Delta Airlines exige-t-elle le monopole dans les comparateurs tarifaires ?

air-journal_Delta Air Lines A321 Hambourg

Pour contrôler la distribution et les tarifs, la compagnie américaine Delta Airlines interdit désormais aux agences de voyage en ligne (OTA, Online Travel Agency) d’afficher ses billets sur les comparateurs de prix.

« Delta contrôle en permanence son portefeuille de distributeurs, y compris les agences en ligne, et à ce jour, nous n’avons pas pris de décisions quant à l’expansion de notre empreinte commerciale en France ou en Europe via des comparateurs de vente (metasearch). En conséquence, Delta n’autorise actuellement pas les agents de voyage à redistribuer son contenu aux metasearch », indique la compagnie américaine dans sa mise en demeure aux OTA françaises.

Interrogé à ce sujet, le voyagiste Bourse-des-vols.com nous confirme avoir reçu une lettre de Delta, avec un ultimatum fixé « au plus tard le 29 Juillet 2016 » : les OTA avaient donc jusqu’à hier dimanche pour s’exécuter sous peine de se voir couper l’accès aux banques de données tarifaires de Delta Airlines. Et selon nos confrères L’Echo du tourisme, American Airlines a sommé également Bourse-des-Vols.com d’arrêter la distribution de billets d’avion via les comparateurs de prix. « Nous avons constaté que Bourse des Vols redistribue le contenu d’American Airlines via liligo.fr, ce qui n’est pas autorisé dans notre contrat… Nous vous demandons par la présente de bien vouloir cesser immédiatement ces pratiques de redistribution à des comparateurs de vols », écrit American Airlines dans sa lettre publiée par L’Echo du tourisme.

Pourquoi chercher à interdire l’affichage de leurs billets par les OTA sur les comparateurs de prix ? Delta Airlines et American Airlines tenteraient de contrôler la distribution des billets… et d’en avoir à terme le monopole ? Effectivement, en l’absence des offres des OTA, les consommateurs français qui consultent les comparateurs ne seront plus dirigés vers les voyagistes en ligne mais uniquement vers les sites des compagnies aériennes. Concrètement, ces dernières ne cherchent pas à disparaître des résultats des comparateurs de vols. Elles souhaitent plutôt y sortir seules, sans les tarifs des agences de voyages en ligne qui sont concurrentes de leur site Internet où elles vendent leurs billets en direct.

La mise en place d’une telle politique commerciale entrerait en contradiction avec les directives de l’Union Européenne qui condamnent toute forme de monopole de la distribution. « Cette lettre comminatoire d’une compagnie aérienne américaine, très liée à l’opérateur historiquement dominant Air France, pose des questions de droit dans la Communauté européenne. Le Snav se penche sur la question.  Il appartient aux services en charge de la concurrence [la DGCCRF, ndlr] d’apprécier la légalité de cette exigence de l’exclusivité qui réduit le choix du consommateur », déclare à Air-Journal, Fabrice Dariot, le PDG de Bourse-des-vols.com, rappelant que la vocation d’une agence de voyage en ligne est de proposer le tarif le plus bas, parfois en mélangeant les offres de plusieurs compagnies aériennes pour faire jouer la concurrence entre elles.

Contactée également par Air-journal, Béatrice de Rotalier, la Directrice chez Delta France, a refusé de répondre à nos questions. « Pour des raisons que vous comprendrez, Delta ne fait aucun commentaire sur les relations spécifiques que nous entretenons avec les agences de voyage. Nos politiques de distribution via les agences de voyage sont édictées en vue du consommateur. Dans cette optique, nous nous assurons que l’information relayée sur nos produits est claire, exacte et largement disponible pour le client. L’approche de Delta est en parfaite conformité avec les lois applicables localement », a-t-elle expliqué.

Selon nos informations, le Service national des enquêtes de la DGCCRF a été saisi de l’affaire par une fiche de signalement. Mais à l’heure où nous publions cet article, la DGCCRF n’a pas encore officiellement communiqué sur ce litige.

http://www.air-journal.fr/2016-08-01-des-compagnies-americaines-tentent-de-controler-la-distribution-sur-le-net-francais-5166971.html

Commentaire(s)

  1. un plus de 3000 h de vol - 1 août 2016 à 13 h 43 min
    un plus de 3000 h de vol
    Publié le 1 août 2016

    « Pot de Terre contre Pot de fer » Les américains ont toujours gagnés dans ces actions ……pour preuve les amendes de plusieurs milliards de Dollars payées aux US pour les banques européennes ayant transgressés leur « Oukase » concernant des sanctions vers des pays tiers (Iran par exemple), et des condamnations de Sociétés Européennes suspectées d’ententes commerciales anticoncurrentielles …
    Seules les plaintes croisées d’Airbus et de Boeing sur des aides publiques respectives sont l’objet d’un statut-quo et fait partie du « Je te tiens , tu me tiens ..par la barbichette …! » Risible
    L’hégémonie US se prenant pour les Maitres du Monde , devrait rendre prudent l’Europe concernant les pressions sur un Marché Unique entre Europe et US …

    • Tout à fait exact. Et ce n’est pas la menace d’arrivée au pouvoir de Trump qui risque d’améliorer les choses, bien au contraire. Et si l’UE tente de mettre au pas de la réglementation européenne une cie américaine, il ne faudra pas bien longtemps pour que toutes les Cies européennes se retrouvent devant les tribunaux américains avec à la clé des amendes record pour n’importe quel prétexte, fallacieux si possible.
      Chantage quand tu nous tiens..

    • Il ne faut pas oublier le contrat du siècle des ravitailleurs que Boeing sans aucun fondement juridique a fait annulé et a remporté par la suite ; du vol, tant que les européens ne répondront de la même manière cela continuera

  2. Comme American Airlines,on ne trouve pas les prix sur les comparateurs.

  3. Il y a une réponse simple pour le consommateur: le boycott!

    • le boycott des OTA oui !
      Ces pseudos agences n’apportent rien au client !
      Ce sont juste des intermédiaires qui finalement, sont payés par les clients et sur internet, on a pas besoin d’intermédiaires qui placent les résultats en fonction de ce qu’ils gagnent et non en fonction de l’intérêt du client !

  4. Vincent 69
    Publié le 1 août 2016

    Sachant que les comparateurs sont tout sauf fiables, peu s’en plaindront.

  5. Pet
    Publié le 1 août 2016

    Comme toute entreprise un peu sérieuse, Delta souhaite, à raison, contrôler sa distribution pour renforcer sa profitabilité.
    Et par conséquent évacuer les agences ( les plus nulles souvent sur le web, composées d’un gars et demi sur un tabouret de cuisine)qui ont des exigences de premier de la classe.
    Delta a bien raison de ne pas répondre aux « demandes »de qques uns qui s’agitent comme des mouches ds un bocal.
    LH avait rencontré des remarques imbéciles identiques venant des mêmes il y a un an environ.
    La DGCCRF ne fera rien, n’ayant aucune matière sérieuse à étudier.

  6. Un voyageur
    Publié le 2 août 2016

    Le comparateur le plus fiable est bien Google flight

  7. HAWK18
    Publié le 2 août 2016

    Ces intermédiaires ne servent à rien et s’engraissent sur le dos de la bête. Ils sont d’ailleurs sources de nombreux litiges avec les consommateurs.
    Le mieux reste effectivement d’acheter directement sur le site des compagnies, en faisant jouer la concurrence et en guettant les promos.

  8. pour moi le meilleur site est ita software de google, aussi accessible sous appellation matrix ou onthefly, on a tout y compris les consitions detaillés de chaque tarif en particumier les clauses tres interessantes telles que les possobilites de stopover qu on ne trouve nulle part sauf sur quelques tres grands operateurs comme travelocity/sabre, et comme ict software ne propose pas la vente on est dirigé automatiquement vers la cie elle meme et c est tres bien ainsi; on a toute l info et ensuite on va acheter so billet »à la source » si je puis dire; d aimleurs je me demande avec internet à quoi servent encore les agences de voyage quand il s agit d acheter des voles secs pu des chambrss d hotels, sans package…

  9. desole pour les fautes de frappe il fallait lire : « conditions », « possibilités », et c est bien  » Ita »

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum