Débris d’avion au Mozambique : le flou demeure

air-journal_MH370 Malaysia Airlines debris mozambique1@ATSB

Le débris d’avion retrouvé au Mozambique, qui pourrait venir du Boeing 777-200ER de la compagnie aérienne Malaysia Airlines disparu en mars 2014, va être envoyé en Australie pour analyse. Aucune information supplémentaire n’a surgi hier pour confirmer ou infirmer l’appartenance de cette pièce à un Triple Sept, et encore moins à celui qui assurait le vol MH370.

Le ministre australien des Transports Darren Chester a confirmé le 3 mars 2016 que le débris sera envoyé en Australie pour analyse par l’ATSB (Bureau Australien de la Sécurité Aérienne), qui a de son côté diffusé de nouvelles photos de l’objet. Mais il est « très difficile pour n’importe quel enquêteur de confirmer à quel type d’avion cette pièce appartient », a souligné en conférence de presse Joao de Abreu, président de l’Institut d’aviation civile du Mozambique (IACM). Boeing de son côté n’a toujours pas fait de commentaire sur la provenance du débris triangulaire de 90 cm large, sur lequel figure la mention « no step ». Outre les déclarations du ministre des transports malaisien Liow Tiong Lai, qui évoquait hier de « fortes probabilités » que la pièce provienne d’un 777, la presse américaine citait un officiel américain anonyme selon qui il s’agirait du « bord d’attaque fixe droit d’un stabilisateur de 777 » ; mais M. Abreu juge prématurée tout conclusion qu’il viendrait bien du vol MH370. Rappelons que le seul autre débris identifié à ce jour comme provenant de l’avion de Malaysia Airlines, un flaperon, avait été découvert fin juillet 2015 à La Réunion ; ce 777 est le seul appareil de ce type porté disparu.

air-journal_MH370 Malaysia Airlines recherches map2016@ATSBL’ATSB a fait le point mercredi sur les recherches dans l’Océan Indien du 777-200ER de la compagnie nationale malaisienne, disparu le 8 mars 2014 avec 239 personnes à bord lors d’un vol entre Kuala Lumpur et Pékin. Les navires Fugro Discovery, le Fugro Equator et le Havila Harmony continuent les recherches sous-marines, et ont été rejoints sur zone la semaine dernière par le Dong Hai Jiu 101 chinois. Plus de 85.999 km² de fonds marins ont été ratissés, et le travail de l’ATSB « va continuer de manière méthodique et complète ; ce travail peut paraître lent certaines semaines, mais il se poursuit avec le but de retrouver le MH370 aussi vite que possible ». Ces recherches sous-marines devraient être achevées fin juillet, une perspective qui indigne les associations de familles de victimes.

Un rapport intérimaire sur l’enquête sera dévoilé mardi 8 mars en Malaisie, sans que l’on sache s’il avancera de nouvelles théories sur les causes de la disparition du vol MH370.

air-journal_MH370 Malaysia Airlines debris mozambique@ATSB

http://www.air-journal.fr/2016-03-04-debris-davion-au-mozambique-le-flou-demeure-5158944.html

Commentaire(s)

  1. Vincent
    Publié le 4 mars 2016

    « Mais il est « très difficile pour n’importe quel enquêteur de confirmer à quel type d’avion cette pièce appartient » ».

    Ben ! Voyons ! C’est bien connu, tous les jours, des avions perdent des morceaux de fuselage au-dessus du Pacifique. D’autant que celui-ci semble facilement identifiable par le constructeur. Ah ! Oui ! J’oubliais, en plus de BOEING et d’AIRBUS, il reste au moins 500 ou 600 constructeurs d’avions à travers le monde !

    Il est évident que ce débris est déjà parfaitement identifié.

    Dans le sujet précédent, certains insistaient sur l’effet de courants marins pour démonter le complot : je ne vois pas le rapport, d’autant que ces courants marins passent précisément par … Diego Garcia ! Ca suffit l’enfumage ! Et ils passaient bien évidemment sous silence les témoignages provenant de Kudahuvadhoo, à proximité immédiate de Diego Garcia.

    « On essaye de nous vendre une histoire qui n’est pas la bonne » : ce n’est pas moi qui le dit, mais Ghyslain Wattrelos, qui est sans doute l’un des mieux informés.

    Après cela, dénigrer le complot, même sous couvert d’épigrammes douteuses (illuminatis, pourquoi pas même la bête de Gévaudan, …), reste leur seul et fragile argument.

    Personne ne connaît précisément le scénario, mais la conclusion de Ghyslain Wattrelos est évidemment la bonne : que cache-t’on, et pourquoi ?

    • Votre propos est un peu décousu… S’ajoute à cela la confusion entre l’océan Pacifique et l’océan Indien.

      • Vincent
        Publié le 4 mars 2016

        L’erreur est humaine, vous avez corrigé de vous-même, il s’agit bien évidemment de l’Océan Pacifique.

        Quant aux propos décousus, c’est votre analyse non-argumentée.

      • C'EST UN PEU COURT - 4 mars 2016 à 16 h 41 min
        C'EST UN PEU COURT
        Publié le 4 mars 2016

        @ SPONGEBOB Quel est l’intérêt de votre intervention ? Vous avez le droit de ne pas d’accord être d’accord, mais où est votre raisonnement ?

        • Publié le 4 mars 2016

          Ne cherchez pas le raisonnement chez les obsédés des complots en tout genre. Vous n’en trouverez pas. Ces gens sont persuadés d’être plus perspicaces que le reste de l’humanité, simplement en dénonçant les méchants comploteurs qui gouvernent le monde. De là à démontrer quoi que ce soit, il y a un gouffre. Dénoncer les méchants suffit à leur donner la sensation d’être des héros de la Résistance intellectuelle.

  2. juju
    Publié le 4 mars 2016

    le « NO STEP » figurant sur cette pièce est la preuve par A+B qu’il s’agit d’un fragment d’aile ou de plan horizontal d’un avion . Cette indication NO STEP est inscrite sur tout les extrados d’ailes et donc jusqu’à preuve du contraire je ne connais pas beaucoup d’avions qui peuvent voler sans ailes ou plan horizontal ! donc sans trop m’avancer , je pense que cette pièce a de fortes chances de provenir d’un avion qui ne vole plus aujourd’hui !!!! donc forcément je pense qu’il s’agit d’une pièce ayant appartenue au 777 de la Malaysia.

  3. D accord pour la théorie diego Garcia, les Usa ont abattu l avion et ferait mieux de le reconnaitre dans le cas ou il aurait pu se crasher sur leur base , ce serait de la légitime défense.

    • Publié le 4 mars 2016

      Bien évidemment, votre théorie ne mérite nullement l’usage du conditionnel. Quand on est formaté pour dénoncer des complots, l’affirmation vaut preuve.

      • Vincent
        Publié le 6 mars 2016

        L’histoire est faite de silences embarrassés, de maquillage et de travestissement de la vérité, ce n’est pas un scoop : les archives qui s’ouvrent sur la dernière guerre mondiale nous apprennent que nombre de faits sont très éloignés de la doxa telle qu’elle fut enfoncée dans le crâne des petits écoliers, à tel point que plusieurs historiens demandent à repenser les manuels scolaires.

        Il y a d’autres exemples plus récent, tel que cet ancien premier ministre « suicidé » de 2 balles dans la tête : plus c’est gros, mieux ça passe ! Panem et circenses : avec ça, on gouverne n’importe quel pays !

        Pour ma part je n’affirme rien, car aucun élément me permet une telle conclusion, j’observe simplement des incohérences. De fait, vous ne pouvez pas m’empêcher de me poser des questions, comme beaucoup : pourquoi, par exemple, la commission d’enquête officielle n’a t’elle pas tenu compte de nombreux témoignages concordants, notamment aux Maldives, 700 km au nord de Diego Garcia ? Pourquoi ? Si vous avez la réponse, je suis preneur.

        Je ne pense pas que Ghyslain Wattrelos soit un illuminé, c’est au contraire un homme parfaitement censé et cohérent qui ne demande rien d’autre que la vérité, et je ferais de même à sa place. Si l’aviez face au vous, j’imagine que vous lui diriez autre chose qu’il « est formaté pour dénoncer des complots ».

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum