Air France a un nouveau chef en classe Affaires

air-journal_Air France Camdeborde Papillotes de saumon

La compagnie aérienne Air France a chargé le chef Yves Camdeborde de créer la nouvelle carte de classe Affaires pour le long-courrier et certains vols moyen-courrier au départ de l’aéroport de Paris-Charles de Gaulle.

Auteur de nombreux ouvrages gastronomiques et dernièrement l’un des jurys de l’émission « Master Chef » diffusée sur TF1, Yves Camdeborde a été choisi par la compagnie nationale française pour préparer le nouveau menu de Business. Il a conçu  pour les clients d’Air France six recettes inédites, qui seront proposées pendant 6 mois, chacune pendant 15 jours : Moelleux de cabillaud et saumon fumé, rondeur de pomme et céleri, crumble Parmesan, Tournesol et piments d’Espelette ; Papillotes de saumon et champignons de Paris à l’estragon, billes de légumes, bouillon clair« citronnelle, gingembre » ; Volaille travaillée comme une poule au pot, pickles d’oignons rouges et raisins, sauce suprême et riz étuvé au four ; Poulet préparé comme un tajine au curcuma, fine semoule relevée, kumquat et sarrasin ; Fondant de boeuf au vinaigre de Banyuls cuit longuement au four, billes de légumes et marrons relevés aux zestes d’orange ; et Confit de jarret de veau cuisiné aux citrons confits, artichaut sauté à cru et penne sauce blanche. Ces deux dernières recettes sont réservées au long-courrier, les autres étant également servies sur les lignes entre Roissy et Alger, Amman, Athènes-Hellinikon, Bucarest, Casablanca, Erevan, Istanbul, Kiev, Moscou, Rabat, Saint-Pétersbourg,  Sofia, Stockholm-Arlanda, Tel Aviv et Tunis.

Ce partenariat d’exception s’inscrit dans la montée en gamme de l’ensemble des produits et services d’Air France, rappelle la compagnie de l’alliance SkyTeam dans un communiqué. La « cuisine aérienne » d’Yves Camdeborde « se concentre sur la justesse et l’équilibre des saveurs, tout en offrant texture et convivialité à ses plats. Le chef personnalise ses créations avec des produits variés et de qualité », ses recettes sont « éclectiques et appartiennent à ce courant culinaire inventé par Yves Camdeborde lui-même : la bistronomie, un mélange entre le style de cuisine servi dans les bistrots et la haute gastronomie classique ».

air-journal_Air France CamdebordeOriginaire du Béarn, Yves Camdeborde a fait ses classes dans les plus prestigieuses maisons telles que le Ritz, la Tour d’Argent et surtout au Crillon sous la houlette de Christian Constant. Il ouvre en 1992 son premier restaurant La Régalade, dans le 14ème arrondissement. Pendant plus de 10 ans, il y propose une cuisine de tradition et du terroir revisitée. Il devient ensuite le propriétaire de l’hôtel 4 étoiles, Le Relais Saint Germain et de son restaurant Le Comptoir en plein coeur de Saint-Germain-des-Prés, au carrefour de l’Odéon. Il y propose une cuisine « Bistrot Brasserie » donnant priorité aux produits du marché et aux plats de caractère, afin de renouer avec la tradition française d’une cuisine gourmande et raffinée.

Afin de « proposer des mets raffinés à bord tout au long de l’année », Servair, filiale d’Air France leader dans le domaine de la restauration aérienne, offre toute son expertise pour satisfaire les clients de la compagnie : la société adapte ainsi les recettes des chefs étoilés « aux contraintes de la restauration aérienne, tout en conservant l’âme des créations originales ».

air-journal_Air France Camdeborde Poulet Tajine air-journal_Air France Camdeborde Confit de jarret de veau air-journal_Air France Camdeborde Volaille Poule au pot

http://www.air-journal.fr/2016-04-05-air-france-a-un-nouveau-chef-en-classe-affaires-5160891.html

Commentaire(s)

  1. JUAN TRIPPE
    Publié le 5 avril 2016

    Si AF pouvait faire un petit effort en classe éco… Un aller à Istanbul avec AF (A319) et un retour avec TK. Quelle différence !!! AF, un petit repas de pâtes froides avec quelques miettes de thon. TK, deux choix de repas chauds (délicieux !) et avec un système IFE exceptionnel en classe Y (Airbus A321). Je sais avec qui je vais voler à l’avenir !

    • Le bon effort en Eco... - 5 avril 2016 à 12 h 49 min
      Le bon effort en Eco...
      Publié le 5 avril 2016

      …pour tout le monde, c’est d’abord sur les prix qu’il est attendu, pas sur la nourriture…et il y a encore du travail à faire ….

  2. Un effort honorable mais qui, pour de beaucoup d’utilisateurs est un Pschitt de plus.
    Quand on descend de l’avion à CDG, on trouve un terminal dégueulasse, des escalators en panne, une, des grèves de quelque chose, dehors tu te demandes où t’es arrivé. T’as juste envie de boire un bon coup de rouge avant de sortir de l’avion, pour affronter le chaos, dès lors, Un judicieux choix du vin s’impose …

  3. Encore un pax de la classe moyenne rageux et aigris! Air France n’est pas un restaurent !

    • Vous ne devez pas savoir lire ou comprendre un texte, car l’argument culunaire est justement ce que AF met en avant et vend, expliquant par tout son marketing que la restauration d’exception (je cite) fait la difference et compense un produit en retard.
      AF n’est pas un restaurant, mais pretend l’etre : voir la pub pour P et J et le nouveau service business ultra.

      Beau partenariat, mais qui des escales retou et la presentation en vol est loin de ces images idylliques.

      Ah marketing vaniteux quand tu nous tiens.

  4. webby
    Publié le 5 avril 2016

    « Nouveau chef étoilé en cuisine aux passagers de classe Affaires »!
    Et pour la classe bétaillère (eco), circulez il n’y a rien à voir!

  5. biz
    Publié le 5 avril 2016

    Bétaillère ou pas, chef étoilé ou pas, il s’agit toujours de cuisine industrielle. La photo de Robuchon sur les potages en boite ne suffit pas à en faire des plats d’exception.

  6. antoine grondin - 5 avril 2016 à 13 h 18 min
    antoine grondin
    Publié le 5 avril 2016

    Ce qui serait plus intéressant, mais moins facile, serait qu’AF s’intéresse aux menus de sa classe éco. Très mauvais souvenirs récents sur Paris-San Francisco, à l’aller comme au retour.

  7. gabriel archange - 5 avril 2016 à 13 h 43 min
    gabriel archange
    Publié le 5 avril 2016

    Surréaliste! C’est ce Monsieur Camdeborde qui compose les plateaux repas de la classe touriste ? Commençons par de la place pour nos genoux, des PNC moins agressifs . Traités comme du bétail ? Vue la reglementation, je serais bien mieux traité. Je pourrais demander de l’eau sans me faire engueuler

  8. bernardpf59
    Publié le 5 avril 2016

    AF cache la mediocrite de son service derriere quelques « gimmicks » un peu ronflants comme la signature de grands chefs; mon dernier paris tokyo en biz, le plat signé de je ne sais plus qui (ca n a aucun interet) était tres quelconque, pas mauvais mais quelconque, l’entrée etait servie tellement glacée qu’elle était totalement insipide, le plat japonais choisi par mon épouse était pas assez chaud et insipide; par ailleurs entrée + plat = je n ai pas un gros appetit mais j’avais encore tres faim… servi par une hotesse, une veritable cruche, qui pour le plat principal du dejeuner et du petit dejeuner etait infoutue de trouver, sur un chariot un peu crade et qui avait connu des jours meilleurs, du premier coup le choix de chaque passager alors que les plats sont identifiables par une etiquette ou un code couleur du couvercle; le reste de l’equipage aussi peu commercial qu’un guichetier des impots ( et encore j en connais de plus sympas), le chef de cabine inexistant et qui fait partie des personnels d’AF qui ne sait pas ce que veut dire le mot client, enfin une cabine NEV alors que le vol etait lors de la reservation vendu en B&B. J’ai juste avant ce vol et juste aprés, volé en biz sur la meme destination avec Qatar airways et sur un transpacifique avec Air New Zealand, et la qualité est incomparable, y compris sur la qualité des repas! Je teste China southern en biz pour rentrer d’Australie ce week end, ca ne pourra également qu etre mieux que ce vol AF, d’ailleurs c’etait mon dernier vol AF, mis à part ceux qu’il me faudra encore faire pour liquider mon copieux compte FBlue si je n arrive pas à l’utiliser sur d’autres Skyteam; je précise que j’ai voyagé plus de 450 fois sur AF à qui j ai donné une fidelité quasi sans faille depuis 1975, puis une exclusivite totale pendant 20 ans ; donc si je dis plus jamais AF c est que cette fidelité m’a coute cher en deconvenues successives, et que trop c’est trop; j’ai ete FB Gold ou Platinum depuis le debut du programme, apres avoir éte F+ rouge, je n’ai jamais eu le sentiment d’etre considéré comme un client, ne parlons pas d’un client privilegie, sauf une fois en 2013 sur un paris narita en Premiere où nous avons eu une hotesse exceptionnelle; maintenant que je redeviens progressivement FB Ivory est il besoin de dire que je n’attends plus rien…et pardon aux guichetiers des impots, ils sont en fait bien plus sympas et orientés clients que les navigànts d’AF.

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum