Grève des PNC Air France : moins de vols assurés ce jeudi

air-journal_Air France PNC hotesse Affaires

Après un premier jour de grève de ses hôtesses de l’air et stewards à peu près conforme à ses prévisions, la compagnie aérienne Air France pense pouvoir assurer ce jeudi plus de 80% de ses vols intérieurs, plus de 70% de ses vols moyen-courriers de et vers Paris-CDG, et plus de 90% de ses vols long-courrier. Les syndicats SNPNC-FO et UNSA-PNC crient à l’intox, et annoncent un impact beaucoup plus important lors du pic d’activité du weekend.

Au deuxième des sept jours de ce que le nouveau PDG d’Air France-KLM appelle un mouvement « extrêmement regrettable et agressif », la compagnie nationale française « compte tenu d’un taux de personnels de cabine grévistes estimé à 36% pour cette journée » (37% mercredi) prévoit pour ce jeudi 28 juillet 2016 d’assurer un peu moins de vols qu’hier : plus de 90% sur le long-courrier (92%), plus de 80% sur le réseau intérieur 90% hier) et plus de 70% sur le moyen-courrier de et vers l’aéroport de Paris-Charles de Gaulle (80% hier). Air France rappelle que « ponctuellement » des annulations et des retards de dernière minute ne sont pas à exclure, des difficultés dans la composition des équipages étant également susceptibles d’entraîner des limitations dans le nombre de passagers par vol. Les vols AF opérés par un avion d’une autre compagnie, dont HOP!, KLM et Delta Air Lines, ne sont pas concernés par ce mouvement, pas plus que ceux de la filiale low cost Transavia France.

Quelque 30.000 passagers devraient donc être affectés au deuxième jour d’une grève censée durer jusqu’au 2 août, dont 27.000 en raison de l’annulation de leur vol. Sur le long-courrier en particulier, ce sont les liaisons vers Bangalore, Houston, Séoul, Brasilia, Los Angeles qui sont affichées en rouge ce jeudi ; 150 vols moyen-courriers et 70 intérieurs seraient également annulés. Air France aurait en outre mobilisé 200 cadres PNC pour limiter l’impact de la grève.

Si le nouveau PDG d’Air France-KLM Jean-Marc Janaillac promet dans le Figaro de « consacrer son énergie à rétablir la confiance avec les syndicats », ces derniers contestent sans surprise les chiffres avancés sur le nombre de grévistes ou l’impact réel de leur action. Dans un communiqué commun intitulé « Halte à l’intox » mis en ligne hier, le SNPNC-FO et l’UNSA-PNC (45% des voix dans la compagnie) expliquent que le mouvement connait un « franc succès ». « Comme elle l’avait fait pour la grève PNT », Air France selon eux « désinforme outrageusement en annonçant 35% de grévistes aujourd’hui. Souvenez-vous, pour les pilotes elle annonçait 20% alors que 60% avaient cessé le travail » ; ils affirment que « ce sont 50% de grévistes déclarés par rapport à l’effectif engagé sur le 27 juillet (1500 PNC engagés environ). A cela il faut rajouter toutes les déclarations sous IPN dont nous n’avons pas les retours ». Mercredi, 175 vols ont été annulés en amont selon les deux syndicats, 175 vols étaient limités (débarquement de passagers), et « de nombreux vols sont également annulés à chaud » par exemple à l’aéroport de Montpellier où 70% des vols vers et depuis Paris étaient annulés. Pour les syndicats, les statistiques présentées par Air France incluent « tous les vols, HOP, codes share, vols retours d’escale afin de minimiser artificiellement l’impact pourtant bien réel sur le terrain ». Et ils soulignent évidemment les résultats financiers présentés par Air France-KLM, qui « continuent de s’améliorer fortement. La dette diminue encore de 300 millions d’euros et le résultat d’exploitation s’est amélioré de 580 millions d’euros par rapport à 2015 », demandant pourquoi la compagnie « refuse de garantir nos conditions de travail et de rémunération sur une période décente? ». Avant donc de demander aux PNC de rester mobilisés, « seul le rapport de force peut nous permettre d’aller chercher l’Accord collectif décent que nous méritons ».

Rappelons que les deux syndicats exigent que l’accord collectif actuel des PNC, qui arrive à échéance en octobre, soit prolongé plus longtemps que les 17 mois proposés par la direction. La direction d’Air France a fait savoir hier que la porte des négociations restait ouverte, tout en soulignant que la position des syndicats doit évoluer « afin de parvenir à un compromis ». Le directeur financier d’Air France-KLM Pierre-François Riolacci a de son côté estimé que cette grève « coûtera quelques dizaines de millions d’euros, probablement plus que les 40 millions de celle des pilotes en juin ».

http://www.air-journal.fr/2016-07-28-greve-des-pnc-air-france-moins-de-vols-assures-ce-jeudi-5166818.html

Commentaire(s)

  1. lola

    Dans ma boîte si on me sucre les avantages c’est sûr que je faisbgree car si je compte sur le soutient du public, je peux toujours me brosser. Donc je n’ affectionne pas forcément AF mais je ne leur en voudrai pas de défendre leurs intérêts.
    Peu importe la date il y aura toujours des mécontents.
    Ce n’est pas parce que nous n’avons pas d’avantages dans nos domaines d’activités que nous devons souhaiter la fin des avantages d’autrui…

    • Justin Fair

      Ah ça, ce n’est pas dans la mentalité française…

    • Fly14

      Vous avez beau comprendre et trouver normal le mouvement de grève ; il n’en est pas moins qu’à votre niveau, vous ne prendrez pas AF pendant cette période de conflit et qu’à moyen terme, vous privilégierez inconsciemment la concurrence de plus en plus par crainte de grève.
      Le salarié AF défend ses avantages à court terme, certes. Mais il affaiblit sa société à long terme, réduit le gateau à se partager, les investissements, voire provoque la perspective de son propre licenciement.
      Moi aussi, j’aime les avantages et une confortable rémunération et c’est pour ça que j’ai démissionné pour trouver des conditions de travail encore meilleures mais la contestation systématique, ça me dépasse.
      D’autre part, si vous connaissiez bien le milieu aérien,si vous connaissiez bien le groupe AF, vous sauriez qu’il est plus qu’urgent d’agir. Comment accepter un tel de différentiel de compétitivité et ne rien faire par manque de courage, c’est irresponsable. Beaucoup ignorent tout du contexte, beaucoup se disent « après moi le déluge » mais la seule chose certaine, c’est qu’AF va droit dans le mur.

  2. Jimmycdg

    Le nombre de commentaire pour dénigrer systématiquement la grève pour quelque raison que ce soit est dangereux pour la démocratie. Ces gens là feraient mieux d’aller vivre dans des pays où le salarié ne s’exprime pas…

    • En Suisse, on a prouver qu’on peut avoir de la démocratie directe, tout en ayant pas systématiquement recours à la grève comme unique moyen d’exprimer des revendications. Il y a d’autre moyens comme la démocratie directe justement. Certes, le droit de grève est important, mais il ne faut pas oublier que c’est les clients qui paient les salaires. Le stress et la frustration qu’engendre ces mouvements peut facilement faire fuir beaucoup de clients (et non pas usagers) Ces personnes sont en train de casser leur outil de travail. C’est vraiment dommage de s’auto-détruire

    • Fly14

      C’est déjà le cas et les choses là bas me semblent bien plus normales. Je ne regrette pas le laxisme, le manque d’opportunités, les discours comme le votre. Vous pardonnez tous les excès au nom de la démocratie ; si on doit laisser tout dégénérer parce que le peuple a décider d’en faire le moins possible, a décider des figer les choses et de ne pas évoluer, c’est une bien piètre vision de la démocratie.
      Figurez vous qu’avec le recul, je trouve les gens biens plus ouverts ailleurs. La démocratie ne rend pas les français meilleurs et les peuples des monarchies ne sont pas moins respectables que les autres.
      La grève est devenu du chantage, bien loin de l’esprit du début. Et quand une démocratie excuse toutes les faiblesses, elle est en bout de course et laisse forcément sa place a un système peu réjouissant. Une démocratie, ça se mérite, ça se respecte, ça exige de la responsabilité.

    • C’est pas faux mais commenter sur le fait que les grèves ne sont pas employées à bon escient est une bonne chose car permet de partager un point de vue externe. De plus une bonne démocratie se doit de laisser s’exprimer le mécontemetn de tous et de toute y compris des usagers/client.

  3. Alex Le Grand

    Bien sûr on peut s’interroger, critiquer et détester cette grève. Si ces motifs semblent fort discutables à certains, on imagine mal des salariés faire grève dans le seul but d’em….. les clients. Il y a forcément des raison, un ressenti et un gros malaise.

    La grève est suivie et si AF fait de (très/trop) nombreux communiqués pour donner des chiffres annonçant des annulations assez faibles, allez voir le site ADP ou regardez le site AF et vous verrez qu’en pratique le nombre de vols annulés est bien plus important que déclaré. Encore une fois, pour ses stats AF compte tous les vols des autres compagnies portant également un numéro de vol AF, ce qui biaise tout et retire toute signification à ces données.

    Ce qui est encore plus fascinant, comme toujours, et de voir les reprises de la presse. Tous les journalistes reçoivent des communiqués de la direction qu’ils recopient et récitent avec célérité. En effet, l’arme atomique de la Direction de la Communication est sortie et tellement importante pour les départs en congés de certains journalistes : les « N1G avec surclassement par personne autorisée ». Autrement dit des billets Eco gratuits avec surclassement en Affaires voire en Première. Le service de Presse gère parfaitement, tout bon journaliste qui recopie bien aura ce petit retour de la compagnie, pour lui et sa famille. Des noms ??? voyez l’enregistrement de certains vols…
    Heureusement que sur ce site on peut indiquer que les annulations sont bien supérieures.

  4. Monsieur fly 14 , vous avez l’air de tout connaître, enfin pas grand chose , la différence de compétitivité informez vous monsieur : concurrence déloyale avec les compagnies du golfe, les taxes , les charges, personnel navigant jetable etc etc… Et pour le manque de courage et d’irresponsabilité, renseigné vous sur les efforts de productivité déjà consentis, mais vous avez raison , vivement un personnel sans motivation , sans sourire, sans compétences, qui ne parlera plus avec vous ( fatigue et démotivation) qui vous laissera seul face à vos malaises cardiaque, vos bobos, vos stress , vos faims, il vous laisserons prendre un extincteur en cas de soucis , et puis surtout guidée les passager en cas d’évacuation, et ça a toute heure du jour , de la nuit de week end , des jours fériés non rémunérés.. Alors Mr fly 14 je pourrais m’étendre encore et encore et pourquoi ne pas parler de ces patrons copains politiques qui détruisent nos valeurs françaises….

  5. Nostalgic

    Il est clair que cette grève pénalise les clients (et la période de grève a été choisie pour les embêter au maximum, qu’on ne vienne pas prétendre le contraire); mais il est clair aussi que si la direction cède, le client sera encore davantage pénalisé, à long terme. Car c’est lui qui, en fin de compte, paie les salaires du personnel; sauf évidemment s’il choisit une autre compagnie pour ses déplacements …

  6. En dehors de toutes consideration politco-syndicale , il se passe des choses surprenantes chez AF ,
    hier j’étais à l’aéroport de Montpellier et ai discuté avec un équipage non gréviste , cet équipage entièrement non greviste devait assurer 3 étapes MPL-ORY-MPL-ORY en 319 , AF a annulé la dernière rotation ORY-MPL-ORY et n’a pas reprogrammé l’equipage qui a été libéré à l’issue de la première étape.
    AF a par ailleurs annulé les vols Paris-MPL assurés avec des avions HOP ( sont-ils en grève ?….pas au courant) ….ce qui fait que Montpellier s’est retrouvé avec seulement 2 vols programmés hier vers Paris.
    Curieux n’est-ce pas ?
    (je précise que je ne travaille pas pour AF)

  7. Vincent 69

    Allez, les syndicats, encore un petit effort, et je suis certain que vous aurez la peau d’AIR FRANCE, comme de tant d’autres entreprises avant elle.

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum