’avait pas autant de conséquences pour les salariés et leurs familles.
    Il ne peut y avoir de dialogue social qu’avec un minimum de sincérité et de lucidité, pour l’instant les actes ne confirment pas les intentions affichées.

  10. Le principal problème que l’on aperçoit en filigrane de cette entreprise transnationale, est le transfert d’activité de la France vers la hollande pour des raisons de fiscalité et de coût aéroportuaire tout deux bien plus faibles au Pays-Bas.
    Les perspective de croissance sont là, mais pas pour la partie française d’AFKLM qui voit son nombre d’avions diminuer d’année en année. Le corolaire étant la diminution des emplois de ce côté ci de la frontière , et une augmentation rapide de l’activité hollandaise.
    Le florilège de taxes et impôts divers inventés par les gouvernements successifs a des effets pervers que l’on constate ici , l’intervention de l’état français , seul décisionnaire en la matière , est donc plus que jamais nécessaire.
    Mais on ne peut pas reprocher à des dirigeants d’entreprise de vouloir optimiser leur coûts de production , ils font avec ce que les états leur donnent…. Au détriment des français.

  11. Non pas de 787 chez AF…pas d’argent!!

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum