Redevances aéroportuaires : ADP doit revoir sa nouvelle grille tarifaire

air-journal_Roissy Hall1 ©Air Journal

L’Autorité de supervision indépendante (ASI) a refusé de valider la hausse de la taxe d’atterrissage pour les petits appareils appliquée depuis le 1er avril 2016, obligeant Aéroports de Paris (ADP) à revoir sa nouvelle grille tarifaire.

« L’évolution du tarif de la redevance d’atterrissage, traduisant le changement de structure tarifaire permis par le CRE (Contrat de Régulation Économique), ne pouvant être regardée comme modérée pour l’ensemble des usagers, même en prenant en compte l’effet favorable de l’évolution des autres redevances, les tarifs soumis à l’Autorité par ADP ne sont pas homologués« , a indiqué l’ASI après délibération le 2 août dernier. Et d’inviter ADP « à soumettre une nouvelle proposition tarifaire« . En gros, si ADP a baissé la taxe passager et stabilisé la taxe de stationnement, le gestionnaire des aéroports de Paris a augmenté la taxe d’atterrissage.

A l’exemple de l’ARAFER (Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières) ou de l’ARCEP (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes), l’ASI a été créée par décret gouvernemental pour homologuer les tarifs des redevances aéroportuaires en France. Elle est rattachée au CGEDD (Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable), lui-même placé sous l’autorité du Ministère des transports.

Ce refus de l’ASI « est essentiellement motivé par l’évolution des tarifs de la redevance d`atterrissage pour certains petits porteurs« , relativise ADP, estimant que cette décision n’aura pas de conséquences sur ses équilibres financiers. En effet, la décision de l’ASI concerne uniquement la taxe d’atterrissage des petits appareils d’un poids inférieur à 40 tonnes (à l’exemple d’un ATR-42 ou ATR-72) mais pas à celle d’un moyen-courrier ou d’un long-courrier. La taxe d’atterrissage que représente ces petits appareils est négligeable par rapport au 1,2 milliard d’euros versé chaque année par les 200 compagnies aériennes clientes d’ADP.

 

http://www.air-journal.fr/2016-08-07-redevances-aeroportuaires-adp-doit-revoir-sa-nouvelle-grille-tarifaire-5167334.html

Commentaire(s)

  1. Publié le 7 août 2016

    Quelles sont les liaisons régulières vers Paris avec les plus petits aéronefs ? Chalair, twinjet…?

  2. juju
    Publié le 7 août 2016

    De toute façon , c’est le passager qui paye , alors ou est le problême ?

    • Non ce n’est pas le pax qui paie -directement en tous cas. Seule la redevance passager est reportée séparément sur le prix du billet. Le montant des autres redevances (atterrissage, balisage, stationnement, etc etc) est payé directement par la cie, et passe dans les coûts globaux servant à calculer le prix du billet.
      Baisser la redevance passager a pour conséquence de faire baisser (facilement) le prix du billet, reporter la différence sur l’atterrissage par exemple obligé la cie a le prendre à son compte, à elle d’imputer ces coûts comme elle le désire.
      Normalement la redevance pax doit servir à couvrir les frais générés par la présence du pax dans l’aérogare: elle paie les structures, leur entretien (chauffage, clim, nettoyage), le convoyage des bagages entre l’enregistrement et le chariot/conteneur en sous-sol et vice verra à l’arrivée, etc.
      La redevance atterrissage ne couvre -sauf de rares exceptions pour les aéroports à très fort trafic type CDG- jamais le coût de construction et d’entretien des pistes et voies annexes.
      Dans la plupart des cas, ce sont les royalties perçues sur les commerces annexes (boutiques, parkings auto, redevance carburant etc) qui financent le plus gros des aéroports.

  3. Nico777
    Publié le 7 août 2016

    Et under fois de plus ces bons à rien d’adp vont se gaver avec notre fric. Le gestionnaire catastrophique à besoin de vos sous. Casser, construire, casser, reconstruire. C’est n’importe quoi, hallucinant. Trop long pour expliquer leur calamité..

  4. Vincent 69
    Publié le 7 août 2016

    ARAFER, ASI, CGEDD, etc, etc…, autant d’agences gouvernementales inconnues du grand publics, créées aux seules fins d’y placer ses petits camarades. Dernière en date, l’ALF, créée tout spécialement pour le camarade Lepaon de la CGT ! ! !

    En pendant ce temps là, les taxes augmentent, et ce sont toujours les mêmes pigeons qui payent pour cette mafia.

    • ARAFER
      Publié le 7 août 2016

      President de l’ ARAFER pointe à 160.000€/an…
      Valls voulait y recaser son copain battu aux régionales, Mr Huchon…qui a un peu trop claironné et le montant de la rétribution…et c’est pas passé, officiellement pour un conflit d’interet potentiel puisqu’en tant que président de IdF il présidait alors le syndicat des transports de l’ode France ( STIF)

  5. Non, la redevance d’atterrissage est payée par la compagnie aérienne et n’est pas refacturée dans la taxe ajoutée au tarif du billet d’avion.

  6. Publié le 7 août 2016

    ADP, politiques, magouilles et compagnies…

  7. Publié le 8 août 2016

    Avec déplorables services et la tristesse désolante des aéroports ADP, ils veulent augmenter les taxes d’aéroport?! Ç’a alors ils ont pas froid aux yeux!

  8. Nico777
    Publié le 8 août 2016

    Il y a que chez nous ou l’on se moque ouvertement des passagers comme ça. Le monde crie pour une baisse des redevances, l’Etat, qui se fout du monde depuis des décennies, continue à les augmenter tranquillement. Elle est pas belle le vie?

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum