Air France retrace l’histoire des hôtesses de l’air (vidéo)

air-journal_Air France hotesses 70ans2

En avril 1946, la compagnie aérienne Air France accueillait à bord de ses avions ses onze premières hôtesses de l’air. Avec les stewards apparus dès 1938, les PNC sont aujourd’hui 13.500 dont plus de 8800 femmes.

Grâce à ses hôtesses de l’air, sur l’histoire desquelles elle revient dans une vidéo, la compagnie nationale française « s’est forgée au fil des années une réputation d’excellence et fait voler ses avions à travers le monde dans les plus hauts standards de qualité et de sécurité ». Représentent Air France à travers le monde, elles accompagnent les clients durant tout le voyage « offrant un savoir-faire unique », celui de l’art de voyager « à la française » avec « service d’excellence aux clients, accueil personnalisé, uniformes « haute couture », etc. »

En 1938, le nom de steward apparaît chez Air France. Avec des vols plus longs, comme le Paris-New York qui pouvait durer jusqu’à 23h45, la compagnie renforce alors son personnel en embauchant en 1946 ses premières hôtesses de l’air. Avec à l’époque des rôles précis : aux stewards la préparation des repas au galley et le service, aux hôtesses la mission d’accueillir et de veiller au parfait bien-être des passagers. « Le métier est à inventer », rappelle Air France, « chaque hôtesse improvise son accueil, sans micro ni discours formel ».

air-journal_Air France hotesses 70ansLes hôtesses de l’air effectuent leurs premiers vols dans des uniformes d’allure « militaire ». La maison de couture Georgette Rénal crée le premier uniforme des hôtesses Air France en 1946. Il prévoit une garde-robe de vêtements basiques : tailleur, robe pour l’été et manteau. Le style est revu par Georgette de Trèze, cinq ans plus tard, avec un modèle plus féminin. Années 60, l’ère des jets… Air France confie sa nouvelle « collection » à la prestigieuse maison Christian Dior. Puis Balenciaga, Jean Patou, Nina Ricci, Carven ou encore Christian Lacroix, depuis 2005. Les plus grands couturiers dessinent des uniformes « haute couture » qui soulignent l’importance de la profession dans la relation commerciale.

Il faut attendre 1955 pour qu’hôtesses et stewards soient officiellement baptisés personnel navigant commercial (PNC). Une reconnaissance pour un « métier qui se structure ». Avec l’arrivée des jets puis des gros porteurs, le service est repensé. Le travail en équipe se généralise, chacun se voit confier une zone de l’appareil avec des missions et des savoir-faire qui s’affinent. Des formations de sécurité et de sauvetage leur permettent de maintenir un haut niveau de compétences et de connaissance des procédures de sécurité. Entraînements en simulateurs, mises en situation d’urgence, gestes de premiers secours, exercices en commun avec les pilotes sont autant de pratiques auxquelles les personnels navigants commerciaux doivent régulièrement se soumettre.

 

http://www.air-journal.fr/2016-03-18-air-france-retrace-lhistoire-des-hotesses-de-lair-video-5159697.html

Commentaire(s)

  1. Vincent
    Publié le 18 mars 2016

    Nostalgie d’une époque où les passagers avaient un minimum de savoir vivre, et le PNC un minimum de courtoisie.

    Epoque hélas totalement révolue !

  2. JUAN TRIPPE
    Publié le 18 mars 2016

    1969…la belle époque. Les uniformes sont très « classe ». Il faudrait penser à changer les « hauts de pyjamas » actuels (avec les nuages). Pas toujours flatteurs sur certaines hôtesses.

  3. Quelle élégance! Dommage que toute cette prestance soit en voie de disparition. Aujourd’hui, rare sont celles qui osent encore porter robe, jupe et chemisier. Il y a tellement de belles pièces dans la collection Lacroix. Malheureusement la plupart des hôtesses de nos jours ont opté pour le pantalon (un truc en stretch qui ressemble plus à une tenue de yoga), la blouse (un espèce de T-shirt ressemblant à une taie d’oreiller) et la fameuse veste 3/4 qui ne met pas les formes de tout le monde en valeur… Bref, la garde-robe de l’hôtesse Air France d’aujourd’hui, qui lui permet pourtant de pouvoir s’habiller au gré de ses humeurs ou du climat, se rapproche de plus en plus de celle d’une hôtesse Iran Air. Comment continuer à encore faire rêver?

  4. Publié le 18 mars 2016

    Je suis surement un vieux dinosaure, mais l’uniforme AF qui a bercé mes rêves d’adolescent est surtout celui des années 1963 à 1970, personnellement je trouve que ce bleu ciel était magique et de plus à l’époque la coupe et l’allure de ces uniformes tranchaient singulièrement avec les canons de la mode féminine alors en vigueur.
    Aujourd’hui je trouve qu’après des années d’uniforme peu valorisant, depuis 2005 les uniformes des hôtesses AF sont de nouveau très sympas, qu’ils mettent en avant une touche de classe à la française et qu’ils permettent aux hôtesses AF d’être le plus souvent très élégantes surtout lorsqu’elles évitent le pantalon.

  5. AK
    Publié le 18 mars 2016

    Bon, et les costumes de stewarts, alors ???

    Et pour ces messieurs qui aimeraient voir plus d’hôtesses en jupe, il faut savoir qu’en cas d’évacuation d’urgence sur les toboggans, porter des collants peut causer des brûlures très graves….

  6. AirOne
    Publié le 18 mars 2016

    Ce métier de serveuse décérébrée ne fait plus rêver personne.

    Les petites filles qui rêvent d’avions veulent être pilotes de ligne, métier autrement plus valorisant.

    • Publié le 18 mars 2016

      L’irrespect et la méchanceté de votre commentaire montre toute l’ignorance que vois avez de ce travail. Mais c’est sûrement parce que vous ne prenez jamais ou rarement l’avion. Dans le cas contraire, vous devez faire partie de ces clients qui, parce qu’ils prennent l’avion, se croient les rois du mondes

  7. vous avez bien fait de mettre entre guillemets et en italiques les propos marketing d’AF car vraiment c est peut etre une vue de l esprit mais ce n est pas ou ce n est plus la réalité! il y a bien longtemps que je n ai pas vu une hotesse d’AF offrir « un savoir faire unique » « un service d excellence » « un accueil personnalisé » dans la plupart des cas on en est TRES loin!

  8. Publié le 18 mars 2016

    L’uniforme d’AF, au quotidien, est loin d’être celui présenté initialement.

    Les hôtesses choisissent toutes une sorte de blouse chasuble (sans aucune forme) et un pantalon généralement très mal porté, peut flatteur. On ne voit pratiquement plus jamais la robe bleue marine ou le tailleur-jupe avec la ceinture-noeud rouge très élégante, re-haussée des gants rouges (qui ont totalement disparu)… bref, à force de donner trop de latitude aux équipages dans le choix de leur garde robe, l’uniforme n’en est plus un. C’est un mauvais « patchwork » de plusieurs pièces malles assorties, un assemblage sang gout, nuisant à l’image de la compagnie.

    Un travers dans lequel les compagnies aériennes orientales ne sont pas tombées, les équipages portant fièrement un uniforme cohérent, représentatif d’une image forte que ces sociétés souhaitent véhiculer…

    C’est assez amusant de voir le décalage complet chez AF entre les publicités ou les hôtesses (ou mannequins?) sont tirées à quatre épingles dans un uniforme parfaitement tenu, et la réalité dès qu’on embarque… C’est juste tout et surtout n’importe quoi….

    Quant à la réflexion idiote comme quoi les équipages féminin choisissent le pantalon au détriment de la jupe pour cause d’éventuelles brûlures en cas d’évacuation par toboggan.. on croît rêver. Pourquoi ne pas alors porter en permanence une combinaison anti-feu, des bouteilles d’oxygène sur le dos pour parer à toutes éventualités… Bref, ridicule, quant on connait la probabilité plus qu’infinitésimale d’un événement de ce type… En cas d’évacuation avec le feu « aux fesses », on ne va pas aller se soucier de rougeur éventuelles sur les cuisses, on fonce qu’on soit en pyjama, en mini-jupe ou en pantalon et le fait d’être sorti indemne d’une carlingue enfumée ou en feu est juste réjouissant… Bref réflexion idiote!

    Qu’AF revienne à des standard bien français. Elégance, distinction, et discrétion et arrête de vouloir céder aux exigences syndicales qui font qu’on en arrive à avoir des uniformes monstrueux et qu’on ne doit pas être fier de porter… sauf à vouloir ressembler à des employés « low-cost »…

    • PNC AF
      Publié le 18 mars 2016

      Désolée que notre manière de porter l’uniforme n’ait pas l’honneur de vous plaire. Mais pour être tout à fait honnête, sachez que votre avis, on s’en tamponne joyeusement le coquillard.
      Bien à vous,

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum