Air France : un menu à la carte signé Jean Imbert

air-journal_Air France plateau_Jean_Imbert

La compagnie aérienne Air France a choisi Jean Imbert, grand vainqueur de l’émission Top Chef en 2012, pour revisiter l’un de ses « Menus À la Carte » disponibles dans les classes Premium et Economie sur les vols long-courrier.

Jean Imbert, décrit par la compagnie nationale française comme une « étoile montante de la gastronomie française », signe le nouveau repas à la carte « Le marché de Jean Imbert », un repas complet à savourer en cabines Economy et Premium Economy long-courriers, en alternative au menu offert à bord au départ de Paris. Ses « saveurs innovantes pour un nouveau moment gourmand en plein ciel » incluent « de la fraîcheur en entrée avec un quinoa bio, œuf poché et estragon, du réconfort avec une blanquette d’antan revisitée et du fondant avec un dessert fruité inspiré de sa grande finale ». Il présente ainsi une déclinaison de certains plats ayant fait son succès pendant l’émission ainsi que des créations culinaires originales. Le marché de Jean Imbert est à réserver dès ce mois de janvier 2016 pour 21 euros ou 7 000 Miles Flying Blue, et à savourer à bord des vols long-courriers au départ des aéroports de Paris-CDG et Orly dès le 1er avril 2016 (sauf à destination d’Amman, Bangalore, Bombay, Damas, Delhi).
Air France rappelle dans son communiqué que cette nouvelle signature accompagne la montée en gamme de l’ensemble des produits et services long-courriers d’Air France. À bord des Boeing 777 progressivement équipés de nouvelles cabines Economy et Premium Economy, les clients « profitent d’un confort de voyage optimal. Ils peuvent également, grâce au marché de Jean Imbert et à l’ensemble de l’offre « Menus À la Carte », vivre une nouvelle expérience culinaire savoureuse et inédite, en alternative au repas offert à bord, pour un voyage toujours plus personnalisé ».

air-journal_Air France menu Jean_Imbert©Matias_InjicJean Imbert a grandi entre L’Haÿ-les-Roses, dans le Val-de-Marne, et Sables d’Or les Pins en Bretagne. Depuis tout petit, il se passionne pour la cuisine et prépare des repas pour sa famille et ses amis. À 14 ans, Jean fait un stage dans le restaurant de Jean-Pierre Crouzil à Plancoët en Bretagne. Cette expérience fait germer en lui l’envie d’ouvrir son propre restaurant. En 2001, il est diplômé de l’Institut Paul Bocuse et part travailler chez le chef Eric Briffard. À l’âge de 22 ans, Jean décide d’ouvrir son premier restaurant, son rêve d’enfant. Il crée L’Acajou, dans le XVIe arrondissement de Paris, récompensé par le Label Bocuse & Co en 2009. En 2012, Jean remporte la saison 3 de l’émission Top Chef sur M6 grâce à des plats devenus emblématiques, comme sa salade de fruits en carpaccio et son bouquet de légumes. Suite à cette médiatisation, Jean devient l’un des chefs préférés des Français et des personnalités aimant s’attabler pour y déguster sa cuisine engagée, locavore, prônant la pêche raisonnée et mettant en avant les petits producteurs français. Jean reste ainsi bien ancré en Bretagne, où il s’approvisionne toujours en matières premières.

Inspiré par ses nombreux voyages et constamment à la recherche de concepts uniques et insolites, Jean ouvre fin 2015 avec Eric Kayser Les Bols de Jean. Un concept de cantine chic et écologique proposant des mets de saison dans de petits pains ronds où rien ne se perd. Un concept en accord avec les valeurs de Jean, engagé contre le gaspillage alimentaire et la malnutrition. Jean ouvre également avec MK2 un cinéma éphémère où ses créations culinaires donnent la réplique aux films offrant ainsi une immersion sensorielle complète aux spectateurs. Il parcourt également les marchés de Nouvelle-Zélande, de Polynésie et d’Islande, et organise des dîners entre New York, San Francisco et Sydney. En Egypte, il supervise la carte du Steam Ship Sudan, le bateau à bord duquel Agatha Christie trouva l’inspiration de « Mort sur le Nil ». En 2016, Jean propose aux clients d’Air France Le marché de Jean Imbert, un menu à savourer à bord des vols long-courriers de la Compagnie au départ de Paris vers le monde entier !

air-journal_Air France carte_ LeNotre_2015Au départ de Paris, en Economy et Premium Economy long-courrier, Air France propose quatre « Menus À la Carte » en alternative au repas offert à bord : Une Sélection LeNôtre, un menu Océan, Tradition ou Italia. Dès le 1er avril 2016, Le marché de Jean Imbert sera également à savourer à bord, en remplacement du menu Italia. Ces menus peuvent être commandés dès maintenant pour un prix allant de 12 à 28 euros, ou de 4 000 à 8 500 Miles Flying Blue, sur airfrance.fr ainsi qu’auprès des centres d’appel et des agences Air France jusqu’à 24 heures avant le départ. Par ailleurs, les menus Italia, Océan et Tradition peuvent également être commandés dès aujourd’hui au départ des DOM (Cayenne, Fort-de-France, La Réunion et Pointe-à-Pitre) et des Etats-Unis (Houston, Los Angeles, New York, San Francisco et Washington) et à compter de janvier 2016 pour des voyages à partir d’avril, au départ du Canada (Montréal et Toronto) et de l’Afrique (Douala, Libreville, Abidjan et Dakar).

http://www.air-journal.fr/2016-01-28-air-france-un-menu-a-la-carte-signe-jean-imbert-5157216.html

Commentaire(s)

  1. Pet

    Très bonne nouvelle pour la Y,
    L’évolution ne vaut pas que pour la F/C.

  2. Moi qui suis chef d’entreprise et qui prand regulierement AirFrance, j’adore c’est génial. Trop bien
    à recommander

  3. Oui je confirme c’est génial, vraiment bien, personnel sympathique et pilotes exceptionnels

  4. Vincent

    Ah ! Oui ! La nourriture industrielle « signée », c’est vraiment génial !

    Génial, les potages « Joël Robuchon » Fleury Michon !

    Ou comment comment prendre les consommateurs pour des gogos, et visiblement, ça fonctionne : les industriels auraient tort de s’en priver !

  5. AF cache la mediocrite de son service derriere quelques « gimmicks » un peu ronflants comme la signature de grands chefs; mon dernier paris tokyo en biz, le plat signé de je ne sais plus qui (ca n a aucun interet) était tres quelconque, pas mauvais mais quelconque, l’entrée etait servie tellement glacée qu’elle était totalement insipide, le plat japonais choisi par mon épouse était pas assez chaud et insipide; par ailleurs entrée + plat = je n ai pas un gros appetit mais j’avais encore tres faim… servi par une hotesse, une veritable cruche, qui pour le plat principal du dejeuner et du petit dejeuner etait infoutue de trouver, sur un chariot un peu crade et qui avait connu des jours meilleurs, du premier coup le choix de chaque passager alors que les plats sont identifiables par une etiquette ou un code couleur du couvercle; le reste de l’equipage aussi peu commercial qu’un guichetier des impots ( et encore j en connais de plus sympas), le chef de cabine inexistant et qui fait partie des personnels d’AF qui ne sait pas ce que veut dire le mot client, enfin une cabine NEV alors que le vol etait lors de la reservation vendu en B&B. J’ai juste avant ce vol et juste aprés, volé en biz sur la meme destination avec Qatar airways et sur un transpacifique avec Air New Zealand, et la qualité est incomparable, y compris sur la qualité des repas! Je teste China southern en biz pour rentrer d’Australie ce week end, ca ne pourra également qu etre mieux que ce vol AF, d’ailleurs c’etait mon dernier vol AF, mis à part ceux qu’il me faudra encore faire pour liquider mon copieux compte FBlue si je n arrive pas à l’utiliser sur d’autres Skyteam; je précise que j’ai voyagé plus de 450 fois sur AF à qui j ai donné une fidelité quasi sans faille depuis 1975, puis une exclusivite totale pendant 20 ans ; donc si je dis plus jamais AF c est que cette fidelité m’a coute cher en deconvenues successives, et que trop c’est trop; j’ai ete FB Gold ou Platinum depuis le debut du programme, apres avoir éte F+ rouge, je n’ai jamais eu le sentiment d’etre considéré comme un client, ne parlons pas d’un client privilegie, sauf une fois en 2013 sur un paris narita en Premiere où nous avons eu une hotesse exceptionnelle; maintenant que je redeviens progressivement FB Ivory est il besoin de dire que je n’attends plus rien…et pardon aux guichetiers des impots, ils sont en fait bien plus sympas et orientés clients que les navigàts d’AF.

    • Bimbo

      Quel tournis! Toujours cette approximation de l’herbe plus verte chez le voisin.
      À guichetier, guichetier et demi, pour pleurnicher sur une soupe froide, il suffit de se lever et se plaindre au premier stew plutot qu’épiloguer sur des lustres de fidélités et de kilos de miles, Monsieur Tout Seul

  6. 7000 miles une fois, 8000 une autre fois, ils sont tombés sur la tête chez AF !

    • FLY

      Bon et bien vous êtes sacrément remonté! Quand la colère sera passée et quand vous ne supporterez plus les compagnies du golf pour X raisons, nous espérons vous voir revoler sur des compagnies -au moins- européennes !

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum