Flybe : deux routes de plus vers Chambéry l’hiver prochain

aj_flybe e195

La compagnie aérienne low cost Flybe lancera l’hiver prochain deux nouvelles liaisons vers Chambéry, au départ de Norwich et de Doncaster.

Le programme d’hiver de la spécialiste britannique du vol pas cher, du 30 octobre 2016 au 25 mars 2017, comprend cinq nouvelles routes, dont deux vers la France. A partir du 17 décembre prochain, elle proposera un vol tous les samedis entre Norwich et l’aéroport de Chambéry-Savoie, opéré en Embraer 195 de 118 places : le départ est programmé à 15h20 (arrivée 18h20), avec « retour » des Alpes à 13h50 (arrivée 14h40). Le même jour, Flybe opèrera également une rotation hebdomadaire entre Doncaster-Sheffield Robin Hood et Chambéry, l’E195 décollant à 16h25 (arrivée 19h35) et repartant de France à 20h15 (arrivée 21h10). Aucune autre compagnie n’est présente sur ces deux axes, qui portent à six le nombre de ses routes directes vers Chambéry après celles au départ de Birmingham, Cardiff, Exeter et Southampton.

Flybe précise dans un communiqué qu’elle proposera l’hiver prochain jusqu’à 3000 vols par semaine sur 114 routes, dont trois autres nouvelles (Doncaster vers Düsseldorf, Cardiff vers Berlin-Tegel et Leeds vers Newquay). En outre, 24 lignes jusque là uniquement opérées en été seront prolongées durant la saison hivernale. Et « pour mieux servir les voyageurs d’affaires », les lignes entre les régions britanniques bénéficieront d’une connectivité améliorée, avec par exemple sept vols par jour entre Aberdeen et Manchester ou sept par jour entre l’Ecosse et Londres-City.

Flybe met également en avant les partages de codes qui évitent de passer par « les aéroports congestionnés de Londres » pour s’envoler vers le monde entier. Outre celui signé avec Air India, qui permettra à cette dernière de bénéficier de trois destinations au-delà de Birmingham (Belfast City, Edimbourg et Glasgow), elle dispose déjà d’accord avec neuf autres compagnies : Aer Lingus, Air France, British Airways, Cathay Pacific, Emirates Airlines, Etihad Airways, Finnair, KLM et Virgin Atlantic.

Rappelons que la low cost dessert également en France les aéroports d’Avignon, Bastia, Bergerac, Biarritz, Bordeaux, Brest, Caen, La Rochelle, Limoges, Lyon, Nantes, Nice, Paris (CDG et Orly), Perpignan, Rennes, Toulon et Toulouse. Au total elle opère cet été 216 routes dans dix pays (y compris les 34 opérées en franchise par Loganair, Stobart Air ou Blue Islands), depuis 37 aéroports britanniques et 38 étrangers. Sa flotte compte 52 Bombardier Dash 8-Q400, neuf E195, onze E175 et trois ATR 72-600 (plus 19 appareils en attente de livraison).

http://www.air-journal.fr/2016-05-16-flybe-deux-routes-de-plus-vers-chambery-lhiver-prochain-5163064.html

Commentaire(s)

  1. Quelqu’un sait si l’aéroport de Chambery, avec son flux important de voyageurs l’hiver, arrive à être à peu près rentable ?

    • Bonjour Stanislas, je ne sais pas encore ce que donne les résultats financiers annuels de CMF Airport saisonnier Hiver ni même celui de GNB Airport saisonnier lui aussi…Ce que j’ai remarqué depuis les 3 dernières saisons ( 2013 / 2014 / 2015 / 2016 ), moins de trafic et de gros porteurs…Les Cie RUSSES devenues spartiates sur les 2 aéroports,l’Europe du Nord moins présente, la majorité des vols à GNB proviennent de l’Angleterre, les Cie MONARCH et EASY JET en sont les principaux utilisateurs! une nuée de A319 / 320 / 321…Le plus gros avions aperçu à GNB: B757 / 300…CMF ne peut accueillir que le B757 / 200 ( Piste moyenne de 2020 mètres )GNB peut accueillir tous type d’avions ( Piste de 3050 mètres )Les rares Cie Françaises qui atterrissaient à GNB et CMF ( ASL AIRLINES & TRANSAVIA FRANCE ) cette saison terminée, n’ont pas été au rendez vous 2015/2016, et c’est bien dommage…Les résultats financiers seront connus pas avant la fin de l’année 2016…Mais déjà, la chute se fait sentir depuis 3 saisons…Wait & See…BS…

  2. Publié le 17 mai 2016

    L’aéroport de Chambéry se situe au bout d’une vallée avec le lac Du Bourget en butée juste avant la ville dont le survol est nuisant. Ne faudrait-il pas envisager de « déplacer » cette infrastructure plus loin, on pourrait aussi penser à lui donner un autre nom comme par exemple « Notre Dame des Montagnes »
    Enfin,Pour répondre à la question de Stanislas, les subventions publiques sont bien sûr indispensables.

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter