Grève : 33% de vols en moins à Orly et Marseille lundi

aj_controleur

Le deuxième et dernier jour de grève d’une partie de contrôleurs aériens français aura des conséquences plus importantes que prévu, la DGAC demandant aux compagnies aériennes de supprimer un tiers de leurs vols dans les aéroports de Paris-Orly et Marseille.

La grève lancée par le syndicat UNSA-ICNA prendra fin mardi à 6h00, après avoie entrainé l’annulation de 20% des vols hier dans les aéroports de Lyon, Nice ou Beauvais. Ce 21 mars 2016, la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC) a prévenu d’un impact plus important sur deux plateformes : à Orly d’abord, « en raison du fort suivi du mouvement de grève » qui l’a poussée à demander dimanche aux compagnies aériennes « une mesure complémentaire de réduction de 50% des programmes de vol restants à partir de 16h00 ». Les retards ont dans certains cas atteint quatre heures, surtout sur les routes vers l’outremer. Le deuxième aéroport parisien a donc reçu pour ce lundi une demande de réduction portée à 33%, tout comme Marseille-Provence où 53 annulations de départs sont affichées ce matin. En revanche la situation à Beauvais, Lyon et Nice devrait être identique à hier, avec 20% de vols supprimés. L’aéroport Saint-Exupéry a précisé avoir annulé hier 21% des 268 vols prévus, 49% des vols opérés l’étant avec des retards d’environ 50 minutes. Dans tous les cas, des retards sont prévus ce lundi dans les aéroports français.

Air France a confirmé le maintien de son activité long-courrier et des vols opérés vers et depuis Paris-CDG, rappelant que « des retards et des annulations de dernière minute ne sont pas à exclure ». Elle précise qu’en cas d’annulation de vol au départ de Paris-Orly, il est recommandé de ne pas se rendre à l’aéroport ; les mesures commerciales habituelles, report sans frais ou demande de remboursement en particulier, ont été mises en place. British Airways a supprimé aujourd’hui une rotation entre Londres-Heathrow et Roissy. Et sans surprise, la low cost Ryanair a été la plus virulente dans sa dénonciation de la grève : ayant annulé 22 vols hier et 21 aujourd’hui, elle dénonce cette « 41eme grève depuis 2009 » des contrôleurs aériens français. Et renouvelle son appel à la Commission européenne et au gouvernement français à « agir pour empêcher que les passagers européens soient régulièrement pris en otage par un petit nombre de contrôleurs, qui ne bouleversent pas seulement les vols en France mais aussi ceux traversant l’espace aérien hexagonal ». Ryanair a lancé une pétition pour « maintenir ouvert le ciel européen », comportant entre autres idées l’utilisation des contrôleurs aériens d’autres pays en cas de grève en France.

Rappelons que le syndicat UNSA-ICTA, représentant 20% des voix chez les 4000 contrôleurs aériens, proteste la décision d’accélérer la baisse des effectifs en 2016, « en passant le taux de remplacement des départs de 80% à 65%, (ce qui) apparaît en totale déconnexion avec les besoins opérationnels des centres de contrôle et les objectifs de régularité et de ponctualité assignés par l’Europe à la Direction des Services de la Navigation Aérienne » quand toutes les prévisions de trafic « indiquent désormais des perspectives de croissance importantes ». Il dénonce également un « retard technologique considérable » (et un « manque d’investissement ») des outils utilisés par les aiguilleurs du ciel français, cause de « pannes de plus en plus fréquentes ayant des implications directes dans la chaîne de sécurité ». Les syndicalistes exigent de la DGAC qu’elle « se dote de moyens pour réaliser ces révolutions technologiques qu’elle ne peut plus différer », et demandent que le gouvernement « garantisse, comme il s’y était engagé, la prise en compte et le financement des missions de la DGAC ».

http://www.air-journal.fr/2016-03-21-greve-33-de-vols-en-moins-a-orly-et-marseille-lundi-5159916.html

Commentaire(s)

  1. Publié le 21 mars 2016

    Ces fonctionnaires sont à traiter avec mépris surtout quand on voit leur niveau d incompétence…..

  2. Pet
    Publié le 21 mars 2016

    Formidable! Merci pour ce sacré coup de pouce à l’économie du pays qui en a bien besoin.

  3. biz
    Publié le 21 mars 2016

    Pauvres aiguilleurs du ciel qui travaillent 12 jours par an, récupèrent un jour de repos par jour travaillé, ont la certitude de partir à la retraite à 59 ans avec un salaire net de 6 500 euros/mois.

  4. Brigitte teinturel - 21 mars 2016 à 8 h 36 min
    Brigitte teinturel
    Publié le 21 mars 2016

    Combien sont ces contrôleurs à faire gréve ? Apparemment une poignée. Dans ce cas, est-il acceptable dans le cadre d’une démocratie, que ce groupe impose son dictat à une multitude ?

  5. swift56
    Publié le 21 mars 2016

    La direction générale de l’aviation civile (DGAC) , des fonctionnaires payés entre 5 et 10000€ mois pour 20H par semaine. Quand est ce qu’un gouvernement prendra la bonne décision avec au choix : interdire le droit de grave des fonctionnaires ou privatiser tous ces métiers qui dans les autres pays sont tenus par des privés comme dans les autres pays, où ça marche très bien.

  6. flo_dr400
    Publié le 21 mars 2016

    Ces contrôleurs ne travaillent que 20 ou 23 heures par semaine. Faisons les travailler 25 heures et le problème des « sous effectifs » est réglé. En ce qui concerne le matériel, les projets de contrôler l’espace aérien en supprimant les procédures aux frontières apporteraient la solution mais nos contrôleurs aériens n’en veulent évidemment pas.

  7. jean-xavier jurgenssen - 21 mars 2016 à 8 h 40 min
    jean-xavier jurgenssen
    Publié le 21 mars 2016

    Pauvres travailleurs de air france qui ne savent que faire grève et dégringoler leur entrepris qui est très faible, et qui va disparaitre dans un avenir certain, pauvres gens qui écoutez CGT and co… votre entreprise est en péril à cause des grèves incessantes, les usagers prèfèrent de loin d’autres compagnies plus fiables, et cela va crescendo, oui, AIR FRANCE disparaitra à cause des grèves incessantes , les usagers ont ras le bol de ces grèvistes permanents !

    • Point de détail... - 21 mars 2016 à 9 h 05 min
      Point de détail...
      Publié le 21 mars 2016

      Cela a dû vous échapper, mais les contrôleurs aériens ne sont PAS des employés d’Air France : votre logorrhée vomitoire est donc fort mal venue et tout à fait déplacée…

    • @jean Xavier J : ce n’est pas air France qui fait grave mais les contrôleurs aériens… Rien à voir. Votre commentaire et au mieux ractionnaite au pire complètement stupide. Avez vous juste lu l’article ?
      En suivant votre commentaire fuyons Ryanair ce sont les plus touchés par la grève et donc ceux qui ont annulés le plus de vols.
      Merci à l’avenir de nous économiser vos propos fallacieux et qui témoignent d’une intelligence très limitée.

  8. Vincent
    Publié le 21 mars 2016

    Quel nouveau président de la République aura enfin le courage de démanteler la fonction publique, ce cancer qui ronge la France ?

  9. Euh…la, il s’agit d’une grève du contrôle aérien et non d’Air France.

  10. 9 heures et demi de voiture pour remonter de Toulouse hier soir. J’en veux à mort à ces ******* de contrôleurs qui manifestent pour un oui ou pour un non.
    Si les dirigeants de Ryanair sont les champions incontestés de la dégradation du système sociale dans l’aérien, ils ont en revanche complètement raison lorsqu’ils dénoncent la récurrence des grèves ATC.
    Les contrôleurs ont pleinement conscience de la merde dans laquelle ils foutent les passagers, mais ça ne les empêche pas de paralyser une région/un pays et pleurnicher pour leurs avantages.
    Je suis complètement écœuré par ces nantis qui ABUSENT de leur position et nous font tripler ou quadrupler le prix de nos voyages sans aucune chance de remboursement. il faut juger les responsables syndicaux

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum