Raids sur Ryanair en Allemagne

air-journal_Ryanair aircrafts

Six bases de la compagnie aérienne low cost Ryanair en Allemagne ont fait l’objet de perquisitions, dans le cadre d’une enquête sur des soupçons de fraude et sur les conditions d’emploi de pilotes notamment via les agences Brookfield Aviation et McGinley Aviation.

Les aéroports de Francfort-Hahn, Cologne-Bonn, Düsseldorf-Weeze, Berlin-Schönefeld, Brême et Karlsruhe-Baden Baden, où la spécialiste irlandaise du vol pas cher a installé des bases, ont fait l’objet de perquisitions menées par des douaniers le 5 juillet 2016, ont annoncé hier les autorités judiciaires à Coblence. Les deux agences de recrutement britanniques sont soupçonnées de fraude fiscale et de dissimulation de revenus, tandis que des pilotes (dont deux domiciles ont également été perquisitionnés) seraient visés pour fraude aux cotisations sociales. Au moins 35 procureurs et fonctionnaires de la douane ont interrogés pendant plusieurs heures des pilotes et d’autres employés de Ryanair ; aucune mise en examen n’a été annoncée, mais de nombreux documents et ordinateurs auraient été saisis.

Ryanair a confirmé être au courant des raids, affirmant qu’elle n’était « visée par aucune enquête fiscale » et qu’elle va coopérer avec la justice allemande. Dans un communiqué, la low cost rappelle qu’elle « exige de tous ses pilotes, employés directement ou par les agences, d’être en règle avec les lois fiscales » des pays où ils sont employés. La presse cite toutefois des procureurs selon qui c’est bien le système Ryanair qui est au cœur de l’enquête, et en particulier les gains fiscaux résultant du non-salariat des pilotes qui volent pour elle.

Près de 1600 contrats équivalents au statut d’auto-entrepreneur français auraient été délivrés à des pilotes de Ryanair par les sociétés Brookfield Aviation (poursuivie en particulier par la sécurité sociale allemande) et McGinley Aviation, permettant à la compagnie de ne pas avoir à payer de cotisations sociales ou d’arrêts maladie. Le syndicat de pilotes Cockpit a déclaré hier à Die Zeit espérer que l’enquête en cours mettra fin à ce « modèle inéquitable de contrat de travail ». De son côté, le Ryanair Pilot Group a de nouveau mis en avant l’impact de ces contrats sur la santé des pilotes et donc la sécurité des vols ; la low cost a automatiquement rappelé que ce groupe « est composé de pilotes dont aucun ne vole pour Ryanair », et qu’elle n’a jamais connu d’accident.

http://www.air-journal.fr/2016-07-07-raids-sur-ryanair-en-allemagne-5165930.html

Commentaire(s)

  1. J’adore la dernière phrase : »…et qu’elle n’à jamais connu d’accident »
    Ils devraient plutôt dire « jamais ENCORE connu d’accident »..
    Ils reconnaissent ainsi du bout des lèvres que cette « pratique » peu orthodoxe est pour le moins risquée mais fonctionne…pour l’instant.
    A dégager!!!

  2. Lso
    Publié le 7 juillet 2016

    Et ce n’est que l’arbre qui cache la foret.

    Ryanair la specialiste du contournement des droits et devoirs sociaux europeen. Ca sonne mieux.

  3. – le Ryanair Pilot Group […] la low cost a automatiquement rappelé que ce groupe « est composé de pilotes dont aucun ne vole pour Ryanair »,
    Aucun? En sont-ils certains?
    Selon le RPG, plus de 50% des pilotes de Ryanair de toutes catégories (CDB, OPL, types de contrats) y sont enregistrés…discrètement! Et pour cause…

  4. Les millions d’européens qui ont découvert le transport aérien et l’Europe grâce à Ryanair compensent bien quelques centaines de pilotes certes exploités mais consentants, qui auraient été au chômage sans Ryanair.

    Si on en était resté au monopoles nationaux comme Air France le fut, le transport aérien serait resté un produit de luxe au profit de pilotes sur protégés et sur payés. Ryanair a au moins eu le mérite de casser cette injustice. Ryanair a construit l’Europe en permettant aux jeunes européens de se rencontrer et maintenant de pleurer après malheureux Brexit.

    • Je suis certains que les cotonniers américains se disaient eux aussi de grands humanistes, en permettant grâce aux esclaves africains, que les petits américains puissent avoir des habits en coton à bon prix.

    • Et n’oubliez pas que 70% des consommateurs, dont vos « jeunes européens » sont des salariés de plus en plus précarisés et inquiets des conséquences des dérégulations votées à Bruxelles. Ce qu’ils gagnent d’un côté, ne le perdent-ils pas de l’autre…, au profit de ceux qui gagnent à tout coup, eux …

  5. En lisant ce magnifique article ça me rappelle lors de la sortie du livre « Ryanair. Low cost mais à quel prix? » tous les montages financiers mis en place par Ryanair afin d’optimiser fiscalement ses revenus.

    Mais quand on sait que Michael O’Leary avant d’être chez Ryanair travaillait pour une multinationale d’audit, de conseil et fiscale qu’est KPMG, on ne doit pas s’étonner que tout est fait pour ne rien payer en plus que le minimum aux impôts.

    Même si parfois ils se font attraper comme en Allemagne il y a 4 ans quand ils déclaraient un MTOW (poids maximum) plus faible que la réalité afin de payer moins de taxes d’atterrissage.

    Ce que je crains c’est que pour s’attaquer à un géant comme Ryanair, le fisc préfère s’attaquer aux employés, qui eux sont plus faciles à condamner que le réseau de sociétés que représente Ryanair.

    Et Ryanair ment en disant qu’ils n’ont pas eu d’accident, sauf si ils jouent sur les mots, ce dont je n’ai aucun doutes, avec eux il faut toujours lire les petits caractères. Ils veulent dire soit que ce n’est pas Ryanair, mais une holding, pourquoi pas, tant qu’à mentir, ou peut-être qu’ils n’ont pas eu d’accidents mortels.
    Mais des collisions aux sols ou même une sortie de piste font qu’ils n’ont pas eu de morts qui sont dû à leurs opérations mais ça reste des accidents.

    En définitive, on sait que Ryanair ne joue pas le jeu, on sait qu’ils trichent et qu’ils mentent mais ils ont de très bons avocats qui font qu’on peut presque rien leur faire.

  6. GAMIN : Je suis entièrement d’accord avec vous mais pas au prix de la sécurité.
    Les Low Cost, oui bien sûr et c’est un phénomène incontournable aujourd’hui mais pas cette compagnie aux pratiques mafieuse!!!
    A quoi sert vraiment cette P…d »Europe??

  7. Pet
    Publié le 7 juillet 2016

    Il semblerait que Ryanair commence à intéresser le fisc. Allemand pour commencer, d’autres suivraient??
    Aussi indigne que l’on puisse juger la politique du personnel, immorale la fiscalité etc.. Tout est légal, même si parfois à la limite de cette légalité.
    Cette P.. d’Europe applique des lois votées nationalement et à Strasbourg par des députés élus par nous..

  8. flyrelax
    Publié le 7 juillet 2016

    avant d’être recruté par le propriétaire et patron de Ryanair, David Bonderman, son directeur Michel O’Leary (qui ne detient que 4% de la compagnie) travaillait effectivement chez un des big five de l’audit, KPMG

    le modèle fiscal et social de Ryanair a pris un premier coup dans les oreilles à Marseille et, soyons en sur, les allemands vont suivre

    Al Capone n’a t il pas été vaincu par les poursuites pour fraude fiscale ?

  9. flyrelax
    Publié le 7 juillet 2016

    au fait Ryanair, contrairement a ce qui se dit, a perdu un avion a Rome…. mauvaise interpretation des messages informant de la présence d’oiseaux, on y va quand même 737 a la casse sans pertes humains

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum