Aéroport de Bruxelles: la reprise des vols sera très lente

air-journal_Bruxelles aeroport tribute

Si la simulation prévue aujourd’hui se déroule bien, l’aéroport de Bruxelles pourrait rouvrir ses portes mercredi, huit jours après l’attentat qui a dévasté le hall d’enregistrement. Mais seulement 800 passagers par heure pourront être traités, contre 5000 d’ordinaire.

Bruxelles-Zaventem rassemble ce 29 mars 2016 quelques 800 employés, des policiers et des militaires pour participer à des essais grandeur nature de ses installations temporaires, afin de vérifier le bon fonctionnement de l’enregistrement des passagers. Une porte-parole de l’aéroport a déclaré hier soir à La Libre Belgique que l’essai à huit clos, s’il est concluant et si les autorités donnent leur feu vert, devrait permettre une réouverture mercredi au plus tôt. « Nous vérifions si les passagers peuvent rapidement prendre l’avion et en sortir », explique-t-elle ; « si le flux des passagers est comme celui que nous avons esquissé et qu’il n’y a pas de points d’encombrements, nous pourrons redémarrer. Avec une capacité limitée d’un cinquième maximum », soit 800 passagers par heure plutôt que 5000. Des psychologues seront également présents pendant les essais pour aider le personnel de l’aéroport, ajoute la porte-parole, car « nous devons aussi être opérationnels sur le plan humain ».

Côté compagnies aériennes, aucun changement n’est prévu ce mardi : Brussels Airlines continue d’opérer en moyen-courrier depuis Liège (25 routes dont Nice et Genève) et depuis Anvers (24 routes dont Lyon, Marseille et Toulouse), et le long-courrier à Francfort (vols vers l’Afrique) et Zurich (New York et Afrique). La low cost Jetairfly reste jusqu’à vendredi au plus tôt installée dans les aéroports d’Ostende, de Charleroi et de Liège. Charleroi accueille également tous les vols belges de Ryanair, tandis que Lille reste utilisée par easyJet, Vueling et Aegean Airlines.

http://www.air-journal.fr/2016-03-29-aeroport-de-bruxelles-la-reprise-des-vols-sera-tres-lente-5160395.html

Commentaire(s)

  1. Manneke
    Publié le 29 mars 2016

    C’est le long-courrier qui est à Francfort et Zurich; ceci dit, on n’est pas sorti de l’auberge !

    • Dans ce gros coup dur.. - 29 mars 2016 à 11 h 08 min
      Dans ce gros coup dur..
      Publié le 29 mars 2016

      ..pour Brussels Airlines, on mesure aussi toute la force d’être dans une grande alliance et de pouvoir compter sur les partenaires/ tout ça va créer des difficultés financières à la compagnie par une augmentation de ses couts et la perte de certaines ventes, donc de recettes , mais elle peut s’appuyer sur les huis de ses partenaires à FRA et ZRH pour continuer aussi bien que possible ses voile de correspondances LC/MC, tandis que ses  » vols éclatés » sur des aéroports variés autour de Bruxelles lui permettent de maintenais vaille que vaille une desserte de la capitale pour les clients ayant Bruxelles et alentours en origine & destination…
      C’est une forme de bricolage-opérationnel, mais n’importe quelle compagnie devrait faire la même chose dans une telle situation et, au delà de inconvénients que ressentiront les clients de SN et donc on entendra parler pas toujours en positif dans les temps à venir (les gens sont comme ça: ils oublient au bout d’un certain temps le pourquoi et la cause d’une situation…) je suis certain que SN a mis le meilleur système possible en place…

      Bon courage aux diverse équipes sol& vol de SN

  2. Vous avez tout a fait raison.
    SN à su tirer profit de sa position dans LH et aussi des infrastructures aéroportuaires belge.
    On remarquera qu’elle positionne aucun vol à CRL.
    Par contre comment arrivé à ZRH et FRA est une autre histoire.

  3. Manneke
    Publié le 29 mars 2016

    Brussels Airlines ne positionne aucun vol à Charleroi parce que Charleroi a accueilli en priorité ses clients traditionnels: Ryanair et Jetairfly – lesquels y ont repositionné ceux de leurs vols qui auraient dû partir de Bruxelles. Charleroi est maintenant à sa capacité maximum.
    On se rappellera d’ailleurs que, naguère, Charleroi avait proposé à SN d’y baser des avions – offre que Brussels Airlines avait repoussée avec dédain, estimant que CRL n’était pas digne de l’accueillir.

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter