VLM Airlines se met à l’abri des créanciers pour 6 mois

air-journal_VLM Airlines F50

La compagnie aérienne belge basée à Anvers a demandé officiellement au tribunal de de commerce d’Anvers la protection contre ses créanciers pour une période de six mois, afin d’éviter la faillite le temps de pouvoir se restructurer.

« VLM Airlines fait actuellement l’objet d’une restructuration majeure afin d’assurer l’avenir de l’entreprise et de ses employés », a expliqué au quotidien De Tijd Hamish Davidson, CEO de VLM Airlines.  « Nos clients, nos actionnaires et nos travailleurs étant nos toutes premières priorités, nous avons décidé d’introduire cette procédure afin de nous assurer d’avoir le temps de faire le nécessaire », ajoute-t-il.

L’annonce a quelque peu surpris les spécialiste alors que VLM avait déclaré dans un communiqué le 11 avril dernier que les derniers chiffres montraient une amélioration de la tendance avec des taux d’occupation en progression en avril et des rendements opérationnels à la hausse. Rappelons d’ailleurs qu’en février dernier, VLM Airlines a lancé trois routes en Allemagne, depuis l’aéroport de Friedrichshafen. Elle y a basé trois Fokker 50 opérant vers Berlin Tegel, Düsseldorf et Hambourg, avec deux rotations par jour sur chaque itinéraire. VLM avait repris ces routes après la cessation d’activité par le transporteur régional autrichien InterSky en novembre 2015. Elle avait décidé presqu’en même temps de supprimer deux routes jugées non rentables début 2016, reliant Anvers à Genève et à Birmingham.

Selon le quotidien De Tijd, VLM était dans l’impasse et n’avait d’autres solutions que de demander cette protection contre la faillite car sa banque KBC aurait bloqué ses comptes en milieu de semaine. De nombreux fournisseurs ne seraient plus payés, certains comme Antwerp Airport l’ayant même mise en demeure pour une dette impayée de 100 000 euros.

VLM, qui possède une flotte de 11 Fokker 50 de plus de 26 ans de moyenne d’âge, a perdu 13 millions d’euros l’année dernière. Lancée en 1993, rachetée par Air France-KLM en 2008 puis intégrée à CityJet (elle-même revendue à Intro Aviation GmbH en mai dernier), la compagnie belge avait changé de mains fin octobre 2014, ses anciens dirigeants ayant obtenu le droit de la racheter.

http://www.air-journal.fr/2016-05-14-vlm-airlines-se-met-a-labri-des-creanciers-pour-6-mois-5163002.html

Commentaire(s)

  1. Paul
    Publié le 14 mai 2016

    Je lis:
    * … »des rendements opérationnels à la hausse »
    *… »trois routes lancées en Allemagne au départ de Friedrichshafen avec 2 rotations par semaine sur chacune des lignes »…
    *… » Elle ( VLM) y a base trois Fokker 50″
    Soit 3 avions pour 6 aller retour d’environ 3h/3h30 chacun par semaine …question  » rendement opérationnel », chapeau!!!

    • Ce sont en réalité deux aller-retours par jour, il y a une erreur d’ans l’article.

      Ces lignes sont sûrement subventionnées par les collectivités locales, ou les CCI, comme cela se fait souvent en France. Dans ces conditions, pas très compliqué de dégager des bénéfices. C’est de l’argent gratuit.

      • Paul
        Publié le 15 mai 2016

        Ah!!! Je comprends mieux comme ça!! Ca a plus de sens en effet.
        Compte tenu que , comme chez nous, ce doit être un départ tôt le matin sur chaque ligne et un autre en fin d’après-midi/début de soirée, tous les avions sont en l’air en meme temps–> d’où la nécessité de 3 appareils…
        Comme chez nous aussi, les avions font sans doute beaucoup de béton en journée et le week-end…Comme chez nous la problématique de leur rentabilisation sur ces creneaux de libre ( journée+week end) repose sur la nécessité de trouver des lignes commercialement intéressantes depuis leur base ( lignes non subventionnées pour le coup!) ..et le besoin de davantage de PN car ce ne peut être les mêmes qui font les 2 À/R + le vol de mi-journée chaque jour de semaine plus les vols du week-end…

        • oui c’est exactement ça (voir flightmapper pour les horaires)

          Pour rentabiliser les avions en milieu de journée, on peut imaginer des lignes un peu plus touristiques (en France on pourrait imaginer Lorient Marseille Toulon Nice Biarritz, en Allemagne je ne connais pas trop l’habitude des habitants). Mais c’est assez compliqué face aux low cost, surtout avec des petits avions.

  2. Ils ont été désossés par Cityjet qui a complètement détruit l’image de marque de cette compagnie. Quel étonnement que les 2 soient encore en vie…

  3. Bob
    Publié le 15 mai 2016

    Compagnie qu’AF avait acheté une fortune, pour la céder avec CityJet une misère…

  4. werner
    Publié le 15 mai 2016

    Il est regrettable que cette compagnie avec un excellent service ne désert plus des aéroports comme Amsterdam, Londres city ou Bruxelles. A l’époque de ces destinations les avions avaient un excellent coefficient de remplissage.

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter