Aeroflot 20 fois par jour entre Moscou et St Petersburg

air-journal_Aeroflot A320 sharklets closeup

La compagnie aérienne Aeroflot va ajouter à l’automne trois vols quotidiens à sa desserte entre Moscou et Saint-Pétersbourg, la plus chargée de son réseau. Elle vient de publier des chiffres semestriels marqués par la multiplication par deux de son bénéfice opérationnel, un profit net remplaçant la perte affichée à la même période l’année dernière.

A partir du 30 octobre 2016, la compagnie nationale russe portera de 17 à 20 le nombre de rotations quotidiennes proposées entre sa base à Moscou-Sheremetyevo et l’aéroport de St Petersburg-Pulkovo, les trois vols supplémentaires étant assurés en Airbus A320 bi-classe avec départs de la capitale à 12h15, 16h55 et 21h40. Aeroflot proposera alors des décollages de Moscou échelonnés entre 1h00 (arrivée à 2h20) et 22h45 (arrivée 0h05), les vingt vols retour quittant St Petersburg entre 4h30 (arrivée 5h45) et 23h50 (arrivée le lendemain à 1h05). La plupart de ces rotations sont opérées en A321.

Aeroflot, dont la filiale Rossiya dessert Pulkovo depuis l’aéroport Vnukovo, est en concurrence sur cet axe avec S7 Airlines (Domodevovo), Ural Airlines (Domodedovo), UTair (Vnukovo) et Gazpromavia (Vnukovo).

La compagnie de l’alliance SkyTeam a expliqué les bons résultats financiers semestriels publiés le 1er aout par une hausse du trafic passager de +12,2% par rapport à 2015 à 13,4 millions de passagers (+10,3% à 19,7 millions de passagers pour le groupe Aeroflot, qui inclut Rossiya donc, Orenair, Donavia, Aurora Airlines et la low cost Pobeda). La seule Aeroflot a vu son trafic international progresser de +6,7% pendant les six premiers mois de l’année, tandis que le trafic intérieur bondissait de +18,3% (+7,1% et +12,7% respectivement pour l’ensemble du groupe). La flotte globale s’est enrichie sur cette période de trois Boeing 737-800, trois 747, trois 777-300ER, cinq Sukhoi SSJ100 Superjet, un Airbus A319, quatre A320 et trois Bombardier Q400 (ont été retirés dans le même temps cinq A319, deux A320, quatre A321, un 737-800 et un 767), soit neuf avions de plus qu’à la fin juin 2015 pour un total de 267 appareils.

Les revenus ont augmenté de +24,0% par rapport au premier semestre 2015, précise un communiqué du groupe, tandis que les coûts de progressaient que de 18,5% : Aeroflot affiche un bénéfice opérationnel multiplié par 2,14 « grâce à un management effectifs des coûts et des volumes de trafic passager en hausse ». Le profit net s’établit à 8,013 milliards de roubles (107 millions d’euros) contre une perte de 1,06 milliard de roubles au premier semestre 2015, aidé par la vente d’appareils et le retour des acomptes pour l’acquisition d’avions non livrés. Le CEO adjoint au commerce et aux finances du groupe Shamil Kurmashov précise dans le communiqué qu’une part importante de ces résultats positifs est due à la numérisation des processus de management (gestion des capacités et des coûts) lancée l’année dernière, ainsi qu’à des effets de change positifs. Il maintient les prévisions d’une année 2016 dans le vert, qui permettra à Aeroflot de « recommencer à payer des dividendes aux actionnaires ».

http://www.air-journal.fr/2016-08-03-aeroflot-20-fois-par-jour-entre-moscou-et-st-petersburg-5167116.html

Commentaire(s)

  1. Un superbe pied-de-nez à l’embargo européen..Bravo!!!

    • un plus de 3000 h de vol - 3 août 2016 à 9 h 04 min
      un plus de 3000 h de vol
      Publié le 3 août 2016

      Et pour nous Lyonnais , …il y a même une ligne directe Aéroflot entre Lyon Saint Exupery et Moscou Sherementeyvo,

      • mc
        Publié le 3 août 2016

        4 vols par semaine pour Lyon-Moscou, c’est un audacieux pari… mais gageons qu’Aéroflot, qui avait déjà assuré la liaison en 1992/1994, a pu apprécier l’évolution du marché sur cette ligne. En tout cas, elle répond à ce criant besoin d’expansion intercontinentale du réseau aérien de Lyon Saint-Exupéry, évoquée avec une régularité de pendule depuis deux ou trois décennies dans toutes les interviews des dirigeants aéroportuaires et économiques de la région Rhône-Alpes, mais qui tardait à se réaliser.
        Reste à voir comment vont se comporter les voyageurs devant leur écran au moment de commander leur vol ! Si Lyon-Moscou via Francfort, Paris-CDG, reste moins cher, l’escale ne sera pas forcément considérée, pour tous les candidats au voyage vers la Russie, comme un gros inconvénient…
        Mais le vol direct a évidemment beaucoup d’attrait, et il va satisfaire tous ceux – ils sont nombreux et ils ont raison – qui râlent contre les escales obligées via Paris, Francfort, Londres, Zurich…
        Rendez-vous dans un an pour un premier bilan ?

    • pet
      Publié le 3 août 2016

      ?
      On va pt être attendre le bilan annuel? Plus raisonnable et raisonné..
      En quoi trois vols en plus et qques chiffres donnés en RBL dont tout le monde connait ladégringolade ininterrompue depuis qques années, vous font ils croire qu’il d’agit d’un pied de nez aux sanctions éco??
      sans doute êtes vs l’un des derniers à croire aux lendemainsqui chantent..

      • Avant de regarder chez le voisin, dites moi comment vous allez qualifier la situation de la France et celle de son économie?
        Tellement plus confortable de croire que « l’autre » sombre quand on est les deux pieds dans la M.. et que cette dernière vous monte jusqu’au coup!!!

        • Vincent 69
          Publié le 3 août 2016

          C.Q.F.D.

        • Pet
          Publié le 3 août 2016

          L’article parle de la Russie, et je m’en tiens à cela, sans entrer dans aucune remarque populiste sur les pieds ici ou là.
          la situation en Russie est mauvaise: le prix du pétrole est orienté à la baisse par les USA depuis bientôt trois ans, et tous les producteurs prennent une claque sévère. Le RBL est une monnaie corrollée au prix du baril, et s’écroule en conséquence. Ce ne sont que des faits. Par conséquent, les bilans en RBL ont une valeur très relative.
          La France qui a les pieds où vous les situez demeure, chiffres à l’appui, 5ème ou 6ème puissance économique du monde, même si comme trop souvent vu de l’hexagone, le verre y est à moitié vide.

    • pet
      Publié le 3 août 2016

      Ça sonne mieux que de dire qu’on en retarde la livraison ou annule la commande. Qd on connait la déconfiture de l’économie russe depuis trois ans, vaut mieux coller ça sur le dos d’Airbus.

  2. ig
    Publié le 3 août 2016

    Pour l’avoir pris plusieurs fois, Aeroflot est une bonne compagnie avec des prestations au dessus d’un certain nombre de compagnies aériennes. Par exemple un plateau repas sur un vol Moscou – Amsterdam. Alors que pour le même vol avec KLM, on vous explique que le vol est trop court et que donc c’est petit gateau sec…
    L’embargo ne les aide pas mais c’est bien de voir qu’ils gagnent de l’argent quand même
    Et puis la Russie est un super pays

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum