Air France : Boulud aux cuisines, admiration de Fortune

air-journal_Air France cuisine Boulud (7)

Le chef étoilé Daniel Boulud signe les plats en cabines La Première et Business de la compagnie aérienne Air France au départ des Etats-Unis. Le classement Fortune’s World’s Most Admired Companies place d’autre part le groupe Air France-KLM au troisième rang des compagnies les plus admirées au monde.

A partir de ce 1er mars 2016 et pendant une année, le chef étoilé Daniel Boulud signera pour Air France de nouveaux mets à découvrir en cabines La Première et Business au départ de 11 aéroports nord-américains. Ses recettes « mêlent tradition et inventivité, une savante recherche entre la mise en valeur du terroir français et la modernité d’outre-Atlantique », précise la compagnie dans un communiqué. En cabine La Première (au départ de New York, Los Angeles et Washington), le chef réalise « des compositions harmonieuses et de saison ». Tous les trois mois, un nouveau plat est à découvrir parmi une sélection de cinq créations : homard de l’Atlantique au curry, riz noir et chou de Chine ; côtelettes d’agneau au pistou de courgettes, tomates et polenta au parmesan ; cuisse de poulet braisée à la tomate et basilic, fricassée de haricots aux olives ; filet de bœuf au poivre et canneberge, potimarron, subric d’épinards ; ou loup de mer en feuille de vigne et za’atar, épeautre, sauce vierge aux raisins.

air-journal_Air France cuisine Boulud (3) air-journal_Air France cuisine Boulud (6)En classe Affaires (au départ d’Atlanta, Boston, Houston, Washington, New York, Los Angeles, Miami, Chicago, San Francisco, Détroit et Minneapolis), les saveurs « sont ensoleillées, pleines d’épices, exotiques, tout en conservant leur caractère français ». Toutes les deux semaines, un plat est à découvrir parmi une sélection de quatre créations : saumon au fenouil, pois chiche, sumac ; tajine de poulet au citron et chou-fleur, couscous ; poulet basquaise, chorizo et poivrons, riz au safran ; ou navarin d’agneau, légumes de printemps.

Depuis son arrivée aux États-Unis en 1982, Daniel Boulud « a été reconnu pour la touche contemporaine qu’il ajoute à sa cuisine enracinée dans la tradition française. Originaire de Lyon, Daniel Boulud est propriétaire de plusieurs restaurants internationaux primés ainsi air-journal_Air France cuisine Bouludque de la société de restauration « Feast & Fêtes ». Il est aujourd’hui considéré comme l’un des chefs leaders aux USA. Élevé dans la ferme de sa famille dans le village de Saint-Pierre-de-Chandieu (Rhône), le chef s’inspire du rythme des saisons et d’ingrédients de qualité pour réaliser les menus de ses 16 établissements, dont DANIEL à New York, étoilé Michelin et cité comme l’un des dix meilleurs restaurants dans le monde par l’International Herald Tribune ». La compagnie de l’alliance SkyTeam rappelle qu’elle confie depuis 2009 des plats proposés à la carte de ses cabines La Première et Business à un grand chef français. Joël Robuchon, Guy Martin, Michel Roth, Thibaut Ruggeri, Régis Marcon, Anne-Sophie Pic et François Adamski ont été les premiers à endosser cette mission d’ambassadeur de la gastronomie française à bord des cabines d’Air France, en proposant une ou plusieurs de leurs créations parmi les différents plats chauds du menu.

Air France-KLM annonce d’autre part que le groupe « figure en excellente place au sein du classement Fortune’s World’s Most Admired Companies 2016 », atteignant la 3ème position dans la catégorie « compagnies aériennes » les plus admirées, derrière Delta Air Lines et Singapore Airlines. Air France-KLM a, au cours des dernières années, « constamment figuré parmi les compagnies aériennes de référence du classement : le groupe a atteint la 7ème position dans son secteur en 2010, la 5ème position en 2011, la 6ème position en 2012, la 6ème position en 2013, la 3ème position en 2014 et la 5ème position en 2015 ». Le classement annuel de Fortune résulte d’une enquête approfondie menée par Korn Ferry Hay Group auprès d’analystes et dirigeants d’entreprises opérant dans le même secteur que les entreprises à évaluer. Ces entreprises (1500 sociétés sélectionnées au total) sont notées en fonction de critères variés, allant de la robustesse financière au management des ressources humaines en passant par la pertinence des investissements. Une entreprise ne peut figurer dans le classement si ses notes ne dépassent pas la note moyenne de son secteur. S’agissant d’Air France-KLM, les décideurs économiques sondés « ont notamment relevé de bonnes performances en matière de « compétitivité globale », de qualité des produits et services ou encore de responsabilité sociale et environnementale ».

http://www.air-journal.fr/2016-03-01-air-france-boulud-aux-cuisines-admiration-de-fortune-5158787.html

Commentaire(s)

  1. WEBBY
    Publié le 1 mars 2016

    Chef étoilé pour les classes avant et pour les pauvres de la bétaillère, pas de Boudud. Immonde boustifaille, boîtes en carton type « Happy meal », couverts et gamelles en plastoc’pour tout le monde.

  2. bernarpf59
    Publié le 1 mars 2016

    AF cache la mediocrite de son service derriere quelques « gimmicks » un peu ronflants comme la signature de grands chefs; mon dernier paris tokyo en biz, le plat signé de je ne sais plus qui (ca n a aucun interet) était tres quelconque, pas mauvais mais quelconque, l’entrée etait servie tellement glacée qu’elle était totalement insipide, le plat japonais choisi par mon épouse était pas assez chaud et insipide; par ailleurs entrée + plat = je n ai pas un gros appetit mais j’avais encore tres faim… servi par une hotesse, une veritable cruche, qui pour le plat principal du dejeuner et du petit dejeuner etait infoutue de trouver, sur un chariot un peu crade et qui avait connu des jours meilleurs, du premier coup le choix de chaque passager alors que les plats sont identifiables par une etiquette ou un code couleur du couvercle; le reste de l’equipage aussi peu commercial qu’un guichetier des impots ( et encore j en connais de plus sympas), le chef de cabine inexistant et qui fait partie des personnels d’AF qui ne sait pas ce que veut dire le mot client, enfin une cabine NEV alors que le vol etait lors de la reservation vendu en B&B. J’ai juste avant ce vol et juste aprés, volé en biz sur la meme destination avec Qatar airways et sur un transpacifique avec Air New Zealand, et la qualité est incomparable, y compris sur la qualité des repas! Je teste China southern en biz pour rentrer d’Australie ce week end, ca ne pourra également qu etre mieux que ce vol AF, d’ailleurs c’etait mon dernier vol AF, mis à part ceux qu’il me faudra encore faire pour liquider mon copieux compte FBlue si je n arrive pas à l’utiliser sur d’autres Skyteam; je précise que j’ai voyagé plus de 450 fois sur AF à qui j ai donné une fidelité quasi sans faille depuis 1975, puis une exclusivite totale pendant 20 ans ; donc si je dis plus jamais AF c est que cette fidelité m’a coute cher en deconvenues successives, et que trop c’est trop; j’ai ete FB Gold ou Platinum depuis le debut du programme, apres avoir éte F+ rouge, je n’ai jamais eu le sentiment d’etre considéré comme un client, ne parlons pas d’un client privilegie, sauf une fois en 2013 sur un paris narita en Premiere où nous avons eu une hotesse exceptionnelle; maintenant que je redeviens progressivement FB Ivory est il besoin de dire que je n’attends plus rien…et pardon aux guichetiers des impots, ils sont en fait bien plus sympas et orientés clients que les navigants d’AF.

  3. biz
    Publié le 1 mars 2016

    Bon appétit ….J’espère que la sélection des vins sera également à la hauteur ….
    et surtout que les rotations des vols ne seront pas perturbées du fait de la situation sociale de la compagnie ….Je propose de mettre les pilotes du SNPL au pain sec et à l’eau ….même sur les vols de 12h et plus!

  4. BOEING68
    Publié le 1 mars 2016

    AF, avant de changer sans arrêt vos menus en business, rénovez vos cabines en eco, parce qu’en ce moment elles sont pitoyables, meme sur a380 et 777. (ne parlons pas des a330/a340)

  5. Antoine grondin - 1 mars 2016 à 7 h 21 min
    Antoine grondin
    Publié le 1 mars 2016

    « Un nouveau chef étoilé signe les plats en cabines La Première et Business »!
    Et pour la classe bétaillère , circulez il n’y a rien à voir!

  6. Que ces cochers de fiacre grands seigneurs du ciel aillent voler ailleurs s’ils préfèrent

  7. Lolo
    Publié le 1 mars 2016

    Mais qui voyage exactement avec AF dans la classe « La Première » ? Il parait que 80% sont des surclassements ( pax en business utilisant des miles et GP gracieusement surclassés, maîtresse d’un PNT ), les 20% restant sont des pax « VIP », ne payant pas eux-mêmes leurs billets, très souvent mis à l’écart sur demande du payeur… .

  8. Airbid
    Publié le 1 mars 2016

    Cela reste des appréciations d Américains, qui en matière de cuisine, ne sont pas difficiles à émouvoir. Mais c’est quand même fort de mener une étude quasi scientifique pour estimer une notion aussi subjective et relative que l’admiration. On n’arrête pas le progrès!

  9. Pet
    Publié le 1 mars 2016

    Ah les pleureuses habituelles.. Qui voudraient le luxe au prix de la bétaillère, qd cette distinction existe ds ts les domaines, y compris le leur.
    Cutieux ce sentiment d’abandon..
    Bravo AF, pour son service des classes avant et pour continuer de faire fantasmer plus de 80 ansaprès sa création..
    Bravo à SQ pour s’être hissée à la deuxième place.

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum