La schizophrénie d’Air France selon le SNPL

aj_aeroport roissy air france

Le syndicat de pilotes SNPL Air France ALPA s’est félicité de voir la compagnie aérienne Air France-KLM présenter des résultats financiers positifs en 2015, mais déplore le maintien du plan de départs volontaires concernant 1600 postes qui va être lancé, et des efforts « nécessaires et urgents » demandés aux salariés.

La direction du groupe franco-néerlandais a présenté le 18 février 2016 les résultats pour l’année 2015 et ils « sont excellents, bien meilleurs qu’attendus par les plus optimistes des analystes », rappelle le bureau Air France du Syndicat National des Pilotes de Ligne dans un communiqué publié lundi. Le SNPL « se félicite de voir l’entreprise et le Groupe revenir dans le vert, à tous les niveaux » : 816 millions d’euros de bénéfices (contre une perte de 129 millions en 2014), 118 millions d’euros de bénéfices nets (une première depuis 2008), un chiffre d’affaires en progression de 4,6 % et nettement au-dessus des attentes, et une dette qui a diminué de plus d’un milliard d’euros. Et il cite le PDG d’Air France-KLM Alexandre de Juniac, qui annonçait dans une interview au Figaro que « la situation d’Air France-KLM n’est plus préoccupante », grâce aux « mesures déployées dans le cadre du plan Transform 2015 » et à la faiblesse du prix du carburant. Mais ce n’est que pour mieux contester cette « analyse restrictive et erronée ». Le Groupe aurait selon le SNPL pu économiser environ un milliard en kérosène, mais « une fois soustraits les impacts des couvertures mises en place avant la chute des cours, il n’est plus resté qu’un gain de 450 millions d’euros », « des choix stratégiques qui posent question » au syndicat.

Côté emploi, le SNPL explique qu’Alexandre de Juniac a « étonnamment » ajouté que des efforts de la part des salariés sont toujours « nécessaires et urgents », et que le plan de départs volontaires concernant 1600 postes (annoncé en janvier) va être lancé prochainement. Le syndicat de pilotes veut donc « dénoncer cette schizophrénie perpétuelle » de la Direction et s’inquiète, une nouvelle fois, de voir l’entreprise « s’échiner à ramer à contre-courant ». C’est une spécialité d’Air France d’être en “opposition de phase”, accuse le SPNPL : « on demande des efforts aux salariés quand on gagne de l’argent ; on réduit la voilure dans un marché en croissance de plus de 5 % ; on fait la guerre aux pilotes quand TOUTES les compagnies “majors” peinent à recruter des pilotes expérimentés, à tel point qu’elles viennent les chercher chez leurs concurrents ». Les salariés du Groupe, « et les pilotes notamment », ont à de nombreuses reprises montré leur bonne volonté et leur disposition à faire des efforts pour sauver leur entreprise, rappelle encore le syndicat ; ils poursuivent aujourd’hui les discussions pour aider Air France et ses filiales à se développer et à gagner de nouveaux marchés. Mais l’avenir « n’est pas, et ne sera jamais, le “plan de croissance” soi-disant “ambitieux“ que l’on nous a présenté il y a quelques semaines. Revenir en 2020 à la situation de 2014, retirer des avions de la flotte ou les transférer sur une base Transavia à Munich, ce n’est pas de la croissance. C’est de la délocalisation. De même, rembourser la dette plutôt que d’investir en période de croissance du secteur est une stratégie de comptable qui n’a rien d’une vision industrielle et commerciale porteuse d’avenir ».

Les excellents résultats de 2015 et leur tendance globale à la hausse devraient permettre au Groupe, à notre compagnie et à ses employés « d’envisager l’avenir plus sereinement », conclut le SNPL, à condition que notre Direction « s’autorise à sortir le nez de ses lignes de comptes et regarde comment travaillent et investissent nos concurrents ». Dans ce cas, les pilotes seront à ses côtés pour travailler à l’avenir d’Air France.

http://www.air-journal.fr/2016-02-23-la-schizophrenie-dair-france-selon-le-snpl-5158427.html

Commentaire(s)

  1. nooland

    « les pilotes ont montrés leur bonne volonté » Ah ha Ha ah, et en plus ils ont le sens de l’humour !

    • Raymond de Clermond - 23 février 2016 à 7 h 40 min
      Raymond de Clermond

      Le problème est que les pilotes qui ont été embauchés pour piloter un avion croient l’avoir été pour piloter la compagnie.
      Qu’ils reviennent sur terre de temps en temps.
      Par ailleurs, les caprices du syndicat les représentant sont anachroniques et conduiront l’entreprise et ses salariés à leur perte, hélas.

  2. Airbid

    Entre 816 et 118 de bénéfice net , il y a près de 700 M€ de pertes dont on ignore la nature. Des pertes financières , certes, dont on espère qu’elles ne seront pas récurrentes .

  3. Employé AF

    Cette fois ci je suis d’accord avec le snpl. Cette direction a créé depuis des années un vrai sentiment anxiogène en mettant une pression énorme sur tous les secteurs de la cie. De l’intérieur on a vraiment l’impression d’une navigation à vue sans réelle stratégie à long terme. Cependant il est vrai qu’il ne faut pas oublier que sans la baisse du pétrole, ces résultats (modestes par rapport au chiffre d’affaire de 26 milliards) ne seraient pas au rendez vous. Malgré les différents chantiers (transform, perform etc…) les modes de fonctionnement n’ont guère évolué. Les mêmes qui ont mené la cie dans cette situation sont toujours aux manettes. Il faut bien être conscient que cette embellie des résultats reste très très fragile.

  4. Webby

    Le SNPL devrait publier les fiches de paye de pilotes et CDB, en début et fin de carrière, afin que tout le monde puisse se faire une idée précise de leur coût, avec une comparaison des cies legacy et low cost. Ceci dans un souci de transparence.

    • Raymond Wilbur

      Vous rêvez ! Jamais un seigneur du ciel ne s’abaissera à jouer la transparence ! Mais tout le mondes sait , qu’à salaire équivalent à la concurrence , ils travaillent 100 h de moins par an que chez Lufthansa ou British Airways , …et 200 h de moins que chez Ibéria !
      Cherchez l’erreur !…… Réveillez vous Messieurs du SNPL! ou vous en supporterez les conséquences avec la fermeture de 10 à 15 lines LC …

  5. Nom

    A la place de ces pilotes air france j’irai travailler a la concurrence et laisserai de juju se les piloter tout seul ses avions.de plus merci a l’Arabie saoudite de maintenir sa production de barils on en voit que du positif.

  6. BIZ

    le SNPL et les pilotes pratiquent un jeu sectaire et égoïste, arcbouté sur leurs privilèges et avec beaucoup de mépris pour les autres catégories de personnels qui eux ont réalisés les efforts demandés. Ils portent en eux une lourde responsabilité dans la situation actuelle (pertes de 500 millions d’euros suite a leurs grève indécente. Qu’ils exécutent ce qu’ils ont signé !!!! et ensuite retournent a leurs cockpits, conduisent leurs bus ailés du point A au point B car c’est tout que on attend d’eux au lieu de s’ingérer dans le management de l’entreprise sans compétence aucune !!!!

  7. Antoine Grondin

    Le SNPL est un cancer diagnostiqué depuis 20 ans qui fédère la masse inculte et corporatiste volante du pavillon français. AF va droit au plan de licenciement pour 2016, ils payeront d’une manière ou d’un autre l’addition, ce qui est navrant c’est qu’il coule la maison avec ses autres occupants. Aux autres syndicats PNC et PS de réagir, pour ce qui est des PNC, en grande majorité continuent encore de leur manger dans la main !

  8. FL800

    Il ne faudrait pas que les pilotes oublient, avec leurs salaires mirobolants, leurs avantages exorbitants et leur morgue constante que si Air France existe encore, c’est uniquement grâce au contribuable et aux efforts de gens qui souvent ne gagnaient pas le cinquième des rémunérations de ces « saigneurs », avec des conditions de travail largement aussi pénibles.
    Et si à cause de leurs exigences exorbitantes et de leur volonté de préserver à tout prix leur confort personnel, Air France plonge une nouvelle fois, nul doute qu’il n’y aura pas beaucoup de Français pour « voler » au secours de ceux qui auront décidément beaucoup fait pour la concurrence étrangère.

  9. Easy sleeping pilot - 23 février 2016 à 7 h 34 min
    Easy sleeping pilot

    Bien sur que les pilotes et les pnc doivent participer aux efforts pour rendre airfrance profitable , mais il serait bien de penser aussi a réduire les coûts d exploitation en réduisant le coût des escales France!!!! des centaines d employés sous exploites ( oui je sais si vous les écoutez ils sont surexploites,n en peuvent plus… n en peuvent plus de rien faire et d ‘attendre, de fumer des cigarettes toutes les 30 minutes….. et parfois quand même enregistrer un bagage ou embarquer un vol…) Pour travailler a air france je vous confirme que plus de 90 % du staff n’a aucune notion du mot travail ! ils sont bien plus performant a s occuper du prix des gp , regarder sur les plannings si ils ont assez de pause , a râler car le parking mis a disposition gratuitement est trop loin ( 10 min )….Si nous devions mettre bout a bout toutes les minutes ou l on travaille réellement dans une semaine, je vous garantie que nous sommes très très loin d atteindre 35 h par semaine….

  10. gian

    Les caprices de ces messieurs continuent !Ils devraient se contenter de piloter leurs machines comme les centaines de milliers de leur collègues le font aussi bien de part de le monde dans des milliers de compagnies aériennes …..qui eux ne prétendent pas diriger la stratégie de leur entreprise à la place des personnes en charge! Retombez sur terre messieurs les « Dieux du ciel qui pensent toujours avoir appris à voler aux oiseaux »Le temps des castes privilégiés est passé du fait de la mondialisation des échanges ….Pilotez , touchez votre (gros!) chèque , et c’est tout!

  11. ben

    Un mieux conjoncturel et dont on n’a aucune visibilité sur la durée (prix du pétrole très bas, euro faible), ca leur suffit pour dire qu’il n’y a plus besoin de faire d’efforts
    Et parler de croissance généralisée alors que le trafic s’effondre vers le Japon (Voir les lignes suspendues par jal et ana), que le Brésil, la Russie et l’Afrique du Sud sont au plus bas, etc…
    Bref, tout va bien Mme la Marquise du SNPL !

  12. Comme un feuilleton, il est toujours « plaisant » et « amusant », lire les aspects d’exception coutumière, du « fleuron national »!
    Beaucoup moins amusant, ce sera pour l’Emplois à « écrémer », « of course », toujours la faute aux employés, jamais à « l’élite » qui prennent les décisions!

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum