Air France et ses pilotes : des discussions apaisées

aj_pilote_air-france

Les négociations entre la direction de la compagnie arienne Air France et ses pilotes sur les efforts de compétitivité ont repris hier, apparemment dans un état d’esprit plus constructif et sans date butoir. Le Plan B de Perform 2020 pourrait être de nouveau revu à la baisse.

« Ca s’est plutôt bien passé » a déclaré Véronique Damin du Syndicat National des Pilotes de Ligne (SNPL Air France ALPA), citée dans Le Point le 10 mars 2016, suite à la première des deux journées de négociations prévues. Le SNPL (65% des pilotes d’Air France) et le SPAF (21%) ont entendu jeudi les propositions de la compagnie sur les mesures de simplification pour améliorer la compétitivité sans forcément toucher au temps de travail ou à la rémunération des pilotes. Avec des accords sur certains points et des désaccords sur d’autres, qui rendent toute évaluation des chances de signer un texte « prématurée » selon Mme Darmon. Le magazine cite aussi un porte-parole du SPAF qui de son côté tient à souligner « un gros changement de ton », et le nouveau Directeur des ressources humaines d’Air France Gilles Gateau pour l’objectif est « d’aller aussi loin que possible dans un accord construit ensemble, pas de remplir des cases prédéfinies ». En particulier sur les efforts de productivité à accomplir, chiffrés il y a cinq mois à 17% ce qui avait entre autres précipité le blocage des négociations – aucun chiffre n’est désormais avancé.

Le PDG d’Air France Frédéric Gagey a en outre expliqué selon le DRH qu’en cas d’accord trouvé avec les pilotes, les perspectives de croissance pour le deuxième semestre « pourraient être révisées » : en clair, le Plan B devant accélérer le redressement dans le cadre de Perform 2020 pourrait être de nouveau rogné. Prévoyant initialement une réduction d’activité avec fermetures et réductions de lignes, diminution de la flotte et jusqu’à 2900 suppressions de postes avec des licenciements secs en 2016 et 2017, il avait déjà été réduit en février dernier : le PDV ne prévoyait plus que 1600 départs volontaires d’ici fin 2016, au sol et chez les PNC – les pilotes n’étant pas concernés. L’intersyndicale avait alors déploré un « plan de décroissance ».

Les négociations avec les syndicats de pilotes reprennent ce vendredi matin, avant de nouvelles rencontres prévues dans les deux prochaines semaines. Selon Le Point, elles porteront sur la saisonnalité, le développement de la flotte Air France, la filiale low cost Transavia en France et en Europe, ainsi que les embauches et les évolutions de carrière des pilotes.

Pour les PNC, rappelons que la renégociation de l’accord collectif des hôtesses de l’air et stewards d’Air France, qui arrive à échéance fin octobre, devrait débuter en mai ou juin prochain.

http://www.air-journal.fr/2016-03-11-air-france-et-ses-pilotes-des-discussions-apaisees-5159352.html

Commentaire(s)

  1. webby
    Publié le 11 mars 2016

    Chez AF les pilotes font la loi,ils se font même payer les jours de grève.Si AF se sépare de ces pilotes en baissant de 50% leurs salaires, il vont pouvoir progresser et sauver l’entreprise.Des pilotes içl y en a plein dans le monde sans les payer à prix d’or pour faire grève.Ou virer les syndicats de pilotes

    • « ils se font même payer les jours de grève »
      Soyons clairs… Les jours de grève des pilotes ne sont pas payés (grève=rupture du contrat de travail, 1/30 est retenu par journée ). Lors du dernier conflit (2014), certains ont estimé, s’étant déclarés grévistes, comme leur impose la loi, le premier jour d’une rotation de plusieurs jours, que seule cette journée devait leur être retenue. Je crois que le tribunal ne leur à pas donné raison.
      « Des pilotes içl y en a plein dans le monde sans les payer à prix d’or »
      Pas si sûr, ça…

      • EPL 1986
        Publié le 11 mars 2016

        Il a été jugé que les pilotes avaient droit à leur rémunération, à partir du moment où ils étaient à la disposition d’AF….même s’ils ne volaient pas en raison d’un planning décalé par la grève.

        • Justin Fair
          Publié le 11 mars 2016

          Merci d’avoir précisé, EPL1986. Si le Tribunal l’a jugé ainsi, en tout cas, ce ne sont pas les pilotes qui « ont fait la loi Diard »( et c’est malin, de profiter de ses failles,même si sur le fond, c’est contestable…)

  2. swift56
    Publié le 11 mars 2016

    C’est toujours la même histoire, il y a ceux qui voient bien que l’économie est mondialisée et qu’il voit bien qu’AF doit s’adapter au marché…Et les autres qui sont assis sur leurs privilèges comme aux temps des rois…et qui disent c’est tout pour moi ou rien du tout pour tout le monde (la faillite de l’entreprise…)

  3. biz
    Publié le 11 mars 2016

    Le SNPL est un syndicat comme les autres. Il ne pense qu’à sauvegarder ses acquis et avantages, quitte à ce que ce soit au détriment de l’entreprise et de ses salariés…

    • Epau
      Publié le 11 mars 2016

      Le premier problème de l’entreprise c’est pas ses pilotes mais ses charges sociales car le bon francais aux 35h, chomage, retraite, prudhomme, secu, fobgecif, CE, professions réglementées etc… Il ne se rend pas compte que partout ailleurs c’est pas du tout comme ca. BA 40000 salariés 4000 pilotes. AF 60000 salariés 4000 pilotes. Pas si sûr que ce soit les pilotes qui coulent la boîte. L’age legal de depart a la retraite pour un salarié francais, c’est 62 ans. En Angleterre c’est 67 et ca monte encore. Un pilote francais ou anglais c’est 65 et c’est plus bas aux Pays-Bas ou en Allemagne. Bien évidemment que leur syndicat les défend car c’est son rôle. Les pilotes d’Air France sont bien payés mais un pilote Easyjet en France travaille le meme nombre de jours pour un salaire supérieur et une taxation inférieure. Sachant que la boite fait son maximum pour payer le minimum en France car le français trop content de crier au loup pour les autres se complait dans une jalousie aveuglante sur sa propre situation. Les pilotes d’Air France ont un bon travail mais comparé à ce qu’il se pratique à poste égal à l’étranger, ils font probablement partie de ceux qui collent le plus à la concurrence. La France rêve encore et toujours. Ceci dit, ca n’empeche pas qu’il serait grand temps de trouver un accord avec une direction loin d’être performante et peu gourmande!

  4. alain daniel
    Publié le 11 mars 2016

    Moi ce qui me fait rire en ce qui concerne les pilotes c’est qu’il ont toujours refusé de faire des efforts, résultat les personnes qui gagnaient le plus ont moins souffert…
    Quand ont gagne 6/12 k euros / mois et qu’on veut rien faire c’est quand même dur pour ce qui ont juste un smic..

  5. jtb
    Publié le 11 mars 2016

    Alors ?
    que vont ils nous sortir pour dénigrer les propositions de la direction ?
    il paraît que ce sont les copilotes du snpl qui sont les plus revendicatifs
    d’où leur crainte de perdre leur séniorité à cause des autres copi venant de HOP ou transavia

    • « il paraît que ce sont les copilotes du snpl qui sont les plus revendicatifs »…EN RAISON de leur crainte de perdre leur séniorité, plutôt!
      Il faut dire qu’un CDB LC, en haut de la pyramide, est moins concerné en ce qui concerne la séniorité au sein du GAF… Par contre les CDB MC le sont autant que les copilotes LC et MC ( SNPL ou autres, d’ailleurs…).

      • Epau
        Publié le 11 mars 2016

        C’est normal que les copis soient plus énervés. Partout en Europe les jeunes trinquent pour les vieux. Les entreprises rincent les vieux sur les règles d’avant, les CDIs signés y a 30 ans pendant que les jeunes travaillent plus longtemps, pour moins cher, avec des carrières moins rapides et souvent en CDD. Chez AF ils ne sont pas en CDD mais les progressions sont très lentes et les rémunérations du moyen-courrier AF sont en dessous de la concurrence. Le long courrier est au dessus. On signe toujours des retraites en or pendant que les jeunes cotisent dans un système de retraite loin de voir sa survie garantie. Je les comprends les jeunes énervés.

  6. EPL 1986
    Publié le 11 mars 2016

    Parce que les copi sont très énervés depuis que les CDB peuvent prendre leur retraite à 65 ans….toutes la pyramide est bloquée.

  7. Vous ne connaissez rien AF et aux conditions de travail! Arrêtez votre AF bashing quotidien !

  8. Publié le 11 mars 2016

    Les OPL LC du Snpl Alpa sont les plus virulents…par exemple la personne qui est citée dans l’article Mme D. est un pur produit AF : papa ancien Cdb au Snpl, maman ex hôtesse…Et ce n’est pas la seule…des quarantenaires qui ne connaissent pas la vraie vie et qui s’accrochent à une rente qui de toute façon est décroissante…

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum