Air Austral affiche encore des résultats positifs

air-journal_Air-Austral-787-8-livraison

La compagnie aérienne Air Austral est restée dans le vert pour la troisième année consécutive, affichant une progression de 42% de son résultat d’exploitation sur l’exercice fiscal 2015-2016 par rapport à l’an dernier.

Dans « un contexte économique incertain avec une pression concurrentielle forte », la compagnie basée à l’aéroport de Saint-Denis de La Réunion présente un résultat d’exploitation positif de 9,81 M€ et un résultat net de 10,48 M€ pour l’exercice fiscal 2015-2016. Forte d’une part de marché de 35% sur l’axe Métropole-Réunion et de 68% sur le régional, Air Austral « maintient sa position de leader face à ses concurrents ». Une performance « encourageante qui confirme le redressement financier et économique d’Air Austral et qui lui permet d’envisager un nouveau développement ». Sur l’exercice clos au 31 mars 2016, la compagnie retient les faits marquants suivants : un contexte de forte concurrence entraînant une pression à la baisse de la recette unitaire, un allègement de la facture carburant atténué par les effets défavorables du change Euros / Dollars du fait du renchérissement du Dollar sur les coûts d’exploitation ; un trafic global en progression de 3% avec 1.023.985 passagers transportés ; le maintien d’une politique d’ajustement des capacités en fonction de la demande avec une offre en légère progression de 1%.

Air Austral a enregistré un chiffre d’affaires global compagnie de 345 millions d’Euros « en quasi stabilité par rapport à l’année précédente » (346,23 millions en 2014-2015), notant au passage le maintien de l’activité Cargo avec un chiffre d’affaires lui aussi équivalent à l’année précédente, et une « activité frètement en retrait par rapport à n-1 dû à la non disponibilité des appareils de la compagnie ». Elle souligne la poursuite de la réalisation du plan d’économie et d’un contrôle strict des charges d’exploitation, en diminution de 2% comparativement à l’exercice 2014-2015. Enfin le redimensionnement de la flotte avec la sortie du Boeing 777-200 LR s’est accompagné du « lancement de projets structurants » : l’arrivée de deux 787-8 Dreamliner en 2016, permettant le renforcement du réseau régional de la compagnie, la reprise d’une ligne directe Réunion – Bangkok et le lancement d’une ligne directe MayotteParis effective depuis le 10 juin 2016, mais aussi la remise au niveau de deux 777 300-ER avec de nouveaux aménagements cabines et nouveaux sièges attendus.

Marie-Joseph Malé, PDG d’Air Austral, déclare dans un communiqué : « avec l’ensemble du personnel, nous déployons depuis maintenant près de 4 ans une énergie phénoménale à la mise en œuvre d’une stratégie volontariste et rigoureuse conduisant Air Austral sur le chemin de la durabilité. Tout au long de l’exercice 2015-2016, nous avons œuvré dans un contexte économique et concurrentiel encore très difficile. Et je suis heureux de pouvoir présenter, pour la troisième année consécutive, un résultat positif : le fruit d’un travail commun, que je tiens à souligner tant il constitue une performance pour une compagnie de notre taille. L’année 2015-2016 a été une année de consolidation pour qu’Air Austral retrouve sa santé financière, mais aussi de préparation pour la conduire vers une nouvelle phase de son développement. Avec l’intégration cette année de deux Boeing 787 dans la flotte et l’arrivée de ses nouveaux 777-300 ER, Air Austral se dote de nouveaux atouts distinctifs avec un produit de dernière génération entièrement renouvelé. En même temps elle aura à faire face à d’importants enjeux opérationnels et financiers. La compagnie se prépare ainsi à relever le pari de la compétitivité et ce avec lucidité, prudence mais avec la créativité et l’enthousiasme qui la caractérisent. Je tiens pour finir, à rendre hommage à l’ensemble de nos clients et partenaires pour leur fidélité et soutien indéfectibles qui font aujourd’hui le succès d’Air Austral ».

air-journal air austral 787-8 dreamlinerActivité Passage :

En termes de part de marché, dans un contexte où le trafic global est en croissance de 3%, la compagnie améliore sa performance de 1 point en transportant, sur la période, 49% du trafic de l’aéroport Roland Garros. Elle reste le premier transporteur de la plateforme avec 29 points d’avance sur le second opérateur. Le trafic est progression sensible par rapport à l’exercice précédent dans un contexte où la compagnie a limité la croissance de son offre à 1%. Les vols commercialisés sur les différentes lignes de son réseau ont été occupés à 85% (en baisse d’un point) ce qui correspond à un trafic de 1.023.985 passagers transportés, auxquels il conviendrait de rajouter les passagers transportés par les compagnies partenaires dans le cadre des accords de partage de codes.

Sur la métropole

L’activité Passage sur la Métropole s’est déroulée dans un environnement concurrentiel exacerbé. 404.810 passagers ont été transportés, contre 405.766 en 2015 avec un taux d’occupation moyen sur l’exercice de 88%.  Enfin, en termes de part de marché, avec 35% du trafic transporté, la compagnie conserve sa  position de leader

Au niveau régional

Le réseau régional a fait montre d’un certain dynamisme au cours des 12 derniers mois. La capacité offerte est en croissance de 6% par rapport à celle de l’année dernière, et cohérente avec la production envisagée. Cela a généré une augmentation du trafic de 6%, avec un volume de 588.885 passagers transportés. Le taux moyen d’occupation sur la desserte régionale atteint 70%, au même niveau que le taux de 2014. La compagnie transporte 68% du trafic régional de et vers les aéroports de la Réunion.

Sur l’Asie

L’activité sur l’Asie se maintient laissant entrevoir de bonnes perspectives dans le cadre du dédoublement prévu en 2016 de la ligne Réunion-Chennai-Bangkok et de la mise en œuvre du direct Réunion-Bangkok. Le taux d’occupation des vols est de 75% soit quasi identique au taux d’occupation mesuré sur l’exercice précédent.

Activité Cargo :

Au cours de l’exercice, la compagnie a transporté 12.869 tonnes de fret, comparées à 13.128 tonnes l’année dernière. L’activité Cargo sur la Métropole est en baisse de 3%, tandis que sur le Régional, la croissance est de 5%, compte tenu de la bonne tenue du trafic sur Mayotte, Maurice et Madagascar, et du trafic complémentaire sur les Seychelles. La compagnie se positionne comme deuxième transporteur de Fret sur la plateforme Roland Garros, avec 35% de part de marché.

PERSPECTIVES

Après 3 années consécutives de résultats positifs, Air Austral aborde l’exercice en cours « avec confiance, réalisme et détermination ». La compagnie se fixe comme objectifs : d’abord, de réussir le redimensionnement de sa flotte afin d’optimiser ses coûts avions, et d’établir un vrai leadership en termes de qualité de produits et de services. Ceci passera par l’intégration dans la flotte de deux nouveaux 787-8 Dreamliner, l’arrivée de deux nouveaux 777-300ER prévue en octobre et novembre 2016, la restitution concomitante en avril et mai prochain des deux 777-300 ER en location depuis 2009. Ensuite, d’aborder la nouvelle phase de croissance profitable pour les années à venir avec l’ouverture de la ligne Paris-Dzaoudzi, la déconnexion de la desserte de Bangkok et de l’Inde, le renforcement des dessertes de Johannesburg, de Madagascar et des Comores. Enfin, de se préparer au renforcement prévisible de la concurrence sur son principal secteur d’activité, de l’ouverture éventuelle de nouveaux marchés aériens et de l’émergence inéluctable de nouveaux business modèles, et de renforcer ses fonds propres afin de préparer son autonomie financière.

http://www.air-journal.fr/2016-06-27-air-austral-affiche-encore-des-resultats-positifs-5165442.html

Commentaire(s)

  1. juju
    Publié le 27 juin 2016

    si les savants pilotes du SNPL s’en mêlent , c’est foutu …

  2. Publié le 27 juin 2016

    Air Austal , Air Caraibes , Air Tahiti Nui, Corsair et XL représente le pavillon français petite mais bien gérer et surtout réactive et ambitieuse le contraire de Air France qui est mal gérer avec des enfants pourrit

    • Tu devrais postuler à la direction d’Air France, cela les aiderait sûrement à améliorer leur gestion. En attendant, tu pourrais déjà apprendre à gérer l’orthographe.

    • ce qui tue air france ce sont ces syndicats, sans le snpl aujourd’hui transavia aurait aujourd’hui une flotte de plusieurs centaines d’avions, les pnts voleraient plus pour une remuneration equivalente , et les passagers seraient mieux pris en compte car pour les pncs desagreable cela serait la porte direct.

      • Prétendre que les PNC d’Air France seraient plus désagréables que ceux des concurrents relève de la pure diffamation. J’ai suffisamment voyagé, sur suffisamment de compagnies différentes, pour pouvoir affirmer que la qualité de service à bord des avions d’AF est de très bon niveau. Et que le professionnalisme de ses PNC n’a en tout cas rien à envier à ses principaux concurrents.

        Par ailleurs, je ne vois pas quel lien il pourrait y avoir entre l’amabilité des PNC, la meilleure « prise en compte des passagers », et le SNPL, qui est un syndicat de pilotes.

        Bref, vous racontez n’importe quoi.
        Des slogans de propagande patronale véhiculés par les médias aux ordres pour un public de beaufs jaloux qui ne raisonnent pas. Inintéressant.

    • Publié le 28 juin 2016

      Cie tenue à bout de bras par l’état & le contribuable ….ne rêvez pas sans recapitalisation cet exemple économique n’a aucune chance à long terme et en fonds propres !!!

  3. Publié le 27 juin 2016

    Pourquoi avoir arrêté la province ?

    • Publié le 28 juin 2016

      Simplement que les vols n’étaient pas rentables. CORSAIR a aussi essayé mais a abandonné. TGV Air c’est moins pratique pour les passagers mais moins risqué pour les compagnies.

      • Boeing 777-300ER - 29 juin 2016 à 22 h 01 min
        Boeing 777-300ER
        Publié le 29 juin 2016

        Les Boeing 777 étaient surdimensionnés pour la province, à l’instar des Boeing 747 de Corsair, mais des lignes Réunion-Province avaient parfaitement leur pertinence en particulier au départ de Marseille et de Lyon, villes qui comptent des habitants au pouvoir d’achat suffisamment élevé pour se payer des vacances à La Réunion mais aussi une forte communauté réunionnaise dans ces régions.
        Mais même avec des avions bien dimensionnés, les vols vers la Réunion sont difficilement rentables car tous les vols Métropole-Réunion se font de nuit et donc les avions restent stationnés toute la journée à Saint-Denis et dans le cas d’Air Austral, toute la journée en métropole ce qui coûte cher en redevance aéroportuaire.
        Seule XL se débrouille car sa formule est : « mes horaires sont pourris mais je m’en fiche car je suis moins cher que la concurrence qui vole de nuit ». Les vols de jour par XL sont mieux acceptés par la clientèle car en contrepartie, les prix sont moins élevés (en réalité, XL est cher par rapport à la prestation offerte mais ses concurrents le sont encore plus).

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter