Genève Aéroport : bonne performance économique en 2015

air-journal-aeroport-de-geneve

Genève Aéroport clôt l’exercice 2015 sur un chiffre d’affaires de 423,7 millions de francs suisses (389 millions d’euros), ce qui permet au gestionnaire de dégager un bénéfice net de 74,6 millions de francs suisses (de 68 millions d’euros).

Les recettes aéronautiques (redevances atterrissages, redevances passagers…) représentent 55,2% des revenus de l’aéroport de Genève en 2015, contre 44,8% pour les recettes non aéronautiques (redevances commerciales, parkings, recettes d’exploitation…). La moitié de ce bénéfice a été reversé à l’Etat de Genève. Des investissements à hauteur de 112 millions de francs ont été consentis sans pour autant alourdir la dette.

Au cours de l’année 2015, la connectivité de Genève a été améliorée. Quelque 142 destinations ont été desservies par des vols directs, dont 119 européennes et 23 intercontinentales. Les principales compagnies actives sur la plate-forme sont easyJet (43,2%), SWISS (15%), British Airways (4,7%), Air France (4,6%), Lufthansa (3,8%), KLM (2,7%), Brussels Airlines (2,2%), TAP (2%), Iberia (1,9%) et Turkish Airlines (1,6%).
Les cinq destinations les plus prisées sont Londres (2,3 millions de passagers), Paris (1 million), Amsterdam (645.928), Bruxelles (566.024) et Barcelone (559.615).

Au total, quelque 15,7 millions de passagers ont été accueillis à l’aéroport de Genève en 2015, soit 4.1% de plus qu’en 2014. Les 620.000 voyageurs supplémentaires enregistrés n’ont engendré qu’une faible variation du nombre de mouvements (décollages et atterrissages). Le trafic commercial (ligne, charter…) n’a ainsi augmenté que de 1,16%, tandis que le trafic non commercial (aviation de tourisme, vols militaires, vols d’Etat…) a baissé de 3,72%. Au total, l’évolution du trafic d’aéronefs plafonne pour 2015 à 0,66%, avec 188.829 mouvements (contre 187.596 en 2014).

En revanche, l’activité fret aérien sur la plate-forme aéroportuaire genevoise a reculé de 10,3% à 65.016 tonnes. Baromètre de la santé économique, ce secteur a subi le ralentissement général en même temps qu’il a souffert de la concurrence accrue qui se joue entre aéroports suisses dans ce domaine, notamment pour les exportations vers les pays du Golfe.

En 2015, l’autre grand aéroport suisse, Zurich, a aussi enregistré une augmentation du chiffre d’affaires de 2,6% à 989 millions de francs suisses. Toutes ses activités ont progressé: le produit lié aux vols s’est amélioré de 3,9% à 597 millions de francs suisses et les autres activités de 0,8% à 392 millions. En revanche, son bénéficie net a baissé de 13,7% sur un an à 179,8 millions de francs suisses.

http://www.air-journal.fr/2016-04-10-geneve-aeroport-bonne-performance-economique-en-2015-5161125.html

Commentaire(s)

  1. Munich en Suisse ? Que va dire l’Allemagne…

  2. Vincent
    Publié le 10 avril 2016

    Important aéroport international, 1 seul piste (entourée de montagnes), et tout cela fonctionnant avec la régularité d’un chronographe suisse.

  3. cm69
    Publié le 10 avril 2016

    J’aimerais bien savoir, puisqu’il est sur les rangs, comment cet aéroport, qui grandit bien à l’ombre de Zurich, envisage sa prise de participation dans le processus de privatisation de l’aéroport Lyon Saint-Exupéry…
    ADP n’étant pas candidat, on peut voir s’éloigner le risque d’étouffement de Lyon par l’ogre parisien… mais les Suisses ? Lyon souffre d’un manque de liaisons extra-européennes, alors que Genève a sur ce plan, une bonne longueur d’avance.
    Il est vrai que le profil des voyageurs helvètes (importance de la place financière et bancaire, meilleur niveau de vie, membres d’organisations internationales…) permet un remplissage des avions plus équilibré (plus de classe affaires ou 1ère) et surtout plus rentable que les avions au départ de Lyon.
    Il faudra malgré tout que Genève, si l’aéroport de Cointrin fait partie du pôle d’investisseurs autorisé par l’Etat, accepte de voir émerger, à moyen ou long terme, des lignes qui feront concurrence à son propre réseau. Il y a de la place pour tous, dira-t-on. C’est vrai. Mais il serait dommage que, après avoir évité la tutelle parisienne, Lyon se retrouve sous l’ombre plus ou moins bienveillante de nos voisins plus soucieux de leurs intérêts que des nôtres. Attendons, et espérons.

  4. Guesspi79
    Publié le 10 avril 2016

    L’excellence C’est un domaine où les Suisses excellent. Monsieur Vincent, quand votre pauvre république brasse du vent, la Confédération Suisse (CH) se fait un paquet de fric !
    L’excellence Suisse.

  5. Flipflop
    Publié le 11 avril 2016

    Pourraient-ils envisager la baisse du prix des parkings, pour le moins exhorbitant?
    Ou bien augmenter la desserte par bus avec Annecy, avec des horaires adaptés aux vols vers Paris, et non comme l’inverse, comme on a pu me répondre!

  6. Alain
    Publié le 11 avril 2016

    Il est amusant de lire certain commentaire. Au yeux de nombreux genevois cette aéroport est devenue une catastrophe! Dirigée par des personnes étrangères au domaine qui s’intéressent plus à la rentabilité des restaurant et autre duty free. Cet aéroport était à la pointe de la technologie il y a 40 ans. Aujourd’hui il a été classé parmi les cinq a pire aéroport d’Europe. La faute a des infrastructures vieillissantes, non adaptées. Ce qu’il manque c’est une personne tel que Louis Casaï! Un visionnaire, qui saurait entreprendre une modernisation complète et un développement adapté. Enfin…

  7. nanoth
    Publié le 11 avril 2016

    Genève:15 millions de passagers,189000 mouvements d’avions…et une seule piste…et tout va bien!
    Nantes:quatre fois moins de passagers et de mouvements d’avions,une seule piste et tout le monde gémit!
    Rappel de Jules CESAR dans le De Bello Gallico: »Une poignée d’Helvètes valent plus qu’une cohorte de Gaulois »!!!!!

  8. Corenrin
    Publié le 11 avril 2016

    Y a le pragmatisme suisse et y a la France
    Genève est un aéroport de centre ville, très bien géré, avec un accès facile en transport ( pour 3 Francs à l’aller et gratuit au retour car billet de transport offert par l’aéroport) et une optimisation du trafic
    Et il y a en face l’aéroport de Lyon, à 25 km du centre, avec une association de riverains qui ont acheté à bas prix autour de l’aéroport à cause de cette présence et qui découvrent désormais qu’un avion ça fait du bruit, avec un accès unique en transport à 15 euros, un parking quasi aussi cher qu’à Genève, une offre moindre… Cherchez l’erreur
    J’espère que l’aéroport de Genève entrera au capital de lyon St ex, ca lui fera le plus grand bien

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum