La prochaine révolution du voyage aérien selon British Airways

air-journal_british-airways-tails 747-400

Selon British Airways, le secteur du transport aérien connaît aujourd’hui une seconde révolution alors que les nouvelles technologies changent la façon de voyager et redéfinissent les expériences de voyage. La compagnie britannique a identifié quatre tendances, symboles de la transformation du secteur du tourisme par les nouvelles technologies.

«Il n’y a aucun doute sur l’influence majeure des technologies sur les tendances de voyage », explique Elisabeth Ruff, Directrice Commerciale British Airways pour la France : « Lorsque nous avons lancé le site ba.com il y a 20 ans, il n’y avait que quelques pages avec les horaires de vols, une description des produits et les coordonnées de la compagnie. Dans la dernière décennie, le nombre de vols achetés sur le site a augmenté de 300% et près de 60% des clients s’enregistrent désormais sur ordinateur ou mobile. La technologie va continuer de révolutionner le secteur ».

1-Des vacances déconnectées
Les technologies poussent les voyageurs à une connectivité permanente. Certains, lassés par cette pression constante, expriment le souhait de se déconnecter et recherchent expressément des destinations sans connexion, afin de se recentrer sur leur bien-être tant physique que mental durant les vacances. Ces vacanciers privilégient ainsi les séjours au spa, les retraites yoga ou les treks nature.
D’autres pratiquent le « bleisure », contraction des mots anglais « business » et « leisure » afin de profiter d’un voyage d’affaires pour rester quelques jours supplémentaires et découvrir la destination. British Airways a anticipé cette tendance en rendant ses programmes de fidélité comme l’Executive Club ou On Business, plus flexibles. La compagnie permet ainsi aux voyageurs d’affaires de facilement prolonger leur séjour avec du « temps pour soi ».

2-Une expérience voyage toujours plus personnalisée
A chaque génération, sa propre définition des vacances parfaites. Les baby-boomers prenaient plaisir à retrouver tous les étés le même lieu de villégiature : ils y étaient reconnus et le personnel y anticipait leurs besoins. Aujourd’hui, grâce aux profils en ligne sur les sites dédiés au tourisme (compagnies aériennes, hôtels, etc.), les professionnels du secteur peuvent délivrer à chaque vacancier un service client plus intuitif et personnalisé.
Il y a cinq ans, afin d’améliorer son service, British Airways a commencé à fournir des iPads à son personnel de bord. Si au départ cette technologie permettait de fluidifier les voyages de certains passagers comme gérer une correspondance serrée, elle est devenue l’outil d’un service client plus personnalisé en cabine.
Avoir à sa portée des informations utiles sur les passagers, comme par exemple leur statut d’Executive Club, permet à l’équipage de fournir un service qui est plus proche de celui d’un hôtel haut de gamme que de celui d’une compagnie aérienne.

3-Un secteur en constante évolution
Certaines innovations comme l’économie collaborative ont perturbé le marché du tourisme en proposant aux consommateurs plus d’options et de flexibilité à de meilleurs prix. Ces nouveaux acteurs doivent faire face à une pression règlementaire croissante mais aussi au développement d’une seconde génération d’acteurs disruptifs cherchant à améliorer les offres ou à diminuer les coûts, clivant ainsi des marchés de niches.
Dans cet environnement, l’inertie n’est pas permise comme en témoigne l’évolution constante de l’application British Airways. En 2008, British Airways a été la première compagnie aérienne à lancer une application iPhone. La même année, la compagnie est devenue le premier transporteur au Royaume-Uni à offrir l’enregistrement via mobile. En 2011, ce service a été étendu aux téléphones Windows. Deux ans plus tard, des cartes d’embarquement virtuelles ont été mises à la disposition des utilisateurs d’iPhone. Puis, en 2014, l’application mobile a été relancée, avec une fonctionnalité qui permet la modification de réservations. La même année, l’application British Airways devient l’application de compagnie aérienne la plus populaire. Une application pour Apple Watch a été lancée en 2015, faisant de British Airways la première compagnie à offrir ce service. Désormais, les passagers peuvent sauvegarder plusieurs cartes d’embarquement sur leurs téléphones.
Par ailleurs, la technologie iBeacon envoie aux clients possédant un iPhone un message pop-up de bienvenue et le mot de passe Wifi lorsqu’ils entrent dans le salon du Terminal 5 à Londres Heathrow. iBeacon envoie également aux passagers des terminaux 3 et 5 des notifications push sur leurs smartphones lorsque l’embarquement de leur vol débute.

4-Voyage synonyme d’expérience immersive
Si le Boeing 747 a rétréci le monde pour les vacanciers dans les années 1970, l’Internet a permis de le mettre à portée de doigts des « millenials ». Cette révolution technologique peut expliquer la volonté des jeunes générations de se plonger dans des expériences immersives de voyages plutôt que de pratiquer le tourisme classique de leurs parents. Cette nouvelle façon de voyager se caractérise par du bénévolat caritatif ou la participation à des programmes de préservation de l’environnement auxquels ils ont accès grâce à l’Internet.

http://www.air-journal.fr/2016-08-06-la-prochaine-revolution-du-voyage-aerien-selon-british-airways-5167249.html

Commentaire(s)

  1. Boffffffffffffffffffffffff !
    Pour moi, la 1-ère révolution du transport reste l’avion lui-même !
    La révolution que j’aimerais : avion de nouvelle génération plus rapide, supersonique sans pour autant aller forcément à plus de mach 2.

  2. Pet
    Publié le 6 août 2016

    Eh bien.. Madame Ruff rivalise très difficilement avec Miss Marple. Dans la série  » ouverture de portes ouvertes » Miss Ruff l’emporte loin devant ses compétitrices. Ressasser ce que l’on a fait il y a vingt ans montre que l’on a rien à dire sur les cinq ans qui viennent. La politique commerciale de BA demeure à la traîne à comparer la même il y a vingt ans justement. Miss Ruff n’avait pas besoin de le répéter.

  3. Mais mais mais ils n’ont pas parle de l’a380 ??? Non mais je reve !! Ah oui le 747 est arrive en 1970 pour faire le job.
    Aucune revolution hein….
    Cela dit l’analyse de BA prend a contre pied les modeles low cost. Mais les deux visions sont complementaires. Et il vaut mieux un 747 a 279 places full dans toutes les classes a haute contributions qu’un aparreil de meme type avec 580 pax comme a pu le faire Corsair .
    D’un cote on a une clientele vollatille qui cherche les prix les plus bas mais cela oblige a baisser la marge et faire du volume et d’un autre cote on a une clientele a haute contribution qui reste fidele lorsque la compagnie est au plus pret de ses besoins puisque ce n’est pas le prix qui est un frein.
    BA a fait son choix mais ce n’est pas nouveau car c’est leur atout pour rappel ils on une des meilleures first au monde !

  4. JVS
    Publié le 7 août 2016

    BA n’est surement pas un bon exemple d’exemplarité, quand on parle de l’iPad confié aux crews oui mais souvent avec des probl de couverture.
    C’est pour cela qu’il fallait imprimer tout de même la PIL.
    Toutes ces Cies britanniques sont malsaines pour le monde de l’aérien, ca me rappelle l’open sky americain qui a permis de supprimer de grandes compagines comme Pan Am TWA etc pour laisser place à des Compagnies poubelles comme Easy jet Ryannair etc, un vrai développement de l’esclavagisme. Une clientèle qui a oublié la notion de prix et qui de plus en plus exigeante.
    BA parle d’un développement accru des ventes par internet etc OUI en fermant les agences et en pratiquant des prix bien plus élevés en aéroport.
    Il faut cesser de prendre les oies pour des canards sauvages.

  5. Publié le 7 août 2016

    Un concentré de novlangue absolument insipide :
    « Une expérience voyage toujours plus personnalisée », « Un secteur en constante évolution », « Voyage synonyme d’expérience immersive ». BA parle encore pour ne rien dire, c’est un peu lassant.

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter