Singapore Airlines : A350 à Amsterdam, arrêt brutal à Séoul

air-journal_Singapore_Airlines A350-900

La compagnie aérienne Singapore Airlines a déployé hier son Airbus A350-900 pour la première fois sur le long-courrier, entre Singapour et Amsterdam. Un de ses Boeing 777 a dû interrompre son décollage en urgence à Seoul, un appareil de Korean Air s’étant engagé par erreur sur la piste.

Deux mois après le premier vol commercial de son A350-900, la compagnie nationale singapourienne l’a déployé le 9 mai 2016 entre sa base de Singapour-Changi et l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol, sur la rotation quotidienne décollant à 23h55 (arrivée le lendemain à 6h45) et repartant des Pays-Bas à 11h15. Singapore Airlines a pris livraison de deux des 67 Airbus A350-900 commandés, et les a configurés pour accueillir 42 passagers en classe Affaires, 24 en Premium et 187 en Economie (253 places au total). Dès aujourd’hui, l’autre A350-900 est envoyé deux fois par jour vers Jakarta-Soekarno Hatta, le nouvel appareil devant aussi être utilisé pour inaugurer ses trois vols par semaine vers Düsseldorf le 21 juillet.

air-journal_Singapore Airlines A350-900 EconomieOnze A350-900 sont attendus en 2016 par la compagnie de Star Alliance, et sept autres d’ici la mi-2017 ; rappelons que sept des A350-900 seront en version ULR (très long-rayon d’action) pour les vols directs vers New York, Los Angeles et « une troisième destination » pas encore précisée. Et qu’outre la configuration 253 places prévue pour les dix premiers avions au moins et le long-courrier, elle a prévu pour les vols de moins de huit heures de réduire le nombre de sièges dans les classes supérieures au profit de l’Economie (a priori à partir du onzième A350-900 et sur une trentaine d’avions qui remplaceront d’ici 2019 les 29 A330-300 de sa flotte (30 passagers en classe Affaires et 255 en Economie). Enfin la troisième configuration réservée aux sept A350-900ULR n’a pas été précisée mais devrait comporter environ 170 places, essentiellement en classe Affaires mais avec probablement un nombre de sièges limité en Première et en Premium.

Les passagers de Singapore Airlines se sont fait une petite frayeur jeudi dernier à l’aéroport de Seoul-Incheon : alors que leur 777-300 se préparait à décoller vers San Francisco avec 186 passagers et 18 membres d’équipage, la tour de contrôle a ordonné l’interruption du décollage. L’avion avait atteint près de 200 km/h, et de nombreux pneus ont éclaté avant l’immobilisation de l’appareil. Il se trouvait alors à 1560 mètres d’un A330-200 de Korean Air en partance pour Saint Petersburg, qui avait emprunté un mauvais taxiway et s’était engagé sur la piste 15R utilisée par Singapore Airlines. Les passagers de cette dernière ont dû quitter l’avion sur le taxiway, leur vol ne repartant que 19 heures plus tard une fois l’avion réparé (au milieu de multiples plaintes sur l’impréparation des équipes d’Incheon). Le vol de Korean Air a eu plus de chance, avec un nouveau départ 100 minutes après l’incident.

air-journal_Singapore Airlines A350-900 Singapour

http://www.air-journal.fr/2016-05-10-singapore-airlines-a350-a-amsterdam-arret-brutal-a-seoul-5162783.html

Commentaire(s)

  1. EPL 1986
    Publié le 10 mai 2016

    Rejected Take Off à 110 knots avant V1 estimée à 140 knts…aucun problème.

  2. Publié le 10 mai 2016

    Quelle erreur grave au décollage ! Ceci n’est jamais arrivée à Air Madagascar. Merci d’en tirer les conclusions qui s’imposent : notamment placer SQ sur la liste noire des compagnies de l’Union Européenne….

  3. Publié le 10 mai 2016

    Une sorte de nouveau Ténériffe évité de justesse dirait-on…..

  4. Publié le 10 mai 2016

    bonjour,
    quelqu’un peux m’expliquer pourquoi les pneus on éclatés, je ne vois pas le rapport avec l’arrêt de décollage?
    L’avion a fini hors de la piste?
    Ça serait cool de donner des explications compréhensibles par les personnes intéressées mais qui ne sont pas du milieu aéronautique.

    • Publié le 10 mai 2016

      Arret d’urgence au décollage–> nécessite de stopper au plus vite des tonnes lancées à grande vitesse–> freinage maxi appliqué sans autre considération—> augmentation brutale de la température au niveau des freins et donc des pneus…qui peuvent ne pas tenir le choc..Pas fondamentalement grave en soi puisque là le but c’est D’ABORD d’arrêter l’avion..

  5. juju
    Publié le 10 mai 2016

    A l’occasion d’un freinage « max » , les freins montent très vite en température et pour éviter un éclatement des pneus , ceux-ci sont équipés de fusibles , ce qui permet un dégonflage rapide et sans danger .

  6. EPL 1986
    Publié le 10 mai 2016

    En position RTO, l’avion freinera automatiquement à G constant en cas de réduction des gaz avant la vitesse de décision (V1), soit une décélération de X m/s².

    Les pneus ont éclaté compte tenu de la pression du freinage en RTO, et du poids de l’avion qui est demeuré dans l’axe de la piste.

  7. En tous cas les hollandais sont chanceux ils ont klm et singapour en A350, en France ont a air fainéant et Sq en horrible 380.

  8. a380
    Publié le 10 mai 2016

    Omayra Sánchez, je ne t’oublierai pas !

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum