Francazal accueille la maintenance d’ATR

air-journal_ATR maintenance Francazal

ATR a inauguré lundi son nouveau site dédié à la maintenance aéronautique à l’aéroport de Toulouse-Francazal, un bel exemple de reconversion pour l’ancienne base militaire fermée en 2009

L’avionneur franco-italien a officiellement ouvert le 4 juillet 2016 son site de maintenance, conçu « pour servir l’ensemble de ses clients dans le monde ». Il s’agit précisément des activités Part 145 : activités de maintenance, d’entretien et de réparation et des formations associées. Il sera aussi possible d’effectuer les formations pratiques (« On-job training ») de la Part 147 (maintenance, entretien, réparation) pour les techniciens envoyés par les compagnies aériennes. C’est depuis ce site que les équipes qualifiées d’ATR serviront les opérateurs en réalisant sur place les travaux importants, en liaison avec les bureaux d’études ou en préparant un détachement chez les clients. Enfin, l’activité « prototype » sera également basée à Francazal. Les deux prototypes (ATR 42-600 et ATR 72-600) y seront préparés afin d’effectuer les essais et les analyses de nouveaux développements.

ATR explique dans un communiqué qu’il a décidé d’investir de manière importante à l’aéroport de Toulouse-Francazal « pour disposer d’installations de qualité à long terme ». Tout en répondant aux obligations réglementaires aéronautiques, elles offriront d’excellentes conditions de travail à ses employés et à ses clients. « Des techniciens du monde entier viendront se former à l’aéroport de Toulouse-Francazal grâce à ces certifications Part 145 et 147. Pour ATR, ce nouvel outil était indispensable pour soutenir notre croissance. En offrant des services de qualité à nos clients, nous continuons à augmenter la fiabilité opérationnelle de nos avions » explique Patrick de Castelbajac, Président Exécutif d’ATR. « Nous sommes très fiers de ce nouvel ancrage dans la région toulousaine, il représente une preuve de plus du succès de notre partenariat depuis 35 ans ». ATR réalise à l’étranger 98% de son chiffre d’affaires, qui a battu un nouveau record l’an dernier avec 2 milliards d’euros.

ATR a réalisé les travaux de réhabilitation des installations industrielles en un temps record. Le hangar, qui pourra accueillir deux avions, nécessitait une remise en état complète et une adaptation à ses activités. Tout a été fait bien sûr pour assurer la préservation de l’architecture historique (structure de type Eiffel réalisée en 1934), le tout pour un montant estimé à 5 millions d’euros. ATR lance maintenant la construction d’un bâtiment de près de 1200 m² pouvant accueillir jusqu’à 80 personnes. Rappelons que Francazal est géré depuis 2014 pas SNC Lavalin ; selon son président Bertrand Bilger cité dans La Dépêche, « les sept hangars bordant le tarmac de Francazal sont déjà occupés et le site accueille 25 sociétés qui emploient de 200 à 250 personnes au total ».

ATR a livré l’année dernière 88 avions des familles 42 et 72 ; il espère dépasser la barre des 90 livraisons cette année.

air-journal_ATR 72-600 USA

http://www.air-journal.fr/2016-07-06-francazal-accueille-la-maintenance-datr-5165911.html

Commentaire(s)

  1. manno
    Publié le 6 juillet 2016

    Bonjour le seul problème de l atr .qu’on appelle la terreur c’est cet avion est vraiment très très lent .et pas assez d autonomie. C est vraiment dommages sunon très belle machine.

    • Du bon usage de l'ATR - 6 juillet 2016 à 13 h 53 min
      Du bon usage de l'ATR
      Publié le 6 juillet 2016

      Cet appareil n’a PAS été conçu pour aire de longs segments de vol….
      Ceux qui veulent l’utiliser sur des vols longs sont dans l’erreur…
      Moyennant sur des vols courts voire très courts, l’autonomie est plus que suffisante pour effectuer un/deux/ ou plus aller-retour sans ravitaillement, et la vitesse est sans objet par nature sur ce type de segment de vol…

      Tout comme la plus belle dame qui ne peut donner que ce qu’elle a, l’ATR ne peut être bon que dans ce pour quoi il a été conçu………comme tous les avions d’ailleurs!!!

  2. Tap Portugal utilise des 42600 entre Nice et Lisbonne des fois…

  3. lechavenois
    Publié le 7 juillet 2016

    la plateforme atr72 est amenée à évoluer, de plus Airbus l’aurait choisi pour intégrer l’hybride dans l’aéronautique….

  4. VONFRITSCHTHOFEN - 7 juillet 2016 à 5 h 16 min
    VONFRITSCHTHOFEN
    Publié le 7 juillet 2016

    Une super grande idée, voilà quoi faire des bases abandonnées, les structures sont là, et l’état y trouve son compte .
    @ MANO, ATR la terreur, pas trop; pour en avoir 4000h y a d’autres machines qui doivent bien plus faire trembler , cf aviation herald les pb rencontrés par les Q 400 sont quasi hebdomadaires . Pour l’ATR il ne fait pas la une . Bon, c’est pas parce qu’un navigant a coupé le mauvais moteur sur l’un et a été médiatisé à outrance qu’il faut frémir . on peut aussi l’appeler la théière c’est moins discriminant .

  5. juju
    Publié le 7 juillet 2016

    Ou « la Grise » dans les avions de transport militaires …

  6. Publié le 7 juillet 2016

    L’avantage de l’ATR c’est qu’il est tres économique en maintenance et surtout qu’il peut decoller et atterrir sans problèmes dans de tres mauvaises conditions météo ce qui n’est le cas des avions a reacteurs.

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum